les cheveux gris n'ont jamais été aussi punk

Ou comment le gris est devenu l’improbable couleur d’une jeunesse en rébellion.

|
27 Juillet 2017, 10:05am

i-D Hair Week explore la façon dont nos coiffures peuvent alimenter la réflexion sur notre époque, notre culture et notre identité.

Pour la collection Chanel printemps/été 2010, Karl Lagerfeld décidait de troquer les détails or de ses pièces contre des fioritures en argent. Les mannequins déambulaient drapés dans les iconiques costumes deux-pièces rose et violet pâle, rehaussés de l'argenté de leurs boots chromées et de leurs cheveux gonflés en forme de coeur, parsemés d'épaisses mèches glaciales, comme s'ils étaient devenus prématurément gris.

Avant même que les cheveux cendrés ne fassent leur apparition au défilé Chanel, un nombre croissant de femmes affirmaient vouloir délibérément opter pour cette couleur. Comme l'écrivait Hanna Hanra dans le Times London en 2009, « de moins en moins de femmes rejettent la simple idée du gris. Au contraire, elles arborent leur crinière acier avec fierté et élégance.» La mannequin Pixie Geldof a été l'une des premières "it girls" à adopter des tresses argentées cette année, mais d'autres avaient sauté le pas avant elle.

Les femmes optent pour les cheveux gris dès le 18ème siècle. À cette époque, les perruques poudrées de blanc sont très répandues chez les hommes de la haute société, mais les femmes se contentent de couvrir leurs cheveux naturels par de l'amidon pour obtenir une coloration grise. Cette tendance ne dure pas et s'éteint à la fin du siècle.

Les premières teintures sont commercialisées en 1909 mais y avoir recours est alors socialement inacceptable. C'est la raison pour laquelle de nombreux salons de coiffure sont pourvus d'entrées et de sorties secrètes… L'introduction des colorations-maison dans les années 1950 autorise enfin les femmes à se teindre en évitant d'être stigmatisées tout en renforçant l'injonction sociale à dissimuler ses cheveux gris. « Perdre vos amis parce que vos cheveux sont gris? » interroge une publicité Clairol en 1944, qui continue en assurant que, parfois « on pense qu'elle [une femme aux cheveux gris] a l'air trop vieille pour s'amuser.» Une autre campagne de la même marque pointe dramatiquement du doigt la chevelure grise comme un « dictateur sans peur ». Non contente de vous faire perdre des amis, la mèche grise est aussi une menace à l'accomplissement d'une carrière professionnelle ou à l'issue d'un rendez-vous amoureux. Déguiser ses cheveux gris devient alors nécessaire pour toutes celles que la société pousse à conserver une allure juvénile.

La reconsidération des cheveux gris semble naturellement faire suite à la mode des cheveux pastel. Dans les années 1970, de nombreux punks expérimentent des couleurs antinaturelles, du rose bubblegum au rouge vif, et soumettent leur crinière à une palette des plus radicales. Pourtant, devant autant d'options possibles, opter pour le gris demeure particulièrement rebelle.

Comme Caryn Franklin l'explique si brillamment au Guardian : « Nous avons été incitées, par les médias, les publicitaires, et aujourd'hui par nous-mêmes, à comprendre qu'il fallait fallait consommer plus et redoubler d'efforts pour être en accord avec notre genre. On nous a appris à avoir peur de vieillir

Pour Kate Moss ou Tavi Gevinson, qui ont commencé leur carrière à 13 ans avec un carré argenté, cette couleur ne représente que le souvenir d'une vieille coloration. Mais pour Cara Delevingne, Rihanna ou la star K-pop CL, le choix d'arborer des tresses argentées ne doit rien au hasard. En 2015, selon Slate, plusieurs stylistes ont rapporté que le nombre de jeunes femmes souhaitant voir leurs cheveux teints en gris avait explosé.

« Jusqu'à maintenant, la plupart des clients venaient (et c'est toujours le cas) pour recouvrir leurs cheveux gris qu'ils considèrent comme un signe de vieillissement. Mais depuis environ cinq ans, des gens entrent et demandent à être teints en gris, affirme Sarah Fenoglio du Seagull Salon de New York. C'est un acte de rébellion totale et je crois que de plus en plus de personnes sont en train d'y passer. Quand je colore une femme avec une belle teinte grise, ça la change en une espèce de créature de science-fiction éthérée.»

Lorsque cet engouement autour du cheveu gris a commencé, la plupart des salons n'étaient pas en mesure de proposer un rendu gris naturel, puisque la majorité des femmes cherchait plus à se débarrasser de ses mèches grises qu'à les mettre en valeur. Aujourd'hui, il existe un éventail de possibilités pour créer et entretenir ses cheveux d'acier. Mais obtenir des cheveux gris peut-être vite cher et compliqué : il n'existe pas d'alternative bon marché.

« J'ai eu envie d'avoir les cheveux gris lorsque j'ai vu Meryl Streep dans Le Diable s'habille en Prada » affirme Alexis Noll. La jeune femme de 24 ans fait partie de ces 300 000 femmes réunies sur Instagram sous le hashtag #grannyhair. « J'admire beaucoup les femmes qui conservent leurs cheveux gris naturels. Si ce n'était pas aussi cher, je me teindrais les cheveux en gris jusqu'à ce qu'ils le deviennent naturellement.»

Au-delà de celles qui ont la volonté de se teindre en gris, cette tendance permet d'aider certaines femmes à se libérer de la contrainte de la coloration : une décision forte dans une société où elles sont généralement valorisées sur le critère de leur jeunesse.

« Lorsque des femmes arrêtent leur coloration auburn ou châtain et décident de passer au gris pour assumer leurs vrais cheveux, il y a une reprise de contrôle sur soi, une forme de libération particulièrement excitante » affirme Sarah Fenoglio, qui note une augmentation significative du nombre de femmes désirant révéler leurs cheveux gris.

Ces dernières années, la mode a même célébré le fait de vieillir naturellement avec des cheveux gris. En 2014, Jean-Paul Gaultier faisait défiler deux punks à la chevelure argentée. Un mannequin arborait un imposant faucon gris, l'autre lui préférait une coiffure gonflante. En 2015, Céline dévoilait sa collection printanière sur Joan Didion, âgée de 80 ans et coiffée d'un carré argenté. C'était peu de temps après que Saint Laurent lance une campagne mettant en scène Joni Mitchell, 71 ans et de longs cheveux blancs, montrant que le gris pouvait être synonyme d'avant-gardisme et plus seulement de vieillesse.

Cette vaste célébration du cheveu gris aidera peut-être à faire oublier les longs siècles de domination capillaire qui ont incité les femmes à entretenir une crinière juvénile.

« Il est évident que si une femme se sent mieux en blonde ou en brune elle a tous les droits de garder cette couleur, affirme Sarah Fenoglio. Mais c'est excitant de voir des gens s'ouvrir à des teintes jusqu'alors considérées comme marginales. La présence du gris et de certaines autres couleurs dans le milieu de la coloration capillaire ouvre les possibilités d'expression individuelle et d'estime de soi

Credits


Texte Erica Euse
Photographie Daniel Cavanaugh
Coiffure Tiffany Fodor 
Stylisme Christina Campagna 
Maquillage Michaela Bosch 
Emmy porte du Alpha 60.
Kamal porte du Soulland.