Publicité

c'est officiel : instagram est l'application la plus nocive pour notre santé mentale

Instagram, un ami qui vous veut du mal.

par Wendy Syfret
|
22 Mai 2017, 11:50am

Les problèmes mentaux et les réseaux sociaux ont toujours eu un lien particulièrement complexe et il est difficile de juger de nos comportements sur internet. Partager sa vie sur la toile offre l'opportunité d'en gommer tous les côtés sombres et on peut y dévoiler une version aussi belle que mensongère de la réalité. Vous avez déjà probablement scrollé à l'infini sur le compte Instagram d'une personne à la vie « naturellement » parfaite en pensant que la vie est franchement injuste. Mais les plateformes telles qu'Instagram, Tumblr ou encore Twitter ne sont pas uniquement dédiées à notre voyeurisme un tantinet masochiste, elles ont également la capacité d'ouvrir nos perspectives et nous faire prendre conscience d'autres réalités - en théorie.

Une récente étude intitulée #StatusofMind et menée par la Royal Society for Public Health (Société Royale pour la Santé Publique du Royaume-Uni) s'intéresse aux effets des réseaux sociaux tels que Instagram, Snapchat, Twitter, Facebook et YouTube sur notre santé mentale. 1500 personnes âgées de 14 à 23 ans ont été interviewées et les résultats ont révélé qu'Instagram était le réseau le plus nocif de tous, tout particulièrement pour les jeunes femmes. Cette fameuse application s'est démarquée par son aptitude à filtrer les imperfections de ses utilisateurs provoquant ainsi anxiété, dépression, solitude et insatisfaction existentielle chez certains d'entre eux. 

Il est intéressant de constater que malgré les récentes polémiques autour de la censure de vidéos LGBT, YouTube est apparu comme la plateforme la moins nocive. Elle est la seule à avoir reçu une note positive. Mais les personnes interrogées ont cependant confirmé qu'un usage trop fréquent des réseaux sociaux provoquait chez eux plusieurs types d'anxiété. Selon les résultats de l'étude, passer plus de deux heures par jour à scroller provoque presque systématiquement un sentiment plus ou moins important de détresse psychologique.

En s'intéressant à ces résultats, la Royal Society for Public Health a suggéré aux réseaux sociaux de suivre le chemin d'un grand nombre de publications en avertissant lorsqu'une image a été modifiée. Il est effectivement compliqué de surveiller tous les utilisateurs, mais selon eux « les marques de modes, les célébrités et autres agences de pub devraient signer une charte déontologique et faire apparaître un avertissement sur leurs photos pour indiquer que les images ont été modifiées. »

Rassurez-vous, les résultats de l'enquête ne peuvent être considérés comme particulièrement dramatiques mais ils sont tout de même inquiétants. Le président du Royal College of Psychiatrists (Collège Royal de la Psychiatrie), Monsieur Simon Wessely, n'a pas tardé à rappeler qu'il ne suffit pas de mettre son téléphone en mode avion pour espérer aller mieux. « Je suis sûr que les réseaux sociaux ont un rôle dans notre mal-être contemporain, mais ils ont autant d'avantages que de désavantages… Il est essentiel d'apprendre aux enfants comment gérer tous les aspects des réseaux sociaux - les bons comme les mauvais - et les préparer au monde futur. Il ne suffit pas de blâmer l'intermédiaire en tant que responsable du message. C'est en profondeur qu'il faut changer les choses et nos comportements. » Levez donc un peu le pouce ! 

Credits


Texte Wendy Syfret

Tagged:
YouTube
Instagram
Facebook
Twitter
Tumblr
enquete
snapchat
réseaux sociaux
applications