Communion, c. early 1980's

la communauté portoricaine en 1980 : les rues de new york comme terrain de joie

La photographe Arlene Gottfried a passé plus de vingt ans à documenter l'énergie et le quotidien des communautés portoricaines de New York.

par Emily Manning
|
08 Mars 2016, 5:22pm

Communion, c. early 1980's

"En regardant par ma fenêtre, dans le Lower East Side, je pourrais encore me figurer la culture portoricaine qui m'a interpellée il y a 30 ans déjà, au moment où j'ai commencé à prendre des photos. Une nuit, j'ai entendu un vendeur crier à un coin de rue, "Bacalaitos et feux d'artifice ! " Les bacalaitos, c'est de la morue panée, un plat qui vient tout droit de Porto Rico. Et le vendeur criait "feux d'artifice" en prévision de la fête de l'Indépendance du 4 juillet. Ce moment est resté gravé dans ma mémoire. Pour moi, ces deux éléments scandés l'un à la suite de l'autre étaient on ne peut plus représentatifs de la population immigrée des rues new-yorkaises."

Voilà comment la photographe Arlene Gottfried se rappelle du New York des années 1980 dans le manifeste de son exposition, Bacalaitos & Fireworks qui s'est ouverte hier à la galerie Daniel Cooney à New York. On y trouve une documentation émouvante et colorée, célébrant la richesse de la communauté au sein de laquelle elle a passée sa vie.

Adolescente, Gottfried a vécu à Crown Heights, Brooklyn qu'elle quitté pour Manhattan une fois adulte. "Aux États-Unis, la vague d'immigration portoricaine a commencé dans les années 1950, avec des gens mus par la promesse d'une vie meilleure. Ces familles se sont installées dans de nombreuses zones urbaines différentes, dont Brooklyn, où j'ai grandi. Avec mes amis et voisins, on se retrouvait dans les rues, à même le trottoir. C'est là que j'ai appris à danser la salsa et à parler espagnol. Quand j'ai eu un appareil photo dans les mains, ces mêmes amis et voisins sont naturellement devenus mes sujets."

Miguel Algarin Eulogizes Ritchie Cruz, début des années 1980

L'exposition n'est pas seulement étalée dans le temps - couvrant les années 1970 et 1980 - elle l'est aussi dans l'espace. Gottfried a photographié plusieurs quartiers : les enclaves portoricaines de Brooklyn, du Lower East Side et du Harlem espagnol. Ses clichés font état de la singularité de chaque personne, tout en offrant une explication sur les racines d'un lien inter-communautaire fort. Et quel que soit l'endroit, l'objectif de Gottfried parvient à capturer avec force la diversité qui fait de New York une ville unique en son genre.  

El Cotorrito, début des années 1980

Bethesda Fountain, Puerto Rican Day Parade, début des années

L'exposition Bacalaitos & Fireworks est ouverte du 3 mars au 16 avril 2016.

Credits


Texte Emily Manning
Images courtesy Daniel Cooney Fine Art

Tagged:
Photographie
Arlene Gottfried
communautés portoricaines