De la série ‘Lusophony Games’ du li Architecture + Beauty © John Balsom.

Photographier l'énergie et l’euphorie des athlètes de haut niveau pendant l'entraînement

John Balsom a été au plus proche de ces légendes du sport, avant et après la compétition.

par Zoe Whitfield
|
21 Mars 2022, 5:22pm

De la série ‘Lusophony Games’ du li Architecture + Beauty © John Balsom.

Pendant deux jours, en juillet 2009, le photographe londonien John Balsom a photographié la deuxième édition des Lusophony Games, pas tant préoccupé par la compétition que par les athlètes eux-mêmes. Plus de dix ans plus tard, cette série s’intègre au nouveau livre de John, intitulé Architecture + Beauty, publié par GOST Books.

"Beaucoup de gens disent non aux photos. Ils ne veulent pas qu'un photographe envahisse leur espace", explique John. "C'est un montage des personnes qui ont dit oui. Les photos de Lusophony, je ne les ai pas regardées pendant huit ans, mais je suppose que je les regarde à nouveau maintenant, en les retravaillant." Pour ce livre, John a collaboré étroitement avec l'éditeur de GOST, Stuart Smith, avec qui ils ont abouti aux quatre projets qui composent Architecture + Beauty (outre les athlètes, il y a des bateaux, des cadets et des plongeoirs). "La majeure partie du livre se fondent sur ces albums que je fais", explique-t-il. "[Dans le livre], ils sont exactement comme je les ai faits il y a des années, sans trop réfléchir", dit-il en faisant référence aux premiers collages qui apparaissent à l'intérieur du livre.

knee-down shot of a group of basketball players in nike gear
From the series ‘Lusophony Games’ from Architecture + Beauty © John Balsom

Les lusophones sont les personnes et les nations qui parlent le portugais (environ 20 millions dans le monde). Lors de l'événement de 2009 à Lisbonne, où John a pris nombre de ses photos, plus de 1 500 athlètes de douze pays différents ont participé. "L'histoire est une de mes grandes passions et, d'une certaine manière, la lusophonie est un grand projet historique", déclare John, reconnaissant le modèle ex-colonial qui fait écho aux Jeux du Commonwealth britanniques. Bien que le concours ait une connotation politique, John s'est surtout intéressé à l'aspect festif. Les images qui en résultent sont vivantes et joyeuses.

La conversation et le langage corporel font partie intégrante de sa pratique, et sont particulièrement importants lors des Jeux. "Je ne me contentais pas de les attraper et de les prendre en photo, j'essayais de leur parler et de connaître leur histoire", explique-t-il. "J'aime le fait que c'est à moi [en tant que photographe] de les amener à se détendre et à révéler leur personnalité - il s'agit de s'engager avec eux, d'être curieux." Alors que certaines personnes parlaient anglais, John s'est appuyé sur l'autre grand communicateur : la musique. Il a emporté un petit haut-parleur avec lui lorsqu'il se déplaçait dans la ville. "Le langage corporel et l'énergie peuvent faire tomber ces barrières, et la musique aide ; elle adoucit l'énergie."

a group of male athletes in red vests with their arms around each other
From the series ‘Lusophony Games’ from Architecture + Beauty © John Balsom

Nourries par son instinct et sa fascination pour les gens, les images de John n'ont pas grand-chose en commun avec la photographie de sport traditionnelle, s'apparentant plutôt au portrait ou même à la photographie de boîte de nuit. Souvent, l'appareil photo est braqué sur une partie spécifique du corps, et la plupart du temps, le sujet est seul dans le cadre ; les quelques photos de groupe accentuent une sorte d'éclat qui domine la série. "J'étais dans les coulisses, moins intéressé par les gens qui courent autour de la piste, je voulais obtenir quelque chose d'intime", dit-il. Il suivait tous les domaines de l'action, ce qui a donné lieu à bon nombre des photos les plus attachantes du projet. "Je me rendais également aux séances d'entraînement, où je pouvais obtenir plus d'interaction de la part des gens", se souvient John. "D'après mon expérience, si je photographie des athlètes avant un match, ils sont concentrés sur la compétition et ne veulent pas vraiment que vous soyez là."

Si l'ambiance du projet est en grande partie renforcée par les couleurs vives des photos, qui correspondent souvent à l'énergie des personnes présentes dans le cadre, plusieurs photos en noir et blanc offrent une lecture tout aussi efficace. "J'ai surtout photographié avec le Pentax 67. J'avais toujours une pellicule couleur et une pellicule noir et blanc, et je devais décider sur place si la personne était superbe en couleur ou vice versa. Ce genre de projet ne laisse pas beaucoup de temps pour réfléchir, mais c'est parfois une bonne chose."

L'image préférée de John dans la série illustre bien le caractère intuitif du projet dans son ensemble. Créée en quelques secondes, elle met en scène une coureuse de haies, photographiée en monochrome, souriant et se détournant de son objectif. "Son énergie était si belle", termine John. "Je les aime toutes, en fait. Mais cette photo, c'est juste un moment. La seule photo que j'ai d'elle."

a collage of john balsom's imagery
From the series ‘Lusophony Games’ from Architecture + Beauty © John Balsom
a runner lying on the ground in black and white, shot by john balsom
From the series ‘Lusophony Games’ from Architecture + Beauty © John Balsom
an injured athlete
From the series ‘Lusophony Games’ from Architecture + Beauty © John Balsom
john balsom photo of a man doing a handstand
From the series ‘Lusophony Games’ from Architecture + Beauty © John Balsom
a portuguese athlete in green shot by john balsom
From the series ‘Lusophony Games’ from Architecture + Beauty © John Balsom

Architecture + Beauty de John Balsom, publié par GOST Books, peut être commandé ici.

Crédits


Images courtesy of John Balsom