Courtesy of Mathieu Rathery

i-D a rencontré les étoiles montantes de l’Adami

i-D est allé à la rencontre de la 27e promotion de l’Adami, la jeune relève du cinéma français.

par Julie Le Minor
|
24 Août 2021, 12:32pm

Courtesy of Mathieu Rathery

Chaque année, le programme de l’Adami met en lumière de jeunes acteurs en leur proposant de jouer dans des courts-métrages réalisés par des comédiens confirmés issus de la grande famille du cinéma. Deux ans après le tournage sur l’île de la Réunion, l’ensemble de la promotion 2020 s’est retrouvé au Festival de Cannes afin de présenter les films de cette 27e édition de l’Adami. Un moment fort pour cette myriade de talents, autodidactes ou issus d'école de théâtre, qui pour certains foulaient pour la première fois un plateau de cinéma. Pour i-D, le photographe Mathieu Rathery a capturé les coulisses de la projection cannoise où étaient diffusés en exclusivité les courts-métrages de Camélia Jordana, Swann Arlaud, Damien Bonnard et Alexis Manenti (en duo), Céline Sallette et Doria Tillier. Rencontre.

Yann Kidou

Les Racines ardentes, Camélia Jordana

Yann Kidou.jpg
​Courtesy of Mathieu Rathery.

Pour Yann Kidou, le rêve d’acteur débute sur la scène du théâtre de la Belle Étoile à la Plaine-Saint-Denis où il fait ses premiers pas et débute les cours à l’âge de 14 ans. Après avoir fait plusieurs tournées avec la troupe Les Z’en Trop, il intègre l’École Miroir et fait une année au Conservatoire de Bobigny. Aujourd’hui, Yann interprète son premier grand rôle au cinéma dans le drame familial Les Racines ardentes réalisé par Camélia Jordana.

“Lorsque j’ai su que j’étais sélectionné dans le film de Camélia Jordana, c’était un saut dans l’inconnu puisqu’on s’envolait pour tourner à la Réunion. Aujourd’hui, présenter un film au Festival de Cannes, c'est l’aboutissement d’un rêve de gosse finalement. On a envie de revenir pour défendre de nouveaux films.”

Thomas Silberstein

L’Arche des Canopées, Céline Sallette

Thomas Silberstein.jpg
​Courtesy of Mathieu Rathery.

Thomas Silberstein est un habitué des plateaux de tournage. Formé au Conservatoire du XVIIe arrondissement de Paris, aux stages Actors Studio dirigés par Jack Waltzer, à l’École du Jeu puis au Cours Florent, ce passionné de cinéma a déjà joué dans différents projets sur TF1, Canal+ ou encore Netflix. En 2016, il joue dans le premier long-métrage de Rachel Lang, Baden Baden, puis en 2020, il donne la réplique à Matt Damon dans le film The Last Duel dirigé par Ridley Scott. Avec L’Arche des Canopées, la fable écologique de Céline Sallette, Thomas poursuit son engagement en faveur de la lutte climatique après avoir réalisé un film documentaire sur la crise écologique.

Le cinéma est un art de divertissement, mais pas seulement. Il doit continuer à exprimer notre volonté de changer le monde.

Mely Bourjac

La Diagonale des fous, Doria Tillier

Mely Bourjac 2.jpg
​Courtesy of Mathieu Rathery.

Mely Bourjac interprète brillamment le premier rôle du drame comique de Doria Tillier, La Diagonale des fous. Elle débute le théâtre à Londres en 2013 à la Royal Academy of Dramatic Art et à la Royal School of Speech and Drama, puis poursuit son apprentissage aux Cours Eva St-Paul, célèbre pour avoir formé des actrices comme Eva Green ou SOKO. Après avoir joué et mis en scène la pièce “Démons” de Lars Noren au Théâtre de Ménilmontant, elle rejoint la prestigieuse agence artistique UBBA à Paris et se consacre désormais au cinéma. Engagée auprès du collectif parisien indépendant Premier Cri, qui produit le prochain long-métrage de Larry Clark, elle sera à l’affiche d’un court-métrage de Marine Hervé en janvier prochain.

“Pour chaque scène, Doria Tillier savait exactement où elle voulait nous emmener tout en prenant soin de nous mettre toujours en valeur. En tant qu’actrice, elle a un vrai sens du rythme et de la mise en scène. Sa force, c’est l’intuition.”

Naomi Diaz

Les Racines ardentes, Camélia Jordana

Naomi Diaz - Ibeyi 2.jpg

Le visage de Naomi Diaz vous est certainement familier puisqu’avec sa sœur Lisa-Kaindé,  elle forme le duo musical franco-cubain de renommée internationale IBEYI. Cette année, la jeune artiste protéiforme franchit le rubicon en troquant son costume de scène pour interpréter Inaya, le premier rôle du court-métrage de Camélia Jordana. On la retrouvera également en 2022 pour la sortie du 3e album d’IBEYI enregistré cette année à Londres, et peut-être une nouvelle fois à l’écran. À suivre…

Je connais Camélia Jordana depuis des années et lorsqu’elle m’a demandé de tourner avec elle dans ce projet, j’ai pris un peu de temps pour réfléchir puis, finalement, je me suis lancée dans cette aventure totalement nouvelle pour moi. Aujourd’hui, je suis heureuse de l’avoir fait et je suis prête à réessayer.”

Maël Besnard

La Diagonale des fous, Doria Tillier

Maël Besnard 2.jpg
​Courtesy of Mathieu Rathery

Après avoir suivi des études de cinéma, Maël Besnard intègre les cours Florent puis le Conservatoire Supérieur d’art dramatique. Il débute ensuite sa carrière sur une scène de théâtre sous la direction de Sandrine Attard dans la pièce de Gabriel Caldéron, Que crèvent tous les protagonistes, puis dans L’Heure bleue de David Clavel. Il interprète aujourd’hui le rôle de Claude dans le court-métrage de Doria Tillier et son talent a déjà séduit les États-Unis puisqu’il sera également à l’affiche de la prochaine saison de la série Atlanta de Donald Glover.

J’ai beaucoup d’espoir pour l’avenir. J’espère que la période va insuffler de nouvelles envies, de nouvelles formes de cinéma et avec cela de nouveaux auteurs et acteurs. Finalement, qui sait, une Nouvelle Vague.”

Emma Nicolas

L’Arche des Canopées, Céline Sallette

Emma Nicolas.jpg
​Courtesy of Mathieu Rathery

La gracieuse Emma Nicolas partage sa vie entre deux passions, l’actorat et l’agriculture urbaine. Avec L’Arche des Canopées, le court-métrage dystopique et engagé de Céline Sallette sur la crise écologique, elle interprète un rôle qui lui tient à cœur et poursuit son combat en faveur du climat à la ville comme à l’écran.

C’est notre premier Cannes, c’est impressionnant et excitant à la fois ; on savoure d’autant plus notre chance d’être ici après l’annulation de la précédente édition. Je suis heureuse de défendre ce film engagé et de continuer à sensibiliser le public à l’écologie. Le cinéma permet aussi de favoriser le changement.”

Léo

Zanaar, Damien Bonnard et Alexis Manenti

Léo 2.jpg
​Courtesy of Mathieu Rathery

Léo commence sa carrière en tant que mannequin avant d’embrasser celui de comédienne. Elle fait ses classes avec Jérôme Mela puis chez Tiffany Stern à l’Actors Factory. Pour l’Adami, la jeune femme forme un trio de choc avec ses acolytes Nadia Tereszkiewicz (Possessions, Seules les bêtes) et Alexandre Alberts dans Zanaar, le court-métrage loufoque et déjanté, sur fond d’erruption volcanique, réalisé par le duo Damien Bonnard-Alexis Manenti. Léo travaille actuellement à la création de son premier court-métrage.

“On s’est vraiment éclaté durant ce tournage ! J’avais le sentiment que l’on était une bande de potes et que l’on se connaissait depuis hyper longtemps, cela nous a permis d’avoir un jeu un peu fou, sans avoir peur du jugement des autres, sans s’imposer de limites. À la fin, on était presque dans le cartoon.”

Hugues Jourdain

La Diagonale des fous, Doria Tillier

Hugues Jourdain.jpg
​Courtesy of Mathieu Rathery

À l’affiche de La Diagonale des fous, le jeune prodige du théâtre Hugues Jourdain se remémore un tournage unique et une expérience symbiotique avec la réalisatrice Doria Tillier et ses partenaires à l’écran. Reçu à 21 ans à la Classe Libre du Conservatoire national supérieur d’art dramatique, Hugues Jourdain remporte le Prix Olga Horstig. Il tourne ensuite dans Django d’Étienne Comar, Telle mère, telle fille de Noémie Saglio et plus récemment dans En passant pécho, sur Netflix. En 2019, il crée et joue dans la pièce Dans Ma Chambre, adaptée du roman de Guillaume Dustan. Son prochain spectacle, Dernier Amour, sera présenté au Théâtre Monfort pour le festival Fragments en octobre 2021. En parallèle, il développe son premier long-métrage avec le producteur Arié Chamouni.

“Il y avait une telle clarté et précision dans l’écriture du scénario de Doria Tillier que cela a été facile de se laisser porter. Ce qui nous a plu surtout, c’est l’humour méchant du film. Doria a un grand sens de l’humour, elle a su créer des situations grotesques et ridicules qui sont finalement devenues des moments comiques.”

Capucine Valmary

Zorey, Swann Arlaud

Capucine Valmary.jpg
​Courtesy of Mathieu Rathery

Pour la jeune actrice Capucine Valmary, cette dernière année s’est révélée fructueuse. À l’affiche de l’émouvant Zorey réalisé par Swann Arlaud, on la retrouvera prochainement dans le long-métrage Le Torrent d’Anne Le Ny ainsi que dans la saison 2 de l’excellente série Ovni aux côtés de Melvil Poupaud et Géraldine Pailhas.

C’était fou de se retrouver sur un plateau de tournage sur une île en plein milieu de la pandémie. Il y avait un vrai sentiment de liberté et de partage et Swann Arlaud nous a laissé une véritable place pour créer notre personnage. C’était paradisiaque de jouer dans de telles conditions.”

Aymerick Moucouveia

Les Racines ardentes, Camélia Jordana

Aymerick Moucouveia.jpg
​Courtesy of Mathieu Rathery

Aymerick Moucouveia, alias Jean Moucou sur les réseaux sociaux, vit à la Réunion. Il a été casté directement sur l’île pour intégrer cette nouvelle promotion Adami. Le jeune talent s’est fait connaître sur les réseaux sociaux à travers des vidéos humoristiques traitant des problèmes sociaux locaux qu’il réalise avec sa bande d’amis. Aymerick se fait ainsi repérer et décroche un rôle pour le long-métrage réunionnais Eve. Avec l’Adami, il réalise son premier tournage d’envergure au sein de l’équipe de Camélia Jordana et il est bien déterminé à représenter haut et fort les couleurs de son île sur de nouveaux plateaux de tournage internationaux.

Ce film, c’était aussi une occasion de représenter haut et fort les couleurs de mon île. On connait la Réunion pour ses paysages, ses plages, mais il y a également beaucoup de talents dans le domaine artistique et l’Adami permet de les mettre sous les projecteurs.”

Alexandre Albert

Zanaar, Damien Bonnard et Alexis Manenti

Alexandre Alberts.jpg
​Courtesy of Mathieu Rathery

Alexandre Albert est l’un des acteurs du volcanique Zanaar réalisé par Damien Bonnard et Alexis Manenti. Son parcours est pour le moins original puisque cet ancien fleuriste professionnel décide un jour de tout plaquer pour partir sillonner en stop le Brésil et le Japon durant plusieurs mois. À son retour, il débute une formation en tant qu’acteur au Théâtre National de Bretagne et organise trois éditions d’un festival de musique et de cinéma. Artiste multi-facettes, adepte d’expérimentations créatives, Alexandre s’adonne tout autant au spectacle de rue qu’à la comédie et façonne un univers bien à lui, à la croisée du réel et de l’imaginaire.

On a vécu cette expérience à fond en voyageant à travers l’île pour tourner les différentes scènes. On était très libres dans notre jeu et on a continué à créer le scénario ensemble chaque jour avec les réalisateurs. Il y avait un vrai espace de compréhension, Damien Bonnard et Alexis Manenti partagaient avec nous leur pensée d’acteur.

Les 15 talents de l’Adami ainsi que les réalisateurs poursuivent leur tournée des festivals, ils seront présents au Festival d’Angoulême, de Lille, de la Rochelle puis de Clermont-Ferrand pour présenter les films de cette 27e édition.

Tagged:
Adami