Photography Eddie Wrey

la jeunesse du monde entier est sur i-D

Appareil à l'épaule, les photographes d'i-D ont parcouru la planète - de Bangalore à Belfast, en passant par Harlem et Paris - pour rencontrer la jeunesse du monde et parler des problèmes auxquels elle doit faire face.

par i-D Staff
|
16 Juin 2016, 2:05pm

Photography Eddie Wrey

Photographie Alex Franco

Gianni Locatelli, 18 ans, France. Comment décrirais-tu ton pays à quelqu'un qui n'y est jamais venu... Charmant. Comment impliquer les jeunes dans la politique aujourd'hui ? Il n'y a qu'à les écouter. Qu'aimerais-tu voir changer dans le monde ? J'aimerais voir moins de gens malheureux tous les jours. Tes rêves et espoirs pour le futur de la planète ? Paix et amour. 

Photographie Alex Franco

Photographie Alex Franco

Sylvester Ulv Henriksen, 21 ans, Danemark. À quels problèmes doit faire face la jeunesse danoise aujourd'hui ? Elle vit trop dans le confort pour prendre des risques et explorer le monde. L'inexploré. Qu'aimerais-tu voir changer dans le monde ? Je veux la paix ! Que doivent faire les gouvernements pour ça ? Faire de la place pour tout le monde. j'aimerais que tout le monde puisse évoluer dans un environnement suffisamment sûr pour pouvoir s'exprimer comme ils l'entendent. C'est important de se soutenir les uns les autres. Tes rêves et tes espoirs pour le futur de la planète ? Que tout le monde vive sans danger, dans tous les sens du terme. 

Photographie Amber Mahoney

Lorna Foran, 25 ans, Irlande. Comment décrirais-tu ton pays à quelqu'un qui n'y est jamais venu... Il peut y pleuvoir pendant une semaine ou plus, sans discontinuer, et si le pays en soi est magnifique, c'est les gens dont vous vous souviendrez le plus. Si tu faisais de la politique, que ferais-tu différemment ? Je paierais mes impôts. Comment impliquer la jeunesse dans le débat politique aujourd'hui ? Peut-être en faisant de la politique un sujet moins solennel. Le Brexit, ça pourrait être très simple. Il suffirait d'aller dans les écoles et d'expliquer aux jeunes l'importance de leur vote, les informer sur les conséquences de leur vote, les conséquences du référendum sur leur futur. Tes rêves et espoirs pour le futur de la planète ? Qu'elle soit unie et en paix. 

Photographie Amber Mahoney. Stylisme Doria Santlofer. Coiffure Clay Nielsen. Maquillage Katie Mellinger. Pull American Apparel. Boucles d'oreilles Satomi Studio.

Ser Brandon Castro Serpas, 20 ans, Etats-Unis. Qu'aimerais-tu voir changer dans le monde ? J'aimerais voir des structures d'apprentissages adaptées aux communautés, des professionnels du handicap moteur et de la santé mentale sur les campus à la place des gardes armés. J'aimerais qu'on instaure des stratégies d'interventions de ses pairs, plutôt que cette politique de tolérance zéro type "au bout de trois avertissements..." Comment impliquer les jeunes dans le débat politique ? Je n'ai pas envie qu'ils soient impliqués. Je veux que les communautés individuelles deviennent la base du pouvoir. Je veux que les jeunes se sentent suffisamment à l'aise avec eux-mêmes pour aider les autres, les gens comme eux. Tes rêves et espoirs pour le futur de la planète ? L'avènement de l'énergie renouvelable, et de la transformation du plastique en bouffe - qu'on évite de mourir. 

Photographie Chardchakaj Waikawee

Srei Vacharaphol, 20 ans, Thaïlande. À quels problèmes doit faire face la jeunesse thaïlandaise aujourd'hui ? Je pense que le plus gros problème est le manque d'éducation politique des jeunes. Ils ne sont peut-être pas toujours capables de comprendre ce que représente et défend tel ou tel candidat, pour lequel ils pourraient voter.  Avec le sentiment de honte rattaché à certains groupes, on peut vite se perdre dans tout ça et ne pas bien saisir pour ou contre quoi on vote. Qu'aimerais-tu voir changer dans le monde ? J'aimerais que l'éducation soit plus accessible à tous. Quels sont tes rêves et tes espoirs pour le futur ? Un peu plus d'égalité des chances serait super.  

Photographie Fanny Latour-Lambert

Jan Melka, 21 ans, France. Comment décrirais-tu ton pays à quelqu'un qui n'y est jamais venu... C'est un pays libre où l'on fait tout de manière assez chic. Mais c'est aussi un pays très fougueux qui sait se battre pour ses droits. C'est peut-être pour ça qu'on est si fiers. À quels problèmes doit faire face la jeunesse française aujourd'hui ? Les jeunes parisiens s'ennuient à mourir. On a notre attitude, notre manière de parler et de bien s'habiller, mais est-ce qu'on comprend quelque chose à la vie ? Comment impliquer les jeunes dans le débat politique aujourd'hui ? Quand on leur donnera à voir un gouvernement qui peut vraiment changer les choses, les jeunes s'impliqueront d'eux-mêmes.  

Photographie Hanna Moon

HeeJin Gwon, 21 ans, Japon. Comment décrirais-tu ton pays à quelqu'un qui n'y est jamais venu... C'est un tout petit pays, avec beaucoup de gens, plein d'énergie et qui change très vite. À quels problèmes doit faire face la jeunesse japonaise aujourd'hui ? Trouver du boulot. Si tu faisais de la politique, que ferais-tu différemment ? Pas de mensonges, pas de corruption, et j'agirai avec bon sens. Comment impliquer les jeunes dans le débat politique ? Il faut leur faire comprendre qu'ils ont le pouvoir de changer leur pays. Arrêtez de vous morfondre et allez voter ! 

Photographie Helm Silva

Caio Paulo, Brésil. Comment décrirais-tu ton pays à quelqu'un qui n'y est jamais venu... Un mélange de plein de cultures et d'endroits magnifiques. Qu'aimerais-tu voir changer dans le monde ? J'aimerais qu'il y ait plus de respect. Je pense que c'est aussi simple que ça. Les gens doivent respecter les différences des autres et respecter la planète. Tu n'as même pas besoin de connaître ou d'aimer quelqu'un : simplement de le respecter et de l'accepter. Quels sont tes rêves et tes espoirs pour le futur ?  Je veux que le monde devienne un endroit où chacun peut être qui il souhaite être, et peu importe la race, la couleur de peau, la sexualité. Un endroit où l'on pourrait porter ce que l'on veut sans risque d'être jugé, sans haine - où tout le monde vivrait sans s'auto-destruire et sans détruire la planète. 

Photographie Helm Silva

Geelherme Vieira, 23 ans, Brésil. Comment décrirais-tu ton pays à quelqu'un qui n'y est jamais venu... C'est un pays énorme, très contrasté socialement et économiquement parlant. Il y a beaucoup de potentiel. Le Brésil en est encore à son étape de développement, et ça se sent bien quand tu descends dans nos rues. À quels problèmes doit faire face la jeunesse brésilienne aujourd'hui ? À notre situation politique en général. Notre futur est incertain, et les gens ont besoin de changement. Le problème est que la majorité de la population est homophobe, sexiste et soutient des leaders qui applaudissent leurs actes. Si vous lisez ceci, soyez-en sûrs : nous avons besoin d'aide. Comment impliquer les jeunes dans le débat politique ? Via internet. On a besoin de nouvelles plateformes.

Photographie Helm Silva

Michel Degas, 23 ans, Brésil. Comment décrirais-tu ton pays à quelqu'un qui n'y est jamais venu... Le Brésil, c'est le bordel. Mais un beau bordel. Les gens sont adorables, attentionnés. Le contact physique, c'est le grand truc au Brésil. On adore se prendre dans les bras. Un truc que tu ne verras comme ça nulle part ailleurs. Qu'aimerais-tu voir changer dans le monde ? J'aimerais que tout le monde s'accepte tel qu'il est. On ne peut commencer à bâtir un monde meilleur qu'en s'acceptant. Que doivent faire les gouvernements pour rendre cela possible ? Je n'ai pas vraiment confiance en eux. Je crois que le changement passe par le développement individuel. Le gouvernement se base sur une structure vieille et archaïque, conçue par les hommes, gérée par les hommes pour servir les hommes. Je n'y crois plus.  

Photographie Helm Silva

Sophia Starosta, 27 ans, Brésil. Comment décrirais-tu ton pays à quelqu'un qui n'y est jamais venu... Le Brésil est un pays très paradoxal. Nous ne sommes pas un pays pauvre, mais les richesses sont dans les mains d'une minorité. La majorité de la population vit très mal. Dans certaines villes comme Sao Paulo, il y a des gens qui n'ont pas d'eau courante et d'autres qui utilisent un hélicoptère pour aller au supermarché. C'est une terre de contradictions. Si tu faisais de la politique, que ferais-tu différemment ? J'écouterais et je respecterais les gens avant tout. Ce que la plupart des politiques font rarement. Tes rêves et tes espoirs pour le futur ?  J'aimerais que les gens fassent plus attention à être plus sympa les uns envers les autres. Et j'aimerais que l'on soit tous respectés, que nous ayons les mêmes chances et opportunités, du berceau à la tombe. 

Photographie Daniel Reiter

Henok Yetbarek, 17 ans, Ethiopie. Comment décrirais-tu ton pays à quelqu'un qui n'y est jamais venu... Les gens sont connus pour être très chaleureux et accueillants. Il y a beaucoup d'endroits magnifiques à visiter, et le café est délicieux. À quels problèmes doit faire face la jeunesse éthiopienne aujourd'hui ? Les jeunes comme moi n'ont aucun endroit gratuit où se retrouver et traîner. C'est compliqué, surtout quand tu n'as pas de travail. Et trouver du travail est un gros problème dans ma ville d'Addis Abbeba. Qu'aimerais-tu voir changer dans le monde ? J'aimerais qu'il n'y ai plus de guerres, plus de conflits et davantage de sport, d'inspiration et d'intérêt pour la jeunesse. Que doivent faire les gouvernements pour rendre cela possible ? Ils doivent rester ouverts aux idées nouvelles, être compréhensifs et respectueux des avis qui divergent du leur. Laissez une voix à la jeunesse !

Photographie Ian Kenneth Bird

Esben Weile Kjær, 23 ans, Danemark. Qu'aimerais-tu voir changer dans le monde ? On est une génération trop individualiste, qui nous retrouvons entre petites tribus, plutôt que de se rassembler dans la culture de masse. Je pense qu'on doit prendre conscience qu'il y a de la place pour tout le monde, qu'on a le droit d'être différent en dépit des normes et restrictions. Que doivent faire les gouvernements pour rendre cela possible ? C'est peut-être un peu vieux jeu, mais plus de solidarité suffirait. Je ne saurais jamais ce que c'est de vivre la vie de quelqu'un d'autre, mais je peux utiliser ma voix pour défendre une cause avec d'autres. Tes rêves et espoirs pour le futur ? J'espère que les gens se souviendront de nous comme d'une génération qui s'est amusée et qui a créé ce que l'on pourrait appeler la culture jeune et numérique contemporaine.