Arthur Kar, Porsche et L'art de l'automobile

À travers L'art de l'automobile, à la fois concessionnaire automobile et marque de lifestyle, le collectionneur et curator Arthur Kar brouille les pistes entre culture automobile, style et créativité.

par Claire Thomson-Jonville
|
29 Septembre 2021, 1:08pm

Originaire de Beyrouth, Arthur a commencé sa carrière en tant que mécanicien chez Porsche. Il considère depuis longtemps les voitures comme passion, source d'inspiration et de réflexion, transmettant la culture et l'iconographie automobiles à ses amis et proches collaborateurs du monde de la mode et de la musique à Paris.

Arthur Kar a transformé le sourcing et le storytelling de magnifiques voitures rares en une marque de mode, de culture et de lifestyle en proposant d’abord des produits dérivés, puis en collaborant avec des marques comme Carhartt et Beats by Dre, et aujourd’hui en concevant sa propre voiture en collaboration avec Porsche. Son approche démocratique et inclusive est celle d’un sociologue, d’un esthète, et il inspire ainsi une communauté fidèle de Paris à Los Angeles en passant par Beyrouth.

Porsche & L'art de l'automobile - Assembly Photo - 14.jpg

Claire Thomson-Jonville : Nous nous connaissons depuis un certain temps maintenant et chaque fois que nous nous retrouvons, nous parlons des marques lifestyle que nous portons et de la manière dont leurs valeurs et leur esthétique s'inscrivent dans le cadre de notre vie quotidienne. Où situez-vous la culture autour de votre marque de vêtements Kar ?

Arthur Kar : Notre philosophie avec Adrien, c'est que nous ne sommes pas des designers. Les gens peuvent appeler cela comme ils veulent, mais je dirais que nous construisons une marque culturelle. Depuis toujours, je porte des marques liées à ce qui me fait rêver. Quand j'étais jeune, la première pièce que j'ai aimée était les Jordan. La marque était toujours liée à quelque chose qui me ramenait à une passion. Si ce n'est pas une chaussure de basket, c'est une veste de basket - et quand j'ai grandi, tout était lié aux rappeurs que j’admirais. Pour moi, les voitures sont aussi importantes que les basketteurs que j'admire, alors j'ai créé la marque parce que je passais beaucoup de temps dans la mode - autant que dans le monde de la voiture. Et entre les studios de mes amis, les défilés auxquels j'étais invité, les magasins, entre tous les créatifs que je connais, au bout d'un moment, j'ai réalisé que je n'avais rien dans mon placard qui soit lié au monde de la voiture que j’aime tant.

Porsche & L'art de l'automobile - Assembly Photo - 6.jpg

Claire : J'imagine que vous avez une bonne relation avec les marques de voitures elles-mêmes parce que vous avez vendu des voitures et vous avez cette connaissance culturelle, mais les marques de voitures sont notoirement connues pour mal comprendre la mode. 

Arthur : Les constructeurs automobiles ne comprennent pas les gens comme nous. Malheureusement, ils ne voient pas la situation dans son ensemble. Ils nous considèrent comme des vendeurs de voitures parce que l'Instagram de L'art de l'automobile montre des voitures à vendre. Mais en réalité, notre Instagram sert à partager des moments de vie avec des voitures et les enfants autour des voitures et notre culture automobile. Les gens s'inspirent de notre style de vie et de nos moments de vie avec les voitures, et cela me rend heureux. Nous avons construit cette marque pour créer une communauté autour des voitures. Nous avons tous au moins une expérience émotionnelle avec les voitures - une panne, vos parents qui vous amènent à l'école, votre petit ami qui vient vous chercher chez vous pour un premier rendez-vous, le bruit des voitures de course - mais ce ne sont que quatre roues, un volant et des sièges. Il ne s'agit pas de la forme de la voiture, de sa valeur, de "J'ai la plus belle voiture du jeu et je suis le meilleur". Ce n'est pas du tout notre état d’esprit. C'est pourquoi notre logo est une Volkswagen Golf, la voiture du peuple. C'est la voiture avec laquelle j'ai grandi. J'ai cette même voiture ici à Paris, à l'avant du garage, quand vous passez devant toutes les Ferrari. La Golf est au même niveau qu'une Ferrari à un million de dollars. En fait, elle est même plus importante parce que la Golf a plus d'une histoire que n'importe quoi d'autre. Voilà notre marque. C'est un élément culturel pour tous ceux qui se sentent liés aux voitures.

Claire : Comment s'est passée la collaboration avec Porsche ? La conception d'une voiture est très technique et comme vous parliez du respect du design de la mode, pouvez-vous décrire le processus créatif et en quoi il diffère des autres collaborations ? 

Arthur : Ma collaboration avec Porsche est la plus importante, car ils m'ont donné ma première première opportunité à seize ans d'être mécanicien dans leur garage. La seule marque de voiture qui croit en ma vision est Porsche. Nous avons voulu concevoir une voiture parce que nous croyons en nos connaissances et en notre expérience. C'est plus compliqué que de concevoir des chaussures, car il faut penser à la sécurité, à la pollution, à la façon dont le corps va réagir si vous heurtez quelqu'un dans la rue ou si vous avez un accident. Je crois vraiment que vous pourrez conduire votre propre voiture auto-conçue très bientôt. Donc le projet de concevoir une voiture n'était pas seulement "Hé les gars, je vais montrer à tous les designers que je peux aussi le faire." Non. Nous voulions concevoir une voiture parce que c'était l'un de nos rêves de conduire une voiture qui nous ressemble.

Porsche & L'art de l'automobile - Assembly Photo - 8.jpg

Claire : Quel était l'objectif ? Comment avez-vous déterminé l'approche du design ?

Arthur : Nous l'avons conçue pour exprimer notre vision d'une voiture spécifique avec notre angle. Nous n'avons pas créé une voiture à partir de rien. Nous l'avons fait sur la base d'une voiture que Porsche nous a proposée. Nous avons relevé le défi et nous avons montré notre vision de cette voiture avec nos connaissances, nos lignes. Autant Zagato et Pininfarina ont leur propre expression, ou des créateurs de mode comme Galliano ou Rei Kawakubo dont vous pouvez reconnaître les lignes, la façon dont ils le font - nous avons notre propre façon. 

Adrien : Nous avons tout fait ici, chez nous à Paris, avec un seul ordinateur. Il n'y avait vraiment que nous. Nous travaillions jusqu'à minuit presque tous les jours. Nous mettions des vidéos de personnes que nous aimons ; Busta Rhymes, Missy Elliott, Aaliyah et Pharrell, Daft Punk, Sade, Jamiroquai et Young Thug. Des films de Wes Anderson. Des films de Quentin Tarantino. Nous regardions des choses, écoutions de la musique et faisions notre voiture en même temps.

Claire : Alors comment décririez-vous votre style ?

Adrien : Nous pouvons nous adapter et adapter notre vision à différents styles…

Arthur : Exactement. Mais cette voiture a un vrai design, un coup de stylo. C'est comme une pièce intemporelle.

Porsche & L'art de l'automobile - Assembly Photo - 13.jpg

Claire : Je l'ai déjà vue. Mais les gens vont vouloir la voir dans le magazine ! Alors peut-être pouvons-nous donner un indice - est-ce une voiture de rêve ? C'est une voiture à laquelle on peut s'identifier ? 

Arthur : C'est ce que j'aimerais. Nous avons conçu directement à partir de ce qui venait de notre esprit. C'est la visualisation de ces 38 dernières années de ma vie à regarder des voitures.

Claire : Quelle a été votre partie préférée du processus ? 

Arthur : Quand j'ai vu la voiture se faire peindre la semaine dernière. Je ne peux pas exprimer ce que j'ai ressenti, car j'étais dans un garage comme celui-là, à nettoyer la cabine de peinture tous les samedis matin, depuis l'âge de 16 ans. C'était l'un des jobs les plus difficiles que j'ai eu dans ma vie ; j'avais de la poussière dans le nez, j'étais sale la plupart du temps, et maintenant je vois ma voiture être peinte comme je l'ai demandé. Je pense que c'était l'une des plus belles parties du projet. C'était très émouvant. 

Adrien : L'équipe de Porsche nous a fait confiance avec un bout de papier et un partage d'écran sur Zoom. Ce qui est très beau parce que dans cette industrie, il est très difficile de trouver des gens qui croient en vous. C'est la meilleure façon de faire bouger les choses, parce que nous étions libres.

Porsche & L'art de l'automobile - Assembly Photo - 17.jpg

Claire : À Paris, vous avez vraiment ouvert la culture autour des voitures qui sont habituellement assez élitistes et exclusives. En donnant une chance à tous les jeunes qui travaillent avec vous. Cela fait-il partie de votre philosophie ?

Arthur : J'ai grandi à Beyrouth à une époque difficile, puis je suis venu en France et j'ai vécu dans un petit appartement avec ma mère, mon père et ma sœur dans une cité en banlieue. J'ai appris à cette époque combien il est important pour les enfants d'avoir quelqu'un à admirer, quelqu'un qui vous fait rêver. Au cours de ma vie et de ma carrière, j'ai eu la chance de rencontrer des personnes très riches et prospères qui m'ont également ouvert des portes et ont fait confiance à ce que je suis et non à mes origines. Ces personnes ont fait ma carrière autant que ce que je suis. Je veux simplement partager ce que les autres ont fait pour moi. Et je veux que tout le monde se sente membre de cette famille.

Tagged:
Paris
Porsche
Arthur Kar
Art de l'Automobile