Courtesy Netflix

9 films cultes qui ont inspiré stranger things

De quoi se nourrir en attendant (de plus en plus impatiemment) le retour d'Eleven, Mike, Will, Dustin et Lucas, le 27 octobre sur Netflix.

par Douglas Greenwood
|
06 Septembre 2017, 8:13am

Courtesy Netflix

L'an dernier, on ne l'attendait pas ou peu, et pourtant Stranger Things a retourné notre été, nos cœurs et parfois nos estomacs. La saison 2 est sur le point de sortir, ce qui risque de nous priver de vie sociale plusieurs semaines durant. Et en attendant impatiemment, on fait ce qu'on peut, on re-regarde les déboires d'Eleven pour la troisième fois, ou alors on fait comme en Angleterre : à Londres, le Cinema Prince Charles organise une rétrospective de deux mois qui revient sur tous les films qui ont inspiré les créateurs de la série, Matt et Ross Duffer.

Alors si vous pensiez déjà être le plus grand fan de Stranger Things et que vous ne savez plus quoi faire pour éponger l'attente, voilà les plus beaux récits de science-fiction et d'apprentissages adolescents sans lesquels la série n'aurait certainement pas été.

Stand By Me
Le chef-d'œuvre du récit d'apprentissage. Un film qui a inspiré des générations entières de spectateurs conquis, qui les a poussées à réévaluer les amitiés qui avaient marqué leur enfance. Le film raconte les aventures de quatre gosses qui suivent les rails de leur train de campagne à la recherche d'un garçon récemment disparu dans le coin. De quoi rappeler la petite troupe de Stranger Things, qui part à la recherche d'un Will Byer lui aussi mystérieusement évaporé. C'est la première fois que nos quatre explorateurs s'échappent de leur cocon familial, et c'est ce qu'il fallait pour que leur camaraderie bourgeonne. Au cours de leur périple, ils apprennent les vertus de l'amitié, et tous les remous du passage à l'âge adulte. Les Duffer Brothers, créateur de Stranger Things, ont déclaré leur amour pour le film, en donnant à l'un des épisodes de la saison 1 le même nom que la nouvelle de Stephen King sur lequel Stand By Me est basé : The Body.

Firestarter
Dur de passer outre Stephen King quand on explore les influences des Duffer Brothers. Dans leur liste de pépites, les frères citent également Firestarter, un autre film adapté d'un récit de King. S'il n'a pas reçu les mêmes honneurs critiques que Stand By Me à sa sortie, il est parvenu depuis à se hisser au rang de film culte. On y retrouve une Drew Barrymore (déjà cool à dix ans) dans le rôle d'une fille à qui les deux parents télépathes ont donné le pouvoir de démarrer des feux avec son esprit et de prédire le futur. On retrouve dans le personnage de Charlie, dans son apparente innocence et ses talents mortels, des traits d'Eleven, qui se retrouve elle aussi traquée à cause de ses habilités, et de toutes les possibilités qu'elles offrent à un esprit mal tourné.

Akira
Un classique intemporel. Ce film d'animation japonais de 1988 raconte l'histoire d'un ado doué de télékinésie qui sert de rat de laboratoire au gouvernement. Ça vous rappelle quelque chose ? Akira est sûrement le film le plus obscur référencé par Stranger Things. On parle ici d'une dystopie qui se pose en 2019 (on devrait peut-être se méfier, ce n'est pas si loin), alors que tous les autres récits influents sur la série ont les années 1980 comme toile de fond. Cela dit, c'est compréhensible. Akira est une pièce maîtresse du cinéma de science-fiction. Et il peut bien avoir 29 ans, ce film d'action et de violence a incroyablement résisté à l'épreuve du temps et nourrit encore de nombreux réalisateurs aujourd'hui.

Les Goonies
Si le périple des enfants de Stand By Me leur permet de se découvrir eux-mêmes, l'aventure de ceux de The Goonies, de Spielberg, tient plus de l'aventure fantastique. Un trait qui se calque plus encore sur la mystique de Stranger Things. Mais les deux films se retrouvent dans l'esprit qu'ils transcendent et transmettent : on y retrouve à chaque fois une part de notre émerveillement gamin, et sans aucun doute, on peut tirer des ressemblances entre ces deux groupes d'ados explorateurs. Pour ce qui est de l'ADN partagé du film avec Stranger Things : vous vous souvenez du king des Goonies, Chunk ? Forcément. Vous ne voyez pas un peu de Dustin en lui ?

Freddy : Les Griffes de la nuit
Il y a toujours quelque chose de malaisant à observer l'horreur s'introduire insidieusement dans l'univers capitonné de la banlieue américaine. Si ce genre de prémisses a autant effrayé à l'époque, c'est sûrement que leur décor était celui d'une petite ville banale. Reconnaissante, identifiable. Peut-être la vôtre. Dans Les Griffes de la nuit, la dégaine terrifiante de Freddy vient hanter et tuer les gens dans leur sommeil, dans leurs rêves, comme le Demogorgon de Stranger Things vient remuer les rues de la petite ville d'Hawkins, dans l'Indiana. Les Duffer Brothers sont clairement fans du film : pendant le climax de la première saison, le plan concocté par Jonathan et Nancy pour tuer leur monstre s'approche du piège tendu par les ados d'Elm Street pour éliminer Krueger.

Rencontre du troisième type
Si la plupart des clins d'œil de Stranger Things à la pop culture sont à trouver dans les storylines et agissements des gosses de la série, certains de ses personnages plus âgés ne sont pas en reste. La performance de Winona Ryder, ce personnage de mère rendue folle par la voix de son fils disparu qui résonne aux quatre coins de sa maison, est une référence assez claire au rôle de Richard Dreyfuss, Roy, dans le classique de Spielberg, Rencontres du troisième type. Joyce et Roy sont tous les deux vus comme des fous tant ils sont prêts à tout pour prouver au reste du monde qu'ils ont raison, et qu'il y a encore de la vie et de l'espoir. Bien sûr, dans les deux cas, le reste du monde finit par avoir tort.

E.T.
Il n'existe aucun film qui ait perfectionné à ce point cette fusion entre naïveté enfantine et rencontre extra-terrestre. Considéré par beaucoup (tous ?) comme l'un des plus grands films jamais réalisé, on ne se mouille pas trop ici. E.T. inspire et continuera d'inspirer le monde entier, en tout cas ceux qui l'ont vu, et qu'ils soient réalisateurs ou non. Inspiré par l'ami imaginaire qu'il s'était créé au moment du divorce de ses parents, Spielberg dit de E.T. qu'il est son « autobiographie spirituelle » à l'attention de tous les enfants qui veulent échapper à leur solitude. Un sentiment peut-être partagé par de jeunes frères Duffer, qui sait ?

Scanners
On en arrive au film le plus barré de la liste d'influence des frères Duffer, David Cronenberg oblige. Il n'en reste pas moins que Scanners est un classique de la science-fiction. Le film nous transporte dans un univers au sein duquel certaines personnes (les « Scanners », donc) ont la capacité de lire les esprits et de tuer par la pensée. Alors oui, les morts causées par les entités éponymes de la bizarrerie de Cronenberg sont beaucoup plus gores (qui a dit « tête explosée » ?) que l'action de Stranger Things, mais on leur retrouve quand même beaucoup de similarités. Comme Eleven, les Scanners ont de terrifiants scientifiques à leurs trousses, et comme celui des Scanners, l'esprit d'Eleven est capable d'irréparables dégâts.

Poltergeist
Un chouïa plus traumatisant (à l'époque) que Stranger Things, le film partage quand même quelques morceaux de la mystique un peu adoucie de la série Netflix. Sorti à l'été 1982 (une semaine avant E.T.), Poltergeist raconte l'histoire d'une famille tourmentée par un esprit malin qui hante leur maison en prenant possession du corps de leur petite fille. Un esprit qui a pour fâcheuse habitude de parler à travers les murs de leur baraque. Un détail que se sont réapproprié les Duffer Brothers pour leur propre histoire : le jeune Will, disparu dans le « monde à l'envers » parle à sa maman Joyce de la même manière : à travers les murs et depuis une dimension extra-terrestre intangible.