Paris Fashion Week: Coperni la nuit

Entre rave et drive-in, la marque parisienne a été la seule à présenter un show physique, une responsabilité symbolique prise très au sérieux par les créateurs.

par Alice Pfeiffer
|
05 Mars 2021, 6:02pm

Au beau milieu d’un océan de présentations digitales, la seule marque à présenter un défilé tangible cette saison n’est autre que le label français Coperni. Présentée jeudi 4 mars, cette présence physique était lourde de sens pour la jeune maison dirigée par Arnaud Vaillant et Sébastien Meyer, qui l’a traitée comme un manifeste vital en plein Covid.

Alors que la vie sociale, culturelle et festive est éteinte depuis un an, que le couvre-feu a limité nos vies à travailler et dormir, la nuit n’a jamais été plus houleuse. Cette grande absente de nos existences, bannie, interdite, a fait l’objet du défilé, intitulé « Coperni La Nuit ».

Look 1 - ADUT.jpg

À mi chemin entre rave et drive-in, les invités étaient conviés en plein coeur de l’Accor Hotel Arena assis à l’intérieur d’une voiture, venue les chercher directement chez eux et respectant ainsi les mesures de sécurité de façon théâtrale. Le son – une techno industrielle signée Clara 3000— était diffusé depuis l’intérieur de l’engin, offrant une teuf personnelle à chacun. Les phares allumés éclairaient stratégiquement le passage des mannequins entre les bolides. Sur Instagram, en live, on découvrait une ambiance dansante et électrifiée en backstage, une joie de vivre et une communion aujourd’hui des plus rebelles.

Look 27 - ABBY.jpg

Dans un stylisme signé Helena Tejedor, des touches de mode space age opaline se mêlaient à des nuisettes transparentes années 90 et pailletées, texture également appliquée à de hautes cuissardes à petits talons. Disco, glam rock, les références aux contre-cultures et à la pop ne s’arrêtaient pas là.

Look 19 - PAUL.jpg

Le tournant des années 2000 était également incarné par des pantalons baggy en vinyle façon TLC ; un col bateau aux épaules dénudées apparaissait tantôt sur un vaste manteau de fourrure, tantôt sur une robe crop ; travaillant silhouettes et textures, de longues franges habillaient des jupes courtes, et de petits sacs à main graphiques et incurvés venaient relever les superpositions épurées. Futuristes, techniques, ces allures longilignes réinventaient un uniforme prêt à braver tous les interdits. 

Look 28 - MICA.jpg
Tagged:
Paris Fashion Week
coperni