le sac-selle de dior est (encore) de retour

Où l'on revient sur ce come-back pas si nouveau et tout droit sorti d'une époque où Paris Hilton dictait encore le style : le début des années 2000.

|
mars 8 2018, 9:06am

Préparez-vous, jeunes cow-boys, le Saddle Bag (« sac-selle de cheval ») est de retour. Tout droit sorti d’une époque, il y a presque deux décennies de ça, où les It Girls qui l’adoptaient s’habillaient en Juicy Couture et arboraient fièrement à bout de bras leur téléphone à clapet dernier cri. Oui, de ce lourd héritage, la pièce équestre de Dior est parvenue à faire un long retour sur les podiums de la mode et s’extirper des sombres abysses d’eBay. Vous n’y croyez pas ? Au détour de la dernière collection automne/hiver de Maria Grazia Chiuri, un mélange de Joseph and the Technicolour et de flower power, il était possible d’apercevoir certaines mannequins la poigne fermée sur la hanse d’un sac rappelant très fort la version du modèle de la fin des années 1990 et du début des années 2000.

Mais attendez, c’est pas déjà arrivé, ça ? Eh bien oui, on peut dire ça. Ces dernières années de très nombreux articles ont prophétisé le retour en grande pompe du sac Dior après que des Saddle Bags aient été vus de manière assez aléatoire sur quelques défilés (nous y reviendrons) et au bras de gens qui ne suivent pas, mais font les tendances. Mais comme la plupart des mecs sur Tinder, ces annonces étaient un peu précoces. Parce que les sacs-selle ne sont jamais vraiment revenus. Ces apparitions n’étaient que des trouvailles, des alibis vintage utilisées dans des contextes totalement nouveaux et différents. Il faut les voir comme un échauffement d’avant-match, comme l’apéro qui précède un dîner gargantuesque organisé par Maria Grazia Chiuri. Alors pourquoi maintenant ? Avant de s’expliquer ça, une légère leçon d’histoire s’impose.

1999. Le club Mickey Mouse vit son apogée et le monde pense encore que Ricky Martin est hétéro et Britney Spears vierge. La mode vit de son côté sa « logo mania ». Oubliez les baskets moches, à l’époque le must ce sont les bottes hideuses. Von Dutch vient d’être créé et Juicy Couture vit de beaux jours. Kim Kardashian est chargée de s’occuper de la garde-robe de Paris Hilton, qui est encore signé dans l’agence de mannequins de Donald Trump. Johnny Depp s’est déjà tatoué « Wino Forever » mais Lindsay ne porte pas encore de hijab. L’époque est plus simple, les choses sont soit « hot » soit « sexy » et la seule menace qui pèse sur nous est le cassage d’un ongle ou le bug de l’an 2000. Motorola a encore le monopole sur le marché des téléphones portables et le monde entier ou presque utilise MSN pour communiquer. Tout va bien dans le meilleur des mondes.

Dior printemps/été 2001

Au même moment à Paris, le plus grand magicien c’est John Galliano à la tête de Dior. Mais malgré son ombre qui recouvre la mode, l’industrie voit naître un sac d’un genre nouveau – un tout petit sac à main en forme de selle de cheval fermé par un étrier doré en forme de D qui se porte à l’épaule et s’imbrique à la perfection sous l’aisselle. Les premières versions sortent en bleu denim, en cuir camel, en imprimés à la Pucci et en gris classique. Mais en même temps que la demande explose, les variations se multiplient. Viennent alors les version rasta, baby pink, double denim, trompe-l’œil en papier journal, camouflage, et une pour chaque Spice Girl.

Au début des années 2000, les sacs-selle sont partout. Aux bras de Paris Hilton, Nicole Richie, Sienna Miller, les Destiny’s Child, Mischa Barton, Carrie dans Sex and the City et Shawn et Marlon Wayans dans White Chicks. Bon le dernier exemple nécessite un petit fact-checking mais vous voyez où je veux en venir. Suffisamment « grands » pour accueillir au maximum un Lancôme Juicy Tube et quelques pastilles mentholées, autant dire que le sac n’est pas le plus pratique. Il est par contre un marqueur imparable de célébrité, de statut et de richesse : si à l’époque vous ne sortez pas d’un hummer, ne donnez pas vos dessous aux flashs des paparazzi et ne faites pas tomber la légère intégralité de votre sac-selle Dior sur le sol du Bain au grand plaisir de TMZ, vous n’êtes personne.

Puis quelque chose se brise. En 2008, le krach financier met un grand coup d’arrêt à tous les étalages ostentatoires de richesse. Et puis Paris Hilton fait un passage en prison, les Destiny’s Child se séparent, Kim Kardashian fait une sex tape : en gros, la culture populaire est passée à autre chose et le Saddle Bag fait partie de la page tournée, relégué aux confins des garde-robes du monde et éparpillé sans trop d'espoir sur eBay.

Dior automne/hiver 2018. Photographie Mitchell Sams.

Mais l’histoire ne s’arrête bien sûr pas là. Ces dernières années, les fameux sacs Dior se sont refait une petite place, débarrassés de la poussière des annales de l’histoire de la mode. Récemment, Bella Hadid était aperçue avec un modèle denim fièrement accroché à l’épaule, RiRi quant à elle optait pour la version logo traditionnelle, Queen Bey faisait le même choix, mais en marron, pour aller dîner, Adwoa pour se rendre à un mariage et l’immense pop star chinoise CL postait une photo d’elle avec la pièce en question.

Dans le contexte actuel marqué par le normcore et le sportswear, ces sacs ne sont plus des symboles ostentatoires. Ils ne sont plus ringards, mais ironiquement cool, ce qui n’a finalement rien de surprenant vu le retour en force de nombreuses tendances des années 2000.

Les designers eux-mêmes n’hésitent pas à référencer leurs propres archives des années 1990 et 2000. Il n’y a qu’à voir le brillant hommage de Donatella Versace à son frère Gianni ou les références de Miuccia Prada à Prada Sport. Pas étonnant alors que Maria Grazia Chiuri se soit plongée dans les archives de Dior pour y repêcher ce sac iconique. Mais dans quel but ? Eh bien, au-delà du désir de consolidation de l’ADN de la marque à une époque où le dérivé fait presque loi, la réédition du Saddle Bag est avant tout un objet parfaitement adapté à l’ère Instagram. C’est malin. Il n’aura suffi que de quelques scrolls sur Insta pour que les trompettes sonnent le retour du « must-have ». Alors prévenez vos amis, le Saddle Bag est de retour. En selle.