dans les archives secrètes de carla sozzani

Esthète et mécène hors-pair, Carla Sozzani expose des photos iconiques tirées de sa collection personnelle, à la galerie Azzedine à Paris. L'occasion de revenir sur son parcours et de retrouver les clichés de Richard Avedon, Bruce Weber et Alice...

par Felix Petty
|
18 Novembre 2016, 4:30pm

Azzedine Alaïa and Naomi Campbell, 1987 / Arthur Elgort © Arthur Elgort

La carrière de Carla Sozzani fait rêver. Un peu comme les photographies qu'elle n'a cessé de collectionner. On lui doit la création de 10 Corso Como, la plus avant-gardiste des librairies d'art d'Italie - ou d'Europe. Carla a travaillé pour Vogue, lancé l'édition italienne du Elle, dirige l'éponyme galerie Carla Sozzani et a collaboré, des décennies durant, à l'avènement d'Azzedine Alaïa.

Toutes ces années passées dans l'univers de la mode lui ont valu de rassembler un bon nombre de tirages aussi irrévérencieux qu'élégants, que L'esthete et galeriste a collectionné depuis ses débuts. On retrouve dans ses tiroirs l'iconique portrait de Marilyn Monroe signé Richard Avedon et ceux des chiens de Bruce Weber. Rien que ça. 

Helmut Newton, Rue Aubriot, paris 1976 / Alice Springs © Alice Springs

Mais c'est sans doute à Azzedine qu'on doit d'avoir mis en lumière son étonnante collection de photographies. C'est lui, en effet, qui a convaincu Carla de présenter et d'exposer ses trouvailles dans sa galerie personnelle à Paris. L'exposition, intitulée Between Art and Fashion,est curatée par Fabrice Hergott du Musée d'Art Moderne de Paris. Ce dernier s'est plongé dans la collection éclectique de la Carla pour en faire ressurgir 220 images dont la beauté révèle la vision artistique d'une figure majeure de la mode italienne.

"Il m'a littéralement poussé à faire ça. Sans lui, je n'aurais jamais pensé une seconde à montrer ma collection de photos. d'ailleurs, ce n'est pas une collection à mes yeux mais un voyage à travers les moments clés de mon existence. Je me sens comme à la maison dans la galerie Azzedine, c'est un endroit magique et c'est un immense honneur d'être exposée ici."

Hands, 1941 / Horst P. Horst © Conde Nast 

C'est une image prise par Irvin Penn en 1949 - où l'on voit Jean Pratchett et Bridget Tichenor jouer au tarot - qui a donné le goût de la collection à Carla, quand elle l'achète en 1974. Et que dire de la collection massive qu'elle a rassemblé durant les 42 ans qui ont suivi. Mais attention, elle ne collecte qu'en réponse à un désir « d'amour et de beauté » - chaque image doit avoir une signification personnelle pour elle.

Il a fallu faire appel à l'instinct de curateur de Fabrice pour mettre en ordre tous ces souvenirs et sélectionner les quelque 220 images qui composent l'exposition. « Il a un œil très assuré, » continue Carla. « J'ai beaucoup appris en le regardant faire ces choix. » Il aura notamment su sortir de l'écueil des classements par dates, thèmes ou styles, en optant plutôt pour un accrochage alphabétique. « Il a créé un chaos très intéressant, » assure Carla. « Un chaos qui fonctionne très bien ! »

Et, si elle devait ne choisir qu'une image des 220 exposées ; sa préférée ? « La photo de Paolo Roversi, de la robe noire Alaïa. Azzedine l'appelle la robe "Carla", parce que je me suis faite virer du Elle italien quand j'ai voulu la mettre en couverture ! »

Marilyn Monroe, 1957 / Photograph by Richard Avedon © The Richard Avedon Foundation

Club Allegro fortissimo, Paris, 1990 / William Klein © William Klein

Eel series, Rome, Italy, May 1977 - August 1978 / Francesca Woodman © Courtesy George and Betty Woodman

A Letter to True, 2003 / Bruce Weber © Bruce Weber

Peggy Moffitt in Rudi Gernreich, Topless Swimsuit, 1964 / Photograph by William Claxton / Courtesy Demont Photo Management

Paula Gellibrand, Marquise de Casa Maury, 1928 / Cecil Beaton©The Cecil Beaton Studio Archive at Sotheby's

Credits


Texte Felix Petty

Tagged:
Photographie
exposition
carla sozanni