celine dion accusée de satanisme après avoir lancé sa ligne de vêtements

À peine lancée, la ligne de vêtements pour enfants genderfluid créée par Céline Dion vient d’être accusée de satanisme.

|
29 Novembre 2018, 2:47pm

On vous l’annonçait la semaine dernière : notre Céline préférée vient de lancer CELINUNUNU, une ligne de vêtements pour enfants genderfluid. Mais visiblement, la nouvelle n’a pas excité tout le monde - en tous cas pas de la même manière. Dans une interview accordée au National Catholic Register (un site dont vous faites bien d’ignorer l’existence), un prêtre américain a accusé la chanteuse d’avoir des intentions démoniaques, décrivant sa collection de t-shirts, de leggings et de sweatshirts comme « définitivement sataniques ».

« Je suis convaincu que la façon dont se répand cette idée du genre est démoniaque, a affirmé Monseigneur John Essed, prêtre et exorciste du Diocèse de Scranton en Pennsylvanie. C’est faux. Je ne sais même pas combien de genres il est censé y avoir aujourd’hui, mais il n'en existe que deux : les seuls créés par Dieu. »

Un article qui suggère que Céline Dion aurait pris soin de cacher des messages diaboliques dans ses vêtements (« Un pantalon de jogging porte le chiffre 3 sur un genou et un 6 sur l’autre. Ça fait donc 666, non ? »). L'aspect esthétique de CELINUNUNU est également au coeur des préoccupations du brave évêque : pour lui, cette ligne n’est pas seulement « dérangeante », elle est aussi « horriblement laide ». « Qui va payer 86 euros pour une couverture de bébé décorée de crânes et débourser 180 euros pour une veste qui ressemble à un sac poubelle ? » s’interroge l’auteur de l’article, un certain Patti Armstrong. Une réflexion qui amène à penser qu'il n'est visiblement pas familier du travail de Demna Gvasalia.

Céline Dion n’a pas encore émis de commentaires quant à ces considérations sataniques, mais elle avait déjà dit avoir conçu cette ligne dans le but de permettre « aux enfants de grandir sur un socle d’égalité et d’avoir la liberté de s’affirmer individuellement dans le respect les uns des autres ». Voilà qui sonne plus raisonnable que l'image d'un démon infiltré dans des leggings, non ?

Retrouvez i-D sur Facebook, Instagram, Twitter et Flipboard.