Publicité

10 séries cultes qui mériteraient bien un reboot

Qui serions-nous si nous ne rêvions pas d'une deuxième saison d'Angela, 15 ans, du retour de Fran Fine ou de savoir ce que Daria pense de l'Amérique de Donald Trump ?

par Emily Kirkpatrick
|
07 Juillet 2017, 8:05am

still from 'my so-called life'

On a récemment vu revenir à la télévision le retour de grands classiques des années 1980 et 1990. Ces fameux reboots, qui ont permis de ressusciter La Fête à la Maison, Gilmore Girls, Twin Peaks ou X-Files. Rien que ça. Plusieurs éléments expliquent ces come-backs d'outre-tombe (pas toujours réussis) : la nostalgie qui nous bouffe tous un peu, la ferveur des fanatiques d'internet et la pénurie d'idées neuves dans les bureaux de production hollywoodiens. Plutôt que de se battre contre ce consortium de l'enfer, on a décidé d'apporter notre pierre à l'édifice en suggérant le retour de certaines de nos perles télévisées adolescentes. 

Strangers with Candy
Méconnaître et sous-estimer à ce point une telle comédie, c'est quasiment un crime. Pendant et malgré son court mandat de trois petites saisons, Strangers with Candy s'est hissé sans encombres au rang de série culte. Amy Sedaris y jouait Jerri Blank, une ex-prostituée qui retrouve les bancs du lycée, aux côtés Stephen Colbert et Paul Dinello, dans le rôle de deux profs secrètement gays et amants. Une satire parfaitement grinçante des programmes jeunesse diffusés après l'école pendant les années 1970 et 1980, et le témoin encore pertinent de tout ce que la chaîne Comedy Central avait de subversif à l'époque. 

Dinosaurs
Dinosaurs, c'est le genre de programme qu'il faut voir pour croire. Pour comprendre, en tout cas. La série créée par Jim Henson Productions n'est autre qu'un long trip à l'acid qui s'aide d'un décor d'époque Mésozoïque et de marionnettes entièrement animatroniques. Dans l'idée, Dinosaurs est une parodie de la sitcom américaine classique, transposée quelques 60 millions d'années avant JC. Et comme toute sitcom qui se respecte, on y suit une famille ; ici une famille de dinosaures, les Sinclair, dont le bébé aura breveté à lui seul certaines des punchlines les plus populaires (et dénuées de sens) des années 1990.

Daria
Son nihilisme, son ton monotone, ses lunettes à monture large et ses Rangers font de Daria l'une des plus justes incarnations de l'ado grand cru 1990. Vestimentairement et ideologiquement parlant. La série culte s'est fait le porte-voix de l'angoisse adolescente et de tout ce que cette période de la vie connaît de profondeur et d'idiotie. Et même si le dessin-animé de MTV est à jamais ancré dans la décennie 90, l'opinion caustique de Daria sur l'état actuel du monde serait malgré tout la bienvenue.

Angela, 15 ans
L'antidote ultime aux dramas lycéens pompeux et ennuyeux façon Dawson ou 90210. Alors bien sûr, on y retrouvait les attraits du drama classique, tout ce qu'il fallait de ragots et d'amourettes pour en faire un véritable teen-show. Mais à côté de ça, la série se permettait d'aborder des sujets sérieux, lourds, comme l'homophobie, l'alcoolisme ou l'addiction à la drogue. Puis, pour couronner le tout, le rôle-titre était joué par la gracieuse Claire Danes, lycéenne en quête d'elle-même ayant pour vis-à-vis le bad boy illétré du bahut incarné par Jared Leto. Et on a de quoi argumenter pour un retour de la série : les deux acteurs n'ont pas pris une ride depuis. On peut reprendre où on s'était arrêté !

Le Prince de Bel-Air
Aujourd'hui, Will Smith est un ponte d'Hollywood. Un acteur de premier plan qui saute de blockbuster en thrillers avec une aisance folle. Mais fut un temps où Will n'était qu'un mec de West Philadelphia forcé à déménager à Bel-Air chez son oncle et sa tante après une embrouille de terrain de basket. On connaît la suite : une adaptation à son nouveau chez lui pas toujours évidente, forcée à coup de garde-robe technicolor et d'intemporels pas de danse. Tout ça pour dire que cette série doit faire son grand retour sur le petit écran. Pour qu'on se paye enfin un remix du générique. 

The Adventure of Pete & Pete
Ce n'est pas trop s'avancer que de dire que The Adventure of Pete & Pete a joué un rôle majeur dans l'attrait pour l'art de notre génération. Si, de premier abord, la série semble banalement adressée aux adolescents, il suffit de jeter un coup d'œil au synopsis pour se convaincre qu'on est plus en présence d'un programme qui aurait pu être follement pensé par Dali que d'un show habituel plan-plan made in Nickelodeon. La preuve : la série raconte la saga surréaliste de deux frères rouquins au même nom : Pete Wrigley. Parmi les seconds rôles les plus notoires : la plaque en métal logée dans la tête de leur maman et le tatouage sur l'avant-bras d'une danseuse, Pétunia. 

Freaks & Geeks
Parmi la nuée de séries pour ados dans le genre Beverly Hills 90210 et Boston Public, Freaks & Geeks s'est avancé comme le décalé de la bande, dessinant un portrait alors inédit de l'expérience lycéenne. Tournée à la fin des années 1990 mais se déroulant au début des années 1980, la série explore les éternels thèmes adolescents - l'amour, la pression des pairs, et la course souvent périlleuse pour la popularité - sans pour autant perdre de son mordant, son sarcasme et sa répartie. Le tout épaulé par un casting cinq étoiles, dont Linda Cardellini, James Franco, Seth Rogen, Jason Segel, Martin Starr et Busy Philipps, et orchestré par le producteur Judd Apatow. Pour ce qui est de faire revivre la série, on n'y croit pas tellement, vu l'agenda de tous ces acteurs aujourd'hui célèbres. 

Une Nounou d'Enfer
Fran Drescher a trouvé le rôle de sa vie en la personne de Fran Fine, la nounou des trois enfants d'une riche veuve britannique de l'Upper East Side. Un personnage qui a largement dépassé le statut de star des années 1990 pour habiter celui d'icône de la mode. Il existe aujourd'hui un compte Instagram dont l'unique but est d'identifier toutes les pièces de vêtements portés par le personnage dans la série ! Additionnez des fringues de designers, la tension sexuelle entre Fran et son boss Maxwell Sheffield et les punchlines de Nigel et C.C., et vous obtenez la sitcom quasi parfaite. Tout était dit dès le générique : « Elle avait du style, elle avait de la grâce, elle était là. C'est comme ça qu'elle est devenue la Nounou. »

Fais-moi Peur !
Pour placer un peu le curseur, disons que Fais-moi Peur ! était une version poussée de Chair de poule : pas gore au point d'être considérée slasher, la série avait quand même ce qu'il fallait d'histoires bien creepy pour nous hanter jusqu'à l'âge adulte. Fais-moi Peur ! commençait toujours de la même manière, avec le même groupe de potes - la Midnight Society - qui se retrouvaient autour d'un feu de bois pour se raconter des histoires qui font peur ! Des histoires de vampires, de loup-garous, de malédictions ou d'extra-terrestres. De quoi tenir éveiller et tremblant les spectateurs de tout âge, on vous assure. 

Martin
Vu comme la catchphrase « Damn, Gina » est devenue populaire sur internet, on pense qu'il est temps de ramener Martin sur les écrans. Pour les non-initiés à ce programme assez peu connu de ce côté de l'atlantique, on parle d'une comédie avec la ville de Détroit comme décor et Martin Lawrence en personnage principal, dans le rôle d'un animateur télé et radio à la grande gueule et au don inné pour se retrouver dans des situations inextricables et emmerder sa copine Gina. 

Credits


Texte Emily Kirkpatrick