des photos saisissantes de la plus grande communauté spiritualiste du monde

La photographe Shannon Taggart s'apprête à sortir un livre documentaire visuel autour de cette religion méconnue centrée sur la communion avec les morts.

par Alice Newell-Hanson
|
24 Mai 2017, 4:50pm

zdjęcie shannon taggart z projektu 'Séance: Spiritualist Ritual and the Search for Ectoplasm'

Victoria Woodhull, suffragette et première femme à avoir brigué une place de présidente des États-Unis, était spiritualiste. Cette religion, basée sur la communication avec les esprits s'est développée durant la seconde moitié du 19ème siècle. Woodhull s'est toujours donnée pour mission de rendre rendre l'existence humaine plus supportable et a passé sa vie à défendre l'idée d'une vie après la mort. Le spiritualisme, bien que souvent décrié et défini comme un fantasme hippie, fait véritablement partie de l'histoire américaine. En 1987, selon les estimations du New York Times, plus de 8 millions de personnes s'estimaient spiritualistes aux États-Unis et en Europe.

Fondé durant l'âge d'or du spiritualisme en 1879, le petit village de Lily Dale, dans l'État de New York et proche du Lac Érié, rassemble tout au long de l'année des milliers de spiritualistes venus du monde entier. Un lieu de rendez-vous estival pour les libres penseurs spiritualistes et victoriens qui se donnent ensemble à des séances de spiritisme.

"La voyante Gretchen Clark rit après que son frère décédé ait stoppé une séance pour lui raconter une blague," Lily Dale, New York, 2001.

La photographe Shannon Taggart a grandi à Buffalo, à 80 kilomètres au Nord Est de Lily Dale. « Je ne savais pas grand-chose du spiritualisme jusqu'à ce que mes cousins aillent à Lily Dale pour des séances alors que j'avais 16 ans, explique-t-elle. Mon grand-père est rentré en contact avec eux lors d'une séance - un événement qui a choqué toute ma famille. Depuis je me pose beaucoup de questions. »

Lorsqu'elle est devenue photojournaliste professionnelle, Shannon a consacré son premier projet au mouvement spiritualiste à Lily Dale. « Je pensais faire un petit projet assez rapide sur cet étrange village. Mais finalement j'ai été complètement fasciné par le spiritualisme. » Seize ans plus tard, elle peaufine actuellement un ouvrage rassemblant les images et les informations récoltées durant ses innombrables aller-retours dans le village et dans les chefs-lieux du spiritualisme européens. Cela donnera donc forme à un guide photographique du spiritualisme, une religion aussi expérimentale qu'incroyablement étrange.

Qu'est-ce que vous vous attendiez à voir la première fois que vous êtes allé à Lily Dale ?

Je ne savais pas vraiment. C'est un petit village à coté d'un lac. Une fois que l'on franchit l'entrée et qu'on y entre, on peut ressentir une forme de magie. J'ai eu l'impression de voyager dans le temps. Il y a plein de petites maisons Victoriennes. C'est un village très ancien. Des œuvres d'art spiritualistes sont accrochées sur les façades des bâtiments et trônent sur les cheminées des maisons. C'était très différent de tous les endroits dans lesquels je suis allée. La première fois que je m'y suis rendue, je n'arrivais pas à croire que ces gens pensaient véritablement converser avec les morts. Il a fallu que je m'y fasse. J'étais vraiment ouverte à la discussion. Les habitants de Lily Dale m'ont gracieusement raconté leurs croyances et leurs histoires. Je ne savais vraiment pas sur quoi est-ce que j'allais tomber.

"Planchette pour écriture automatique," Arthur Findlay College, Stansted, England, 2012.

Comment décririez-vous le spiritualisme ? Est-ce que c'est une religion, une simple pratique ?

C'est une religion. Il n'y a pas de dogme mais il y a dix principes - le plus important étant que la vie continue après la mort. Tous les efforts des spiritualistes servent à illustrer cela et aider les personnes qui souffrent. Les spiritualistes voient leur pratique comme une philosophie, une science. Le spiritualisme est arrivé à un moment où les découvertes scientifiques des forces invisibles étaient nombreuses - la théorie de l'origine microbienne des maladies, les rayons x, le microscope. On a utilisé des méthodes scientifiques pour prouver l'existence d'un royaume spirituel. Malheureusement, la relation entre spiritualisme et science n'a jamais été parfaite. La véracité de certaines révélations n'a pas été prouvée. C'est l'un des thèmes de mon livre.

Pourquoi cette communauté s'est-elle regroupée à Lily Dale ?

Le spiritualisme est né à côté de Rochester, dans l'état de New York. À l'époque, Buffalo était la ville la plus riche des Etats-Unis et les plus grands noms du spiritualisme y habitaient. Ils avaient assez d'argent pour bâtir toute une ville consacrée au spiritualisme. Un train reliait Rochester à Lily Dale. Les terres sur lesquels Lily Dale a été construite ont toujours été considérées comme magiques. C'était également l'un des seuls endroits où les femmes pouvaient s'exprimer publiquement, avant même qu'elles n'aient le droit de vote.

"Dorothy et la sphère violette qu'elle interprète comme la présence de son frère décédé, Bob," Lily Dale, New York, 2001.

Qu'est-ce qui vous a poussée à continuer pendant 16 ans vos recherches autour du spiritualisme après le premier été ?

J'ai appris à connaître l'histoire de la photographie autour du spiritualisme, cela m'a beaucoup inspirée. Un mouvement complètement occulté par les manuels scolaires. Je me suis aussi beaucoup intéressée à l'histoire sociale du spiritualisme, le nombre de Prix Nobel intéressés par le spiritualisme et son lien avec les réformes radicales et les droits des femmes. Le spiritualisme est souvent associé au mouvement hippy et a inspiré un grand nombre d'artistes. Pensons aux surréalistes par exemple qui comptent grand nombre de spiritualistes parmi eux. Aujourd'hui les historiens de l'art réinterprètent l'histoire de l'art abstrait et ses figures de proue telles qu'Hilma af Klint et Georgiana Houghton, qui ont toutes deux affirmé que leur pinceau était guidé par les esprits.

Mon livre ne tournera pas uniquement autour de mes photos. Il y aura aussi un certain nombre d'images d'archive, pour que chacun puisse comprendre ce que je fais. J'espère vraiment que les spiritualistes se retrouveront dans mon livre. D'après ce que je sais, je suis la seule à travailler de manière anthropologique et journalistique sur le sujet et à récolter des données sur cette pratique. 

"Table de guérison, centre de médiumnité de Mont Cabirol," Mirepoix, France, 2014.

Les habitants de Lily Dale diffèrent-ils du reste des spiritualistes ?

Les visiteurs sont tous très différents. Les personnes qui y habitent ont généralement 50 ans et plus, mais il existe une « semaine des enfants » organisée tous les étés, lors de laquelle les enfants peuvent prendre des cours de médecine douce et de spiritisme. Cette religion semble vieillir. Les gens s'y intéressent lorsqu'ils atteignent un certain âge et qu'ils ont perdu plusieurs proches. Mais j'ai rencontré des personnes venues à Lily Dale pour des raisons totalement inattendues.

Quelles sont les méthodes principales des spiritualistes pour communiquer avec les morts ?

Il y a bien sûr la voyance et les médiums. Il y a aussi la guérison spirituelle, similaire à l'imposition des mains ou le reiki mais les soigneurs se disent habités par le pouvoir des esprits. Ensuite il y a des pratiques comme la table tournante ou la médiumnité physique qui consistent à rechercher des effets physiques lors des séances. Aujourd'hui, ces pratiques sont moins populaires. Il y a aussi un nouveau mouvement très intéressant qui utilise la technologie combinée au don de médium. On appelle cela la transcommunication instrumentale. On utilise une radio, des appareils photos ou des caméras pour essayer d'amplifier la connexion et garder une trace de l'échange. Le spiritualisme a toujours été lié à la technologie.

"Naomi écoute la réponse d'une 'ghost box', un appareil qui décrypte les messages des esprits grâce aux fréquences radio," Lily Dale, New York, 2015.

Comment avez-vous récolté des données sur ces pratiques ?

Au début, j'ai eu une approche purement documentaire. Mais j'ai vite été frustrée par les photos que je prenais lors de séance. J'ai eu l'impression qu'elles ne rendaient pas compte de la réalité psychologique des événements, ces atmosphères très chargées. Puis j'ai commencé à capturer d'heureux accidents - comme lorsque je me suis retrouvée au milieu d'une séance de spiritisme et que le flou de l'image rendait compte de l'atmosphère de l'instant. Il y a aussi eu des choses anormales, comme lorsqu'une sphère violette est apparue au-dessus de l'épaule d'une femme sur une photo. Elle m'a dit que c'était son mari décédé.

Je n'ai jamais voulu trop interpréter ces anomalies photographiques, et de toute façon, je pense que ce ne serait pas professionnel. Mais j'ai commencé à varier et à dépasser les frontières. J'ai été très inspirée par les gens qui pratiquent la transcommunication instrumentale - ils sont toujours à la recherche de ce bug, de quelque chose que l'on pourrait interpréter. J'ai donc commencé à faire cela avec mon appareil photo, je me suis laissée aller. Le projet mélange cette étude anthropologique et journalistique et ma photographie expérimentale. 

"Le révérend Jean soigne Jennifer," The Healing Temple, Lily Dale, New York, 2003.

Avez-vous vécu des expériences inexplicables ?

Oui. Pour être très honnête j'ai vécu beaucoup d'expériences très mystérieuses. J'ai aussi vécu des expériences totalement absurdes ! Ainsi que des expériences que j'ai trouvées totalement bidons. C'est l'oscillation entre ces différentes expériences qui me fascine. Un médium m'a dit un jour, « tu vas avoir un enfant à Noël, » deux ans plus tard je donnais naissance la veille de Noël alors que ce n'était pas prévu pour ce jour là. Aujourd'hui je suis un peu anxieuse parce que tous me disaient que j'allais avoir une petite fille alors que je n'ai pas prévu d'avoir un autre enfant. Les gens recevaient aussi des messages de leurs proches, des messages avec un véritable sens. J'ai aussi été sujette à une hypnose régressive, qui a pour but de s'intéresser à la vie antérieure - j'ai vécu un rêve éveillé très intense. Je ne m'attendais pas du tout à cela. Tout cela m'a beaucoup aidé à devenir plus créative et à penser le monde autrement.

"Séance: Spiritualist Ritual and the Search for Ectoplasm" disponible en pré-commande via Unbound. 

"Inspiration Stump, endroit sacré de Lily Dale où les médiums ont reçu des messages depuis1879, et l'endroit où j'ai reçu le message de mon grand-père," Lily Dale, New York, 2012.

"Le médium Kevin Lawrenson en pleine guérison," Mirepoix, France, 2014.

"Les outils que Willa a tordus avec son esprit," Lily Dale, New York, 2002.

"Le message qu'a reçu Myra Basey d'Elvis," Peterborough, England, 2012.

"Chasse aux sphères avec appareil photo, après avoir prié pour leur apparition," Sette Fratelli, Sardinia, Italy, 2015.

"Fumée prédisant l'avenir avec le médium Susan Barnes," Arthur Findlay College, Stansted, England, 2016.

Credits


Texte Alice Newell-Hanson
Photographie Shannon Taggart

Tagged:
Photographie
spiritualisme
lily dale
shannon taggart