lolo zouaï nous a parlé des femmes qui ont changé sa vie

À l'occasion du Women's History Month, des personnalités nous ont parlé des femmes qui avaient, à un moment ou à un autre, changé leur façon de voir la vie. La chanteuse Lolo Zouaï s'est prêtée au jeu.

par i-D France
|
15 Mars 2019, 10:58am

Ma mère. Forcément. Elle nous a élevées seule, ma soeur et moi. Elle a cumulé les boulots pour qu'on ne manque de rien et qu’on parte voir notre famille en France l’été. Ma mère est l'un de mes principaux modèles. C’est une acharnée et j'admire la force dont elle fait preuve tous les jours en tant que femme d'origine étrangère immigrée aux États-Unis. Elle m’a appris à rester fidèle à moi-même et à mes racines, à ne jamais m’excuser d’être ce que je suis et à travailler très dur. Elle est aussi pleine d’humour.

Jojo, Amy Whinehouse et les autres. Quand j'étais plus jeune, j'étais fan de JoJo, : elle avait le même âge que moi, une voix incroyable et je rêvais de chanter comme elle. Plus tard, j'ai découvert Amy Winehouse, je me suis plongée dans ses textes et me suis laissée enchanter par son côté brut et son honnêteté. Je pense souvent à elle quand j'écris. Un peu plus tard, je me suis mise à écouter Dolly Parton dont j'admire la façon de raconter des histoires. Et puis si on reste dans un registre pop, il y a Rihanna aussi, forcément… Je pense que ce que ces femmes ont en commun, c'est qu'elles ont confiance en elles. Et je crois que pour réussir dans l'industrie de la musique, il faut déborder de confiance en soi.

Rachel de Friends. Une encyclopédie de mode pour toute fan des nineties comme moi.

Mon agent Christine. À chaque fois que je me pointe à une réunion, il n’y a quasiment que des hommes autour de la table - mon agent Christine est l'une des rares femmes. Elle booke mes concerts, me suit, m’écoute. Je la trouve géniale. Le fait d’évoluer dans une industrie dominée par les hommes ne semble pas la déranger outre mesure. Elle sait ce qu’elle a à faire. C’est la boss, tout simplement.

Ma prof d’Anglais, Monica. Je l’ai eu en 6 ème après avoir fait toute ma scolarité en français. C’est elle qui m’a appris le mot « inconspicuous. » J’essaye de le placer dès qu’une occasion se présente.

Ellen DeGeneres. Ado, je regardais systématiquement l'émission d'Ellen DeGeneres après les cours. Je mourrais d’envie d’y participer : ça me rendait hyper envieuse de voir des musiciens de mon âge sur le plateau. Et puis Ellen DeGeneres me faisait tout bonnement marrer. Son coming out public faisait la une des journaux à l’époque, j'avais trouvé ça très courageux. Elle en a payé les frais : des gens se sont éloignés d'elle, elle s’est retrouvée isolée et n'est plus arrivée à trouver de boulot. Je pense que son histoire a été hyper importante pour ma génération. Il y a eu un avant et un après.

Edith Piaf. Je sais que ça fait cliché mais si je pouvais remonter le temps et diner avec une femme de mon choix, ce serait elle. Je lui proposerais un featuring. La chanson parlerait d’amour, forcément, mais de façon réaliste, torturée même.

Mes cinq meilleures amies. Elles vivent toutes au quatre coins de la planète. Il y a une Dubaï, une à Paris, une en Californie, une à Miami... Elles ont toutes des métiers totalement différents, dans lesquels elles mettent beaucoup de passion et d’ambition.

Retrouvez i-D sur Facebook, Instagram et Twitter.

Tagged:
Womens History Month
lolo zouaï
8 mars 2019