8 choses que vous ne saviez (peut-être) pas sur « donnie darko »

Alors que le film culte ressort sur les écrans cet été, nous avons compilé les anecdotes autour de cette œuvre majeure, réalisée par Richard Kelly alors qu'il n'avait que 26 ans.

par Colin Crummy
|
29 Juillet 2019, 10:50am

Plus de 18 ans après sa première diffusion, le film de Richard Kelly sort en version restaurée dans les salles. « Apparemment, il y a toujours des gens qui ont envie d'en parler » affirme Richard Kelly qui a réalisé le film quand il n'avait que 26 ans. « Je suis très heureux que ça intéresse toujours du monde

Fiasco lors de sa première sortie en salle, Donnie Darko ressurgit dans un climat de nostalgie pour les années 80 : soutenu par une imagerie gothique adolescente, rythmé par des morceaux de new wave britannique et porté par un scénario mi Spielberg mi King, le film met en scène un voyage dans le temps et les angoisses de la jeunesse. Aujourd'hui, difficile de ne pas ressentir l'influence du réalisateur sur une production comme Stranger Things. Et de ne pas lui être éternellement reconnaissant pour la découverte de Jake Gyllenhaal et pour sa géniale approche des costumes d'Halloween - on se souvient encore de la combinaison squelette de Donnie et de Frank le lapin. Avant de le (re)voir, voilà 8 choses que vous ne saviez peut-être pas sur la fabrique de ce film désormais culte.

Richard Kelly est un grand cinéphile
« Au moment où j'ai écrit le film, j'ai plus été influencé par mes 23 années d'expérience de la vie que par autre chose. De manière diffuse, énormément de films et de réalisateurs de mon adolescence m'ont inspiré. Il y a bien sûr ceux que j'aimais quand j'étais au lycée : Steven Spielberg, Robert Zemeckis et James Cameron. Quand je suis arrivé à l'université, j'ai découvert pleins de cinéastes géniaux en remontant jusqu'aux origines du cinéma. Je regardais des films muets, j'avais à disposition 100 ans de cinema. C'est aussi pour ça que mon film est bourré d'influences.»

Les Gyllenhaals n’étaient pas les seules futures stars du film
Donnie Darko n’a pas uniquement révélé la fratrie Gyllenhaal (Maggie Gyllenhaal joue la sœur de Donnie, Elizabeth Darko). Il s’agit aussi du premier film de Seth Rogen – qui incarne le brutal Ricky – et de la première apparition à l’écran de la future star de High School Musical Ashley Tisdale. À l’origine, le rôle de Donnie était écrit pour Vince Vaughn mais ce dernier a décliné la proposition, arguant qu’il se sentait trop vieux pour jouer un lycéen rebelle. Mark Wahlberg et Jason Schwartzman ont aussi été en pourparlers pour jouer Donnie mais heureusement, c’est à Jake qu’est revenu le soin d’incarner ce personnage, qui demeure, près de 20 ans après, l’un de ses rôles les plus marquants.

Sans le public anglais, Donnie Darko aurait été un fiasco total
« C'est au Royaume-Uni que le film a eu le plus de succès. Il a fait peu d'entrées aux États-Unis et n'a pas été remarqué au Sundance Film Festival, explique Richard Kelly. Les distributeurs ne l'ont pas vraiment bien accueilli, il a failli ne pas arriver jusqu'en salle et a été projeté dans l'ombre des évènements tragiques du 11 septembre 2001. Un an après, le film est sorti au Royaume-Uni et c'est là que le public l'a vraiment apprécié. Les Anglais l'ont regardé et ont été nombreux à acheter le DVD. Je pense que c'est en partie grâce à la musique - de la post-pop new wave des années 80, que c'est aussi ce qui a créé un lien avec les Anglais. À moins qu'ils ne soient tout simplement plus intelligents ? »

Le morceau « Mad World » a été composé spécialement pour le film
« Je voulais maîtriser tous les détails du film. Beaucoup de musiques étaient déjà écrites dans le script, peut-être 3 ou 4. Je voulais tout faire et ça nous a donné du mal à finir avant le festival de Sundance. Michael Andrews, notre compositeur, était un ami de longue date du musicien Gary Jules qui a composé une version balade de « Mad World », le morceau du groupe Tears for Fears. Gary est venu le lendemain et on a passé 6 heures à enregistrer, avant d'intégrer la musique au film. Mais ce n'est encore une fois qu'à partir de la diffusion au Royaume-Uni que le morceau est réellement devenu un phénomène. Il me semble d'ailleurs qu'à Noël, il était en tête des classements. »

Francis Ford Coppola a secrètement participé à l’écriture du film
Avant la production, Jason Schwartzman - qui devait initialement jouer le rôle de Donnie - arrange une rencontre entre Richard Kelly et le célèbre Francis Ford Coppola, son oncle. Il veut que Coppola donne des conseils au jeune cinéaste pour l’écriture du script. Des années après, Richard Kelly a raconté au Hollywood Reporter : « [Coppola] a encadré les dialogues et m’a aidé à délimiter les thèmes et les enjeux du scénario, c’est le genre d’entrevue qu’on n'oublie jamais de sa vie. » Pendant leur entretien, Richard Kelly remarque que Coppola a entouré une réplique de Drew Barrymore dans le texte : « Les enfants doivent s’en sortir seuls de nos jours, parce que les parents ne comprennent rien à rien. » Au même moment, Coppola lui tend le carnet et lui dit : « Cette phrase dans le dialogue ; voilà le sujet de ton film, tout est là. »

Personne ne voulait que le film se situe dans les années 80
« C'est un film qui se passe dans les années 80 et qui est sorti en salles en 2000. Soit 12 ans après. Aujourd'hui, ce serait comme faire un film sur les années 2000 - je trouve assez amusant d'y penser comme ça. Au moment du tournage de Donnie Darko, les années 80 n'étaient pas si lointaines. Et à part nous, personne ne s'intéressait à cette période. On nous a souvent dit que c'était une pure perte d'argent de placer le film en 1988, que ce serait plus simple de situer l'action en 2000. Je répondais que ça devait absolument se passer 1988. Pour moi, c'est vraiment une période singulière. Mes films se déroulent toujours à des époques bien particulières. La date, le mois, l'année, c'est toujours possible d'identifier ces paramètres dans mes films. Pour celui-ci, c'est Halloween 1988, juste avant les élections : Bush contre Dukakis.»

Le tournage a été très (très) court
Les fans se sont toujours demandés combien de temps avait duré le tournage de Donnie Darko. Richard Kelly n’a pas peur d’affirmer que le film a été tourné en 28 jours - une étrange coincidence puisqu’il débute 28 jours avant la supposée fin du monde.

Le film n'a jamais ressemblé à ce que souhaitait Richard Kelly
« Cette restauration est très importante pour nous. Le film n'a jamais ressemblé à ce qu'on voulait et on a enfin été capables de restaurer les images pour qu'elles soient à la hauteur de nos attentes. Elles n'avaient pas le rendu qui m'intéressait. Le film a été tourné à la pellicule ce qui fait que les images sont de qualité. Les empreintes sur les films sont magnifiques. Mais elles n'ont pas été converties correctement à l'époque. Les teints des peaux étaient sombres, et les images me semblaient beaucoup trop rouges. Grâce aux négatifs originaux, on a réussi à revenir aux versions antécédentes, à les scanner en 4K et donc à les rendre plus belles qu'elles ne l'ont jamais été.»

Le film restauré est à découvrir dans les salles de cinéma cet été, plus d'informations sur les séances ici.

donnie-darko-director-on-the-making-of-his-cult-classic-body-image-1482232851

Cet article a initialement été publié sur i-D US.

Retrouvez i-D sur Facebook, Instagram et Twitter.