Une microdose de champignons pour remplacer votre café matinal

Et si remplacer votre petit serré par des champis était le coup de fouet quotidien dont vous aviez réellement besoin ?

par Abigail Moss
|
04 Août 2022, 10:15am

Ça y est : les produits de bien-être qui puisent leur inspiration dans les drogues récréatives sont devenus mainstream. Le CBD a saturé le marché et représente désormais une industrie mondiale de 5 milliards de dollars. L’introspection et l’ennui générés par le confinement ont provoqué un regain d’intérêt pour les psychédéliques, essentiellement envers le microdosage de champignons magiques et de LSD (d’après une enquête, 50% des nouveaux microdoseurs auraient commencé pendant la pandémie). Sans surprise, l’industrie des compléments alimentaires a surfé sur cette vague et les produits à base de champis sont désormais très populaires.

“Je dis souvent que le microdosage est aux champignons psilocybines ce que le CBD est au cannabis”, explique Madison Margolin, cofondatrice et directrice éditoriale de DoubleBlind, un magazine consacré aux psychédéliques. “Un petit plus quotidien, ou un outil de bien-être, mais sans la défonce. Ainsi, à mesure que les stigmates autour de la psilocybine tombent, on observe ces champignons servir de passerelles vers l’univers plus global des champignons, encourageant les gens à en explorer d’autres types pour diverses raisons relatives à leur santé.”

Les “champignons fonctionnels”, aussi connus sous le nom de “champignons médicinaux” tels que certaines souches de l’espèce cordyceps (dont il existe plus de 600 types) et la Crinière de Lion, un champignon forestier qui pousse en grosses touffes blanches, posséderaient des vertus médicinales et de bien-être, notamment une meilleure concentration, un “état de flow” créatif accru et une amélioration de l’énergie. Les recherches se poursuivent, mais les universitaires commencent à établir des liens entre la consommation régulière de champignons fonctionnels et l’amélioration de la santé neuronale. L’une des plus grandes différences entre la psilocybine et les autres champignons utilisés pour traiter les problèmes de santé mentale est, semble-t-il, la législation.

Bien que les recherches scientifiques sur les bienfaits de la psilocybine pour traiter des affections telles que la dépression et le syndrome de stress post-traumatique aient donné des résultats remarquablement prometteurs, cette substance ne bénéficie toujours pas des mêmes assouplissements juridiques que le cannabis. Le LSD et les champignons magiques sont tous deux des drogues de classe A, et les études menées sur ces substances dans les instituts de recherche et les universités sont étroitement réglementées. Au Royaume-Uni et ailleurs en Europe, les failles qui permettaient auparavant aux consommateurs de champignons récréatifs d’acheter légalement des truffes contenant de la psilocybine — conditionnées en petites quantités, ainsi que des kits pour cultiver soi-même des champignons à domicile — se sont rapidement refermées. De nombreux microdoseurs cherchent actuellement des solutions légales alternatives.

“J’avais l’habitude de microdoser des truffes à la psilocybine que je pouvais acheter assez facilement en ligne”, raconte Nikki*, qui utilise le microdosage comme aide à la concentration dans son taf de codeuse. « Mais les sites ont peu à peu restreint leurs ventes au Royaume-Uni, puis finalement, il a été impossible de s’en procurer. J’ai commencé à me renseigner sur les champignons fonctionnels et le champignon cordyceps, et les effets avaient l’air assez similaires. Auparavant, j’étais une grande consommatrice de boissons énergisantes. Mais j’ai la trentaine maintenant, et je sais que ces trucs sont hyper nocifs pour nous. J’ai découvert qu’avec le microdosage, j’étais capable de mieux me concentrer, sans ce sentiment de nervosité ou d’anxiété souvent amené par la caféine.”

Ce compromis idéal, à savoir une concentration maximale sans l’excitation du café, est d’ailleurs l’un des principaux attraits des compléments alimentaires à base de champignons. Les marques font de grandes déclarations et les produits proposés sont très diversifiés : capsules, thés, gommes et milk-shakes. Le vendeur Mushrooms4Life affirme que son complément de champignons Reishi en gélules “apaise l’esprit “Shen”, redonne de l’énergie et nourrit le sang”, tandis que la boisson aux champignons Rainbow Dust de la marque Spacegoods, aromatisée au chocolat, promet “concentration, énergie et calme zen”, le tout sans descente.

En tant que microdoseur de psilocybine (ayant également rencontré la difficulté de me procurer des champignons magiques au Royaume-Uni) et buveur de café trop régulier, j’avais moi aussi envie de trouver une alternative. Le champi fonctionnel Mojo-Macro se présente sous forme de gomme et affiche le slogan “une microdose pour une vie moderne”. Cette gomme contient une combinaison de deux souches de cordyceps, ainsi que de la Crinière de Lion et d’autres ingrédients actifs, dont le ginseng et la L-théanine. “Ce qui est unique dans la formulation du Mojo, c’est la combinaison synergique de tous les nootropiques”, explique Stefany Nieto, COO et co-fondatrice de Gwella Mushrooms, la marque qui propose le produit. “Ces substances n’auraient pas le même effet si elles étaient prises seules, même à des dosages identiques”.

La société ne vend que des produits 100 % légaux au Royaume-Uni et aux États-Unis (certains pays comme la France et l’Italie possèdent des restrictions plus strictes sur l’intégration de champignons fonctionnels dans le domaine alimentaire), mais Stefany pense que des assouplissements juridiques autour de la psilocybine vont peu à peu voir le jour. “Nous espérons bientôt pouvoir aller plus loin, avec un Mojo qui contiendrait de la psilocybine, car notre formulation a également été conçue pour fonctionner en synergie avec ce composé et ses effets. Avec de plus en plus de rapports d’études attestant de la sécurité et de l’efficacité de cette plante médicinale, ainsi que les juridictions qui travaillent à établir des profils et des protocoles de sécurité, cette probabilité devient de plus en plus réelle.”

Après quelques jours de consommation à raison d’une gomme par jour le matin avant le petit-déjeuner, comme je le ferais avec la psilocybine, je n’ai pas remarqué de différence notable. Il me fallait toujours cette tasse de café pour faire fonctionner mon cerveau de manière optimale. Mais la société recommande de prendre les gommes en suivant un cycle de “cinq jours avec, cinq jours sans”. En ce qui concerne le dosage, voici les instructions que l’on peut trouver sur l’emballage : “Chaque personne est différente. Commencez en douceur et découvrez ce qui fonctionne pour vous. Lors de votre première dose, prenez un petit morceau et augmentez peu à peu la dose jusqu’à obtention de l’effet désiré.”

Nikki me confie qu’il lui a fallu un certain temps avant de trouver la bonne dose, celle qui lui procure les mêmes effets auparavant obtenus avec la psilocybine. “Comme une seule pilule quotidienne de cordyceps ne me faisait pas grand-chose, j’ai décidé d’en prendre deux par jour. Avec cette dose double, je me suis retrouvée dans un état de flow, pas aussi fort qu’avec la psilocybine, mais suffisamment pour que ça me soit utile. Et ma consommation de caféine a beaucoup diminué, ce qui n’est pas négligeable.” 

Comme pour le microdosage de psilocybine, il faut se préparer à de nombreux essais et erreurs avant de trouver les quantités et les produits qu’il vous faut. Si les champignons fonctionnels ne semblent pas procurer des effets aussi rapides que la caféine, l’arrivée constante de nouveaux produits sur le marché et le nombre croissant d’études sur leurs bienfaits laissent à penser qu’un peu d’expérimentation et de patience ne peuvent faire de mal à personne.

*Les noms ont été changés pour garantir l’anonymat des personnes interviewées.

Tagged:
Culture
drogues
champignons
santé mentale