Kansas City, Kansas, May 1983

splendeur et décadence de l'amérique des années 1980

Pour sa série American Prospects, le photographe Joel Sternfeld a immortalisé l'Amérique des années 1970 et 1980 : un territoire de contrastes et d'inégalités. Son travail est exposé en ce moment à la galerie Beetles + Huxley à Londres.

par Felix Petty
|
07 Février 2017, 3:40pm

Kansas City, Kansas, May 1983

Il existe une grande tradition chez les photographes américains qui consiste à prendre la route pour immortaliser les paysages et les gens qui les peuplent ainsi que les crises et les grands changements historiques du pays. Aujourd'hui, quelque temps après l'élection de Trump au pouvoir, les États-Unis sont à l'un des nombreux carrefours de leur existence. Le pays s'est engagé dans une direction et attend de voir ce que ce chemin lui réserve. C'est durant ce genre de période et de grand tournant qu'il est intéressant de regarder en arrière pour mieux comprendre le présent.

De la guerre civile, qui a été l'un des premiers conflits photographié et documenté, aux éprouvantes images de Walker Evans qui montraient les ruines de la Grande Dépression, les États-Unis sont passés sous l'objectif d'une pléthore de grands photographes. Il y a aussi eu les clichés aussi irréels que saturés de William Eggleston, ou ceux de Robert Frank, qui dans un travail approfondi, presque sociologique, montrait l'Amérique à travers les yeux d'un étranger. Au 21ème siècle, Ryan McGinley capture des gens libres, perdus dans la nature, loin du monde. Joel Sternfeld, lui, a travaillé près de dix ans sur sa série American Prospects qui, d'une certaine façon, rassemble tous les travaux cités au-dessus. 

Agoura, California, February 1988  

En 1978, comme Robert Frank avant lui, Joel Sternfeld prend la route et traverse le pays pour immortaliser ce qu'il voit. Sa vision est unique. Ses photos sont prises avec un appareil grand format, ce qui nous permet de contempler les détails et le doux éclat des couleurs de ses clichés dramatiques. La plupart de ses photos sont des paysages, des plaines, des montagnes, des banlieues et des villes. Mais le portrait de l'Amérique qu'il dépeint est indispensable, nécessaire, et mérite d'être vu une nouvelle fois près de 40 ans plus tard. Des images exposées pour la première fois depuis 15 ans à la galerie londonienne Beetles + Huxley.

L'Amérique de Sternfeld est pleine de conflits, à la charnière entre ancien et nouveau monde. Une société qui balance violemment entre richesse et pauvreté et qui, du haut de ce déséquilibre, dirige l'évolution du monde, souvent de manière infructueuse. Son Amérique est celle de la privation post-industrielle, de la richesse enclavée et hermétique, de l'isolement rural et de la joie des banlieues. Les humains sont rarement centraux dans les photos de Sternfeld, ce dernier les utilise comme des éléments de composition ; mais, paradoxalement, les gens forment le noyau émotionnel de son travail. 

USS Alabama, Mobile, Alabama, September 1980 

Ces photos montrent le caractère immuable de l'architecture et des paysages américains. Les habitants, eux, incarnent les contradictions du pays. La richesse et les ruines, la superficialité et la pauvreté, le rêve et la réalité, la nature qui se cache derrière les artifices.

Ces images montrent d'une part une Amérique fluctuante, qui s'émiette et se décompose - parfois même incendiée. Puis d'autre part une Amérique nouvelle, immaculée, soignée. Une alternance qui illustre parfaitement les inégalités du pays. 

Wet 'n Wild Aquatic Theme Park, Orlando, Florida, September 1980  

American Prospects n'est pas un simple reportage photo. Les images de Sternfeld sont impulsées par quelque chose de plus ample que la vie. L'Amérique qu'il capture est irréelle tout en étant prosaïque, Lynchéenne et quelque peu gênante tandis que les couleurs sans relief adoucissent la dure réalité. C'est cette dynamique qui donne sa force à la photographie de Sternfeld.

Exhausted Renegade Elephant, Woodland, Washington, June 1979  

Sa photo la plus connue est certainement la plus surréaliste. Exhausted Renegade Elephant (ndlr Éléphant déserteur exténué), qui porte très bien son nom. Sur une petite route de l'État de Washington, un éléphant allongé est arrosé à l'aide d'un jet d'eau pendant qu'un petit groupe de curieux accompagné par le sheriff local observe la scène. Une photo qui défie la raison. Une autre image, incroyable elle aussi, montre au premier plan des citrouilles éclatées sur le terrain d'un maraîcher situé au bord d'une route. En arrière-plan, une maison est en feu. Et en regardant bien, on peut apercevoir un pompier faire ses courses chez le maraîcher, comme si de rien n'était. C'est au creux de ces contrastes que se loge la magie de la photographie de Sternfeld - et toute l'étrangeté des États-Unis. 

L'exposition Joel Sternfeld, Colour Photographs 1977 - 1988 est visible à la galerie londonienne Beetles + Huxley jusqu'au 18 février. 

McLean, Virginia, December 1978 

Rustic Canyon, Santa Monica, California, May 1979 

Red Rock State Campground (Boy), Gallup, New Mexico, September 1982 

Grafton, West Virginia, February, 1983 

Ketchum, Idaho, October 1980 

Credits


Texte : Felix Petty

Photographie © Joel Sternfeld, courtesy Luhring Augustine and Beetles + Huxley

Tagged:
Photographie
Etats-Unis
Joel Sternfeld