sandrine

La contre-culture la plus puissante et irrévérencieuse depuis le punk débarque enfin en France. Né dans les caves et sur les radios pirates londoniennes dans les années 2000, le grime exporte son énergie au-delà de ses limites géographiques et traverse...

par Micha Barban Dangerfield
|
11 Avril 2016, 8:30am

Tu viens d'où ?
De Paris, du 18e.

Tu fais quoi ?
Je suis étudiante en histoire de l'art à la Sorbonne.

Comment tu as découvert Stormzy ?
J'écoutais Skepta à la base et en fouillant sur Internet j'ai découvert Stormzy.

Tu es fan de grime ?
Carrément !

Comment tu décrirais le grime ?
C'est la meilleure partie du hip-hop, à l'anglaise ! C'est un défouloir, j'adore danser donc ça me permet vraiment de me lâcher et de laisser libre cours à mon énergie.

T'écoutes quoi à part ça ?
Du reggae et pas mal de rap.

Le grime a une identité très politique. C'est important que la musique soit politique selon toi ?
Oui c'est toujours intéressant de se plonger dans les textes et d'y découvrir un message.

Qu'est-ce que tu souhaites au monde en 2016 ?
De la paix et beaucoup d'amour. 

Credits


Photographie : Melvin Israel

Tagged:
Paris
Stormzy
Londres
bellevilloise