du bronx à bushwick avec gypsy sport, le futur de la mode new-yorkaise ?

Multi ethnique, sexuellement fluide, la marque bouscule avec pertinence et talent les standards de la mode.

par i-D Staff
|
18 Septembre 2015, 3:00pm

Tout a commencé avec une visière des New York Yankee. Un acheteur d'Opening Ceremony a croisé Rio Uribe (désormais fondateur de Gyspsy Sport) et lui a demandé s'il pouvait commander pour la boutique d'Howard Street son couvre-chef - un croisé visière Yankee et kufi africain. En hommage à leurs débuts, le défilé d'hier était émaillé de références aux Yankees, sauf qu'à la place du mythique logo de l'équipe de baseball, il a préféré s'attaquer à l'iconographie new yorkaise - qu'il a méticuleusement démontée. Le coeur du "I <3 NY" s'est transformé en saturne. Comprendre désormais I "Haturn" NY. Ou quelque chose dans ce goût-là.

"Cette collection était très inspirée par New York - c'est éclectique et excentrique" a expliqué Rio backstage. Des dragons brodés sur de la soie pour les accessoires des "ladies" de Chinatown. Le logo de Milton Glaser détourné pour les hordes de touristes de Midtown. Des maillots de basket pour Harlem…etc. Avec leurs piercings au nez, leurs baggys en denim, on avait l'impression que les gamins arrivaient directement des tréfonds de la ligne L pour débarquer sur le podium de Rio. La collection a été conçue dans une cave de Garment District: "Je tenais à montrer que New York est plein d'individus très différents, mais qu'on est aussi une tribu. Il y a de la solidarité."

C'est ce sens de la tribu qui fait la singularité de la marque dans le paysage de la mode new-yorkaise. Pan-ethnique, pan-sexuelle, fluide et totale, Gypsy Sport est en train de s'imposer comme l'une des puissances underground les plus révolutionnaires de la mode new yorkaise. Des barbus qui portent du gloss ou une femme enceinte avec des dreadlocks, plus fière de montrer son ventre que Kim Kardashian… Rarement l'éclectisme de la ville a été aussi bien retranscrit.

"Je voulais m'amuser avec toutes les cultures et les religions qui coexistent ici, explique Rio. C'est bien plus complexe qu'un métissage biracial. Tu peux être issu de trois ethnies différentes, avoir des parents qui ne pratiquent pas la même religion. Je voulais rendre hommage à cette génération qui mêle toutes ces influences dans un seul look."

Credits


Texte Emily Manning
Photos Kate Owen

Tagged:
FASHION WEEK
New York Fashion Week
Mode
Rio Uribe
printemps été 2016
gyspsy sport