cette photographe a tout quitté pour parcourir le monde

Kate Bellm a trois amours : son mec, son pola et le soleil. Et oui, y'en a qui savent se faire du bien.

par i-D Staff
|
20 Mai 2016, 4:15pm

Des naïades au bord de l'eau aux groupes de rock sur scène, les photographies de Kate Bellm capturent l'aura mystique de son univers très personnel. Nomade, irrévérencieuse et romantique, la photographe originaire d'Angleterre passe son temps à arpenter le globe aux côtés de l'amour de sa vie, l'artiste Edgar Lopez Arellano. Chaque instant qu'ils passent ensemble est méticuleusement documenté. Avant, Kate était photographe de mode. Le regard qu'elle pose sur les femmes a toujours été doux et bienveillant. Aujourd'hui, elle rejette juste les poses et les moues boudeuses. Ce qui l'intéresse, c'est l'esprit aventurier et libre des femmes qu'elle capture dans leur environnement. Alors qu'elle préparait son exposition personnelle aux LAMB ARTS, on a discuté avec Kate de son amour des femmes et de l'aventure.

Qu'est-ce que tu fais et pourquoi ?
Je suis photographe et je voyage partout à travers le monde. J'enregistre tout ce qui me touche et me parle.

Pourquoi la photographie et pas un autre médium ?
J'ai toujours su que je voudrais faire de la photo. Depuis mes 13 ans. C'était naturel et instinctif pour moi.

Comment décrirais-tu ton esthétique ?
Joyeuse, libre, naturelle et nue.

Où trouves-tu ton inspiration ?
Des communautés, des skateurs, des plages et d'Edgar…

Pourquoi le voyage reste une dimension essentielle à ton travail ?
Voyager, c'est ma vie. Ma vie se raconte en photo. Donc les deux sont indissociables.

Dans ton travail, les femmes sont très présentes. D'où te vient cet intérêt et que révèle-t-il ?
Les femmes sont des êtres sublimes. J'adore les photographier, qui qu'elles soient et d'où qu'elles viennent. Mes sœurs et mes amies sont mes modèles préférés. Le nu fait partie intégrante de mon travail et de notre existence à toutes.

L'environnement dans lequel elles s'inscrivent t'importe ?
Oui, parce qu'il reflète leur état d'esprit, leur nature profonde. C'est dans leur environnement qu'elles se sentent libres et en phase avec elles-mêmes.

Qu'as-tu gardé de ton parcours dans la photo de mode ?
La mode m'a toujours inspiré. La photo de mode m'a permis de composer dans l'espace et de me sentir à l'aise avec à peu près n'importe qui. Je n'ai plus aucune honte à demander à des étrangers que je croise sur la route de poser pour moi.

Pour quelqu'un qui voyage beaucoup, as-tu un endroit où tu te sens chez toi plus qu'ailleurs ?
Depuis 4 ans, je n'ai plus de maison nulle part. Mais ça m'est égal parce que je voyage avec l'homme de ma vie. Ma maison, c'est là où va mon cœur.

Quels sont les artistes qui t'inspirent le plus en ce moment ?
Ozzie Wright, Ed Templeton, Larry Clark et des artistes folk de partout dans le monde. Les artisans qui travaillent la céramique, la pierre, etc.

Tu prépares une exposition avec Edgar. À quoi peut-on s'attendre ?
C'est un hommage aux 4 dernières années que j'ai passées sur la route. J'en ai tiré une série de nus grand format, de paysages et de road trips en skate à travers le monde. Tout nous inspire. On collectionne les objets : les boites d'allumettes récoltées en Inde, trouvées dans les rues, les magazines porno japonais sur les brocantes, tous ces objets anachroniques, des années libres et sauvages, nous permettent de créer toujours plus d'images.

Quels sont tes plans pour le futur ?
On n'en sait rien encore mais Edgar et moi, on veut continuer à réaliser, produire et penser ensemble, explorer des façons de vivre plus alternatives encore. Là, on se dirige vers Majorque. 

lamb-arts.com

katesworld.tumblr.com

Tagged:
Photographie
voyage
Kate Bellm