le dj français neue grafik fait trembler les clubs du monde entier

Du jazz à l'afro-house, Neue Grafik fédère les foules et repense l'expérience du club. Aujourd'hui, il sort un nouvel opus dont le premier clip est à découvrir en exclu sur i-D <3

par Micha Barban Dangerfield
|
16 Mars 2018, 4:10pm

Chez i-D France, nous suivons les pérégrinations triomphantes du Dj et producteur français Neue Grafik, avec beaucoup d'attention et d'enthousiasme. Depuis quelque temps maintenant, il officie au sein d'une scène parisienne aux accents largement british et défend les couleurs d'une house hybride, riche et composite, puisant autant dans les beats staccato de la jungle que dans l’énergie solaire de l'afro-house ou l'imbroglio rythmique du jazz. Neue Grafik s'engage partout sans exprimer le besoin de se proclamer d'une scène qui lui préexiste – il préfère inventer la sienne. Et dans cette scène bien à lui, les genres fusionnent naturellement car c'est l’amalgame qui donne le ton. En fait Neue Grafik tire des ponts magiques entre les genres.

Écouter Neue Grafik, c'est s'autoriser un voyage loin de ce qu'on connaît, s’éloigner des chemins rebattus pour faire l’expérience de rythmiques inédites - ou trop peu entendues jusqu’alors. « L'Angleterre et le Brésil, ce sont les endroits où je trouve les rythmes les plus intéressants, parce qu’ils sortent des sentiers battus par rapport à ce que je connais. » Car pourquoi choisir une voie quand on a la possibilité de créer des passerelles, de rassembler les scènes en fédérant les gens ? S’il excelle en la matière, Neue Grafik ne semble pas vraiment se poser la question : « C'est ce que j'essaie de faire depuis le début de ma carrière mais ça me fait presque drôle d’en parler tellement ça vient naturellement ». Deux visions du rythme et une identité musicale fluctuante, cimentée par la danse et par l’influence de deux scènes fortes : Londres et Paris.

Dans un nouvel opus, Innervision, il prolonge les ponts qu'il construit depuis ses début au-dessus de la Manche, entre Peckham et Barbès. « J'ai composé cet EP en pleine période électorale en France tandis que la Grande Bretagne venait de voter en faveur du Brexit. J'entendais de plus en plus de remontrances racistes sur des radios anglaises. En France, l'affaire Théo faisait débat. Ces deux pays possèdent des héritages coloniaux différents qu'on ne célèbre pas assez. Je voulais réconcilier les héritages multiples de ces deux territoires. » À contre-courant des discours identitaires, Neue Grafik célèbre la richesse des histoires (trans)nationales. « Les communautés nigériennes, pakistanaises, jamaïcaines, indiennes, dominicaines ont joué un rôle primordial dans l'histoire musicale de l'Angleterre. On retrouve beaucoup de sons et de rythmiques très 'carnaval' re-balancés dans le dupstep, la jungle ou encore le grime. Il en est de même en France grâce aux populations ivoiriennes, sénégalaises et maghrébines dont les traditions musicales ont largement nourri le rap par exemple. L'afro-house et l'afro-trap ont un succès fou en France en ce moment. »

Aujourd'hui, Neue Grafik produit au sein du label londonien le plus cool de ces dernières années, celui qui fait trembler les clubs de Peckham et du tout Londres, j'ai nommé Rhythm Section. « La sortie d'Innervision représente un grand moment pour moi. J'ai toujours eu beaucoup d’admiration pour le label Rhythm Section. C'est une vraie consécration de sortir cet EP avec eux. Leurs sorties font partie de ma discographie depuis 5 ans. Intégrer leur famille est un privilège et je ressens comme une validation. » Et pour fêter ce nouveau pas vers un avenir forcément radieux, Neue Grafik partage avec i-D le clip de son titre « Innervision » réalisé par Raphaël Stora et dont le son est porté par la voix grisante de son acolyte de scène, Wayne Snow. Dans un garage, éclairée par un néon cru, une jeune fille se filme en train de danser. Au milieu du béton, les basses résonnent, des phares s’allument et la grâce abonde, emmenée par ses gestes - précis et brutaux dans le même moment. Et lorsqu'on connaît l'amour que Neue Grafik porte à la danse, tout semble faire sens. « J'ai découvert la scène house et les soirées dédiés aux danseurs (en particulier les Tap Water Jam) au moment où je saturais de Paris. Je m'entoure de danseurs comme Rickysoul The C3PO ,Tijo Aime , Abdes Abdeslem, Mab'ish, Daneshiro, Kwame ou encore Clementine . Sur des rythmes très simples, ils parviennent à prolonger la musique en créant des mouvements. Il y a trois ou quatre ans j'ai commencé à jouer des morceaux pour les danseurs qui venaient au club. C'est comme ça que j'ai appris mon métier de producteur. » On vous aura prévenu, Neue Grafik est sur le point d'écrire une nouvelle histoire du club en France, et la bonne nouvelle, c'est qu'elle nous concerne tous.

Tagged:
ep
Wayne Snow
Rhythm Section
neue grafik
innervision