Courtesy of Otman Qrita

À Paris, Keep Dancing Inc propose une certaine idée de la pop française

Deux ans après « Embrace », les trois parisiens offrent une leçon de classe à la pop d'ici, et promettent un deuxième album plus ambitieux, qui devrait leur permettre de recevoir la reconnaissance qu’ils méritent amplement.

par Maxime Delcourt
|
18 Mai 2022, 3:52pm

Courtesy of Otman Qrita

Il est loin le temps où, en France, on parlait la pop avec un accent, comme une langue étrangère peu maîtrisée. Depuis une dizaine d'années, en effet, les formations défilent et osent une pop ambitieuse, élégante, sans décalage sonique avec le meilleur de la scène anglo-saxonne. Keep Dancing Inc en est l’un des exemples les plus récents. À travers quelques EPs et un album, les Parisiens ont su poser leur fougue, leur énergie et leur sens de la mélodie, nourri par diverses références plus ou moins actuelles : Palma Violets, The Beatles, Okay Kaya, Hot Chip, New Order ou encore Toro Y Moi. Un joli medley d’influences, donc, qui encourage probablement Louis, Joseph et Gabrielle à remonter sans cesse aux sources, dans les eaux troubles du disco, de la new wave ou même de la pop, soucieux de composer une musique capable de faire perdre toute velléité de résistance aux hanches.

iDxYSL_OTMAN13010.jpg
​Courtesy of Otman Qrita

Malgré les perturbations (le confinement, l'annulation des concerts, le départ du chanteur principal), Keep Dancing Inc a continué de séduire, parfois dans des cercles auxquels le désormais trio ne pensait même pas avoir accès. Ainsi, en décembre 2020, c'est avec étonnement et enthousiasme qu'ils découvrent un mail de Saint Laurent: leur premier album est sorti depuis à peine quelques semaines (Embrace), ils n'ont alors aucune visibilité sur les mois à venir et la marque française souhaiterait les filmer dans le cadre d'une live-session. Pour l'occasion, Gabrielle, Joseph et Louis pensent à retravailler complètement leurs chansons. Ils en ont sélectionné trois (« les plus efficaces », clament-ils), dans l'intention de les interpréter en acoustique, avec simplement un synthé, une guitare et une batterie. « Sans forcément s’en rendre compte, cette session a vraiment influencé la suite, disent-ils d’une même voix. Depuis, on ose non seulement aller vers davantage de courants musicaux, mais on sait aussi qu’il est possible de proposer des morceaux plus épurés sans perdre en efficacité. »

Cette harmonie dans les réponses ne doit pas faire oublier les heures passées à tenter de se mettre d’accord (« La finalisation d’un morceau peut parfois être un vrai casse-tête, on a du mal à se dire stop »), mais souligne toutefois une force, perceptible après quelques instants à leur contact : leur amitié, cette alchimie recherchée par tant de formations et traduites chez eux par des goûts communs, un même sens de l’humour et l’évidente envie d’avancer ensemble - le nom de leur premier album, Embrace, n’a évidemment rien d’anodin.

9849-05.jpg
​Courtesy of Otman Qrita

Il faut dire qu’un certain nombre d'événements sont venus souder les liens. Il y a eu ces passages radio en Angleterre ou en Allemagne, ce soutien d’Etienne Daho, ce travail auprès de Tom Carmichael (producteur de Kendrick Lamar, Fat White Family, Metronomy), ce remix de « Old Child » par Working Men’s Club ou encore ces diverses reprises (« Isolation » de Joy Division, « The Most Forgotten French Boy » des Dogs), signe d’un groupe qui souhaite avant tout s’amuser. Mais Gabrielle cite volontiers une autre expérience, plus intime : « Joseph et moi sommes de grands fans de milkshake. Lors d’une tournée en Angleterre, juste avant la sortie de notre premier album, on s’est donc lancé le défi de goûter un milkshake à chaque fois que l’on visitait une nouvelle ville afin de les répertorier et de les classer. Une fois arrivé à Hull, malheureusement, on constate qu’il n’y a aucun milkshake en ville. En rigolant, on avait trouvé cette phrase : “No milkshakes in Hull”. Mais Louis est parti dans son délire et a écrit cette histoire sur un psychopathe du milkshake, ce qui a fini par donner “No Milkshakes In Hell”. »

9850-01.jpg
​Courtesy of Otman Qrita

Inspirés par le giallo ou l’horror-movie, les trois comparses pensent alors à clipper ce morceau. Ils avaient même un scénario en tête : l’histoire d’un mec qui tue des gens, sort une paille et boit le « sang » de ses victimes (du milkshake, en l’occurrence). « Hélas, avec tout ce qu’il s’est passé ces deux dernières années, on n’a pas pu mener cette idée à son terme. » Pas encore rodé aux discours médiatiques (une bonne chose !), les trois potes parlent alors de « trucs en cours » ou de « projets par-ci par-là ». Très bien, mais concrètement ? Disons simplement que Joseph fait partie d’une agence de mannequinat (il a notamment été mannequin cabine chez Saint Laurent), quand il ne s’éclate pas à produire d’autres artistes, tandis que Gabrielle est graphiste et que Louis termine un Master en histoire médiévale allemande en attendant de publier un album solo très éclectique, centré autour d’une communauté hippie aux Pays-Bas.

iDxYSL_OTMAN13084.jpg
​Courtesy of Otman Qrita

Pour l’heure, Keep Dancing Inc reste bien évidemment la priorité de ces jeunes gens modernes. Le deuxième album est prêt à « 75% », de prestigieux invités ont déjà répondu présent, tandis que les heures de répétition s'enchaînent au sein du home-studio de Joseph, précisément là où le groupe semble gagner chaque jour un peu plus en confiance. En liberté également : « On a désormais moins peur de proposer des idées », précise Gabrielle, visiblement très fière de pouvoir s’essayer au chant. « On sait aussi mieux définir notre rapport à l’image, avec notamment ce grain assez rétro. Surtout, conclut-elle, on sent que les pays étrangers sont assez réceptifs à notre musique, tandis que des marques comme Saint Laurent ou Vans s’intéressent à nous. Ça vient en quelque sorte valider notre démarche, c’est encourageant. »

Crédits

Photographer & Video Otman Qrita

Stylist Dan Sablon

Set Design Thibault Munoz

Make Up Ruben Masoliver

Hair Shaila Moran using @christopherobinparis

Styling Assistant Clara Viano

Producer Leonardo Specchia

Post Production Sheriff

Tagged:
Paris
POP
Musique
KDI