still from

le jeune acteur de the oa repousse un peu plus les limites de la représentation transgenre

Ian Alexander, 15 ans, nous a parlé d'identité(s), d'engagement, de tolérance et de ses débuts sur les écrans.

|
janv. 4 2017, 9:15am

still from

Dans un concours de circonstances miraculeux, Ian Alexander, 15 ans, a connu une année exceptionnelle. Il a obtenu un rôle important dans l'une des séries les plus hype de 2016, faisant de lui le seul acteur trans asio-américain, selon GLAAD. En Mai, il s'est affirmé en tant qu'activiste trans lorsqu'il a répondu avec une touche d'humour noir à une protestation homophobe ayant eu lieu dans un campus américain, une réfutation retweetée plus de mille fois en une semaine. Enfin, il a rencontré Kanye West.

La série Netflix dans laquelle Ian joue, The OA, est un thriller de science fiction qui parle de miracles, de rencontres fortuites et de la dualité au coeur même de chaque individu. Même le nom de la série est le fruit d'une tournure scénaristique plutôt mystique. Le rôle principal, une femme qui déclare être un ange voyageant entre les dimensions, est joué par Brit Marling co-écrivaine et coproductrice de la série avec le réalisateur Zal Batmanglij. Ian joue le rôle de Buck, un jeune banlieusard qui rejoint un groupe hétéroclite de personnes cherchant leur « moi » invisible (chaque personne possédant une personnalité visible de tous et une personnalité invisible, la vraie identité) sous la direction de ce supposé ange. Buck, comme Ian l'affirme, « c'est moi, il est juste comme moi » : un jeune asio-américain, ayant à peu près son âge, avec une mère qui le soutient et l'aide face à un père qui ne comprend toujours pas les bases de l'identité queer (particulièrement les pronoms et les noms associés, son père l'appelle toujours par son ancien nom, Michelle.)

Comme il le dit, Ian a été « capable d'interpréter le personnage de Buck très facilement parce que nous sommes vraiment similaires - non seulement dans nos personnalités et dans nos intérêts mais également à travers la situation dans laquelle on se trouve. » « La série m'a vraiment aidé à me comprendre. Les membres de cette famille peuvent venir de différents horizons et de foyers très variés, c'est quelque chose de très beau qui m'a apporté beaucoup de soutien. » Trouver de nouvelles familles pour se sentir plus soutenu est quelque chose de commun à une majorité des membres de la communauté queer, Ian à trouvé la sienne sur le web. « Les forums, les groupes de discussion ou le fait de lire les expériences des autres sur les blogs. » Tout cela a commencé lorsqu'il avait 12 ou 13 ans, « avant de réellement me rendre compte de ma transidentité. J'étais simplement intrigué par la communauté existante en ligne. Je suis tombé sur ces vidéos Youtube de transition « female-to-male », les « bilans » après la prise de testostérone ou après les opérations. Je ne sais pas pourquoi mais j'étais fasciné par ça. Ensuite, lorsque je me suis rendu compte de ma réelle identité, j'ai retrouvé cette communauté. J'ai trouvé des gens de mon âge qui avaient vécu les mêmes épreuves, c'était une sorte de réseau de soutien. » Un an plus tard, à 14 ans, il a compris sa vraie identité d'homme transgenre pansexuel, toujours en questionnement sur sa non conformité de genre et sa binarité.

The OA est la première expérience de Ian en tant qu'acteur professionnel, mais il a déjà passé quelques années dans les théâtres, jouant des rôles masculins. « C'était drôle parce que j'étais un enfant timide. Je n'approchais pas beaucoup les gens et je ne parlais pas beaucoup. » Mais lorsqu'il était sur scène et qu'il jouait des rôles masculins, Ian ressentait un « élan de confiance et un sentiment de fierté qui prenait le pas sur mes anxiétés et mes peurs. » Ces performances représentaient pour lui autant d'opportunités de se mettre à jour sans recevoir aucuns jugements.

Ian nous avoue rapidement que ses deux parents mormons sont des soutiens de plus en plus solides avec le temps. « Ma mère a toujours très bien réagi, vu tout ce qu'elle a sacrifié pour moi. » - il a par exemple pu se désinscrire de son école à Washington pour aller à New York, là où la série a été filmée, comme il l'explique. « Elle bute encore parfois sur l'usage de certains noms et certains pronoms, c'est assez compliqué pour elle de comprendre mon identité de genre » (Ian n'utilise que « il », « lui » et « son ») - « mais elle m'aime et me supporte et cela veut dire beaucoup pour moi. »

Ian a trouvé l'annonce pour le casting sur un post Tumblr. « Il y avait vraiment beaucoup de candidats parce que tout le monde était très excité de savoir que Netflix recherchait un acteur trans pour jouer un rôle. » Ce qui est très rare à Hollywood. « L'annonce était si précise : un trans asiatique d'environ 14 ans. Et j'avais 14 ans. Et j'étais trans. Mais je ne m'attendais pas à avoir le rôle. J'ai été vraiment ému lorsque je l'ai su. »

Ian a vu cette opportunité comme une sorte d' « aventure ». Et comme il le dit : « Je savais que devoir se déplacer et abandonner autant de choses était très difficile pour ma mère, mais j'étais vraiment excité et je voyais ça comme une expérience d'apprentissage extraordinaire. » La formation d'acteur qui lui a été donnée par l'équipe de la série l'a aidé à se concentrer sur ses propres expériences pour réussir à cerner le personnage compliqué qu'est Buck, un personnage qui partout dans le monde inspire les spectateurs dans la défense de leur identité propre. En quelques mois, Ian a rencontré un soutien international pour son activisme queer.

Quand nous l'avions rencontré pour la première fois en avril dernier, Ian collaborait avec The Network, une organisation nationale basée à New York et dirigée par de jeunes queer ayant pour rôle d'aider le reste de la jeunesse queer. Depuis, il a fréquenté les plus grandes industries supportant aussi la communauté LGBTQ - non seulement Marling ou Batmanglij, mais aussi, accidentellement, Kanye West (qui comme tout le monde le sait a attaqué la communauté hip hop en 2005 pour son homophobie latente). « C'était bizarre parce qu'il jouait à un événement Network et il était dans le même immeuble en train d'aller dans l'une des chambres de notre étage. J'étais avec des amis et nous marchions vers l'ascenseur. Les portes se sont ouvertes et Kanye West était là devant nous avec ses gardes du corps. C'était vraiment le timing parfait, si on était parti cinq minutes plus tard, on l'aurait raté. Je me souviens qu'il nous a dit : « hey » puis qu'il nous a demandé comment on allait. On était vraiment choqués, on n'a pas dit grand chose ! ».

Ian va avoir de nombreuses autres opportunités pour partager son message, avec d'autres jeunes activistes LGBTQ comme Rowan Blanchard et Amandla Stenberg ; ses comptes Twitter et Instagram amassent de plus en plus de followers jour après jour. Aujourd'hui, Ian vit chez lui à D.C. avec ses parents, il va au lycée et il recherche de nouveaux rôles. Une chose est sûre, il sait qu'il veut retourner un jour à New York. « D.C. est assez progressiste mais il y a tellement de diversité et d'émulation à New York ». Le lieu parfait pour véhiculer un message essentiel.

Credits


Texte : Kristin Huggins
Capture de The OA