Publicité

quand un peintre français rencontre miuccia prada

L'artiste, réalisateur et écrivain Christophe Chemin s'est inspiré des tapisseries du 16ème siècle et des jeux vidéos pour créer les imprimés de la dernière collection homme Prada.

par Emily Manning
|
25 Janvier 2016, 7:40pm

Photography Jason Lloyd Evans

Hercule frappe de ses points un Sigmund Freud armé d'une batte de baseball. Nina Simone mène la valse face à Jeanne d'Arc qui secoue des cymbales. Cette fresque fait partie du corpus The Important Ones qui sublime la dernière collection homme de Prada. 

Christophe Chemin, The Important Ones, 2016. Blue colored pencil on paper.

Cette scène peinte au bleu a été imaginée par Christophe Chemin, l'artiste français autodidacte qui pense le mot et l'image avec la même dextérité. Christophe bascule du dessin à la direction artistique, de la photographie au design et à l'écriture avec une souplesse inouïe. Tout récemment, celui qui s'est exilé à Berlin a été contacté par la grande maison italienne pour concevoir les imprimés de la nouvelle collection Prada. Si Miuccia s'est concentrée sur le plissé des chemises, l'élan marin des vestes et des chapeaux qu'on aurait dit sortis d'un fleuve antique, son défilé ne disait qu'une chose : Prada est éminemment ancré dans le présent. Le défilé s'est présenté accompagné d'un communiqué de 5 pages annonçant la collaboration entre la maison et l'artiste. A l'intérieur, on y trouvait une frise chronologique des événements culturels qui auraient inspiré les oeuvres de Christophe Chemin. Par exemple, pour son oeuvre Survival Utopia, l'artiste aurait puisé son inspiration dans une tapisserie du cinquecento et de ARK: Survival Evolved, un jeu pour Playstation sorti l'année dernière. ''Les gens trouveront ce qu'ils cherchent dans les vêtements, les références ne sont là que pour satisfaire les plus curieux'' déclare l'artiste.

Photographie Jason Lloyd Evans

Tu crées des ponts entre différentes disciplines. Laquelle as-tu appréhendé en premier ?
Je suis de ceux qui pensent que l'artiste porte certaines responsabilités. Il faut être honnête avec ce qu'on fait sinon, c'est du temps perdu. Il y a tellement de trucs à jeter partout et tellement de gâchis. C'est triste et ça me terrifie un peu. Le monde est plein à craquer. Les gens ''like, like, like'' comme ils détestent. Ça ne veut plus rien dire, c'est une énorme farce. Je pense qu'il faut redonner du sens aux images. En tant qu'artiste, je me demande toujours s'il est nécessaire que j'en créé une nouvelle, ou pas. J'ai constamment des idées, c'est dans ma nature. J'aime les exprimer par le prisme de différents médiums - être capable de m'exprimer de la manière la plus juste qui soit. Certaines idées fonctionnent mieux avec un certain medium, alors je saute de l'un à l'autre. Certains s'expriment à travers un livre, d'autres à travers un film, un dessin, une sculpture. On se sait jamais avant d'essayer. Mais pour moi c'est toujours la même voix qui parle. 

Christophe Chemin, Survival Utopia, 2016. Black ink on paper. 

Comment trouves-tu ton inspiration et qu'est-ce qui t'inspire ?
A peu près tout. Je suis comme une grosse éponge, je réinjecte très vite ce qu'il se passe autour de moi. Bien sûr j'ai des obsessions, des thèmes récurrents qui reviennent dans mon travail. Une chose que j'aime et que je me refuse jamais, c'est la beauté - la beauté simple.

J'aime beaucoup la manière dont tu décris ta pratique, semblable à celle d'un couturier qui passe d'un fil à l'autre. 
Ma pratique ressemble à celle de la dentelle fine. J'aime ce genre d'idées, changer de fil. Il faut que je les mette bout à bout pour comprendre comment ils interagissent entre eux. C'est un peu de l'ordre du montage. Je n'invente pas de grandes choses, je rassemble des idées et j'en tire certaines ficelles. Après je couds et je crée des motifs de ces fils. 

Photographie Jason Lloyd Evans

Comment est venue l'idée de cette collaboration avec Prada ?
Je suis un grand fan du travail de Miuccia, ce qu'elle fait m'inspire et m'importe. Je trouve son travail bien plus profond que celui de soi-disant ''artiste'' sur le marché. J'admire Prada et son appréhension de la mode, je m'en sens très proche. Elle se fiche vraiment de ce que les gens pensent d'elle, elle avance et je trouve ça admirable. Ce qu'elle fait a une valeur et transmet un message. Ce n'est pas le cas dans tout ce que je vois aujourd'hui.

Comment s'est déroulée la collaboration ?
Je connais très bien la maison. Mme Prada et Fabio Zambernardi avaient certaines intuitions et directions sur lesquelles ils voulaient travailler. Ils m'ont demandé de leur proposer une liste d'idées et elle en a tiré quatre à développer, différentes techniques de dessins que j'utilise. Il n'y a eu aucune censure ni contrainte. Nous avons longuement discuté avec Fabio et Miuccia Prada. Ils m'ont fait confiance du début à la fin. 

Christophe Chemin, Impossible True Love, 2015. Colored pencil on paper. 

As-tu envie de collaborer avec Miuccia Prada ou d'autres créateurs dans le futur ?
Je ne veux pas trop m'avancer mais oui, ma collaboration avec Miuccia Prada ne s'arrêtera pas là. Pour ce qui est des autres créateurs, je ne voudrais pas être méchant mais je n'ai aucune envie de travailler avec eux. Prada est la seule maison qui pouvait me laisser ma pleine liberté. Il y a énormément de respect et de confiance là-bas. C'est rare, donc précieux.

Malgré son exploration du passé, la collection est résolument tournée vers l'instant présent. Pourquoi faut-il parfois regarder en arrière ?
On traverse une époque difficile et il est impossible de s'en extirper. Ce n'est pas un temps pour l'abstraction ou les choses si conceptuelles qu'elles finissent par en devenir complètement obscures et inatteignables. On vient de quelque part, de quelque chose, plus grand que nous. Regarder en arrière et se replonger dans le passé - sans être nostalgique - peut aider l'humanité à trouver le juste et l'espoir. Il faut apprendre à être humble, vraiment. Il faut se souvenir qu'on n'est rien. 

Photographie Jason Lloyd Evans

Qu'est-ce qui te fait lever le matin ?
L'espoir. L'idée qu'avec de l'espoir on peut tout changer et rendre le monde meilleur. L'espoir d'agir. L'espoir de rencontrer de belles personnes et de partager des moments avec elles. L'espoir dans la beauté du monde. 

Christophe Chemin, Banquet Thieves, 2015. Colored pencil on paper.

Credits


Texte : Emily Manning
Photographie : Jason Lloyd Evans
Images courtesy de l'artiste