1 personne sur 5 décroche son téléphone pendant l'amour

D'après une nouvelle étude, les jeunes couples n'ont jamais été aussi virtuellement connectés l'un à l'autre. Pour le meilleur et pour le pire.

par Marion Raynaud Lacroix
|
26 Février 2019, 12:36pm

On s'alarme souvent de la consommation de porno des jeunes générations, de leur inexorable attrait pour les applications de dating – là où leurs parents préféraient la magie de la rencontre IRL, ivres et titubants dans un bar de quartier. On évoque en revanche moins fréquemment la façon dont l'écran de téléphone s'interpose au sein de leurs relations de couple. Vous savez, ce moment où vous vous apprêtez à déclarer votre flamme à votre coup de foudre et où celui-ci préfère s'emparer de son téléphone pour y découvrir ses dernières stories Instagram ?

Les 18-35 ans en couple s’échangeraient 9 messages et deux appels par jour en moyenne. C'est beaucoup et c’est le constat dressé par une étude Ipsos menée auprès de 200 couples de 18-35 ans en partenariat avec Caprice des Dieux (cet « amour de fromage » qui voudrait faire croire qu'on multiplie ses chances de rencontrer l'âme soeur en se bourrant de lipides). Mais que trouve-t-on à se raconter avec 9 messages par jour ? L'enquête ne dit pas combien d'entre eux se demandent ce qu'ils mangeront le soir même et/ou quel programme Netflix ils visionneront en mangeant du fromage. En revanche, on y apprend que les 18/35 ans sont plus fleur bleue qu'on se plait à l'imaginer : 42 % des sondés déclarent s’envoyer des messages pour se dire « je t’aime », seuls 9% pour se transmettre des « messages chauds ».

Mais le plus déprimant reste à venir : 20% des sondés déclarent répondre à un appel ou un message en plein acte sexuel (1 personne sur 5) - les hommes s'imposant comme les plus enclins à bavarder en plein coït. Preuve qu'il ne faut pas se désespérer, une majorité de sondés voit l'importance prise par le téléphone comme problématique au sein de leur couple. Mieux que ça, ils se déclarent favorables à l’idée de réduire son utilisation. Evidemment, en pratique, les choses sont plus compliquées, tout particulièrement pour les 18/24 ans : ils ont beau être les plus enclins à la remise en question, ils sont aussi ceux pour qui le passage à l’acte - comprendre, la réduction du temps d'écran - semble la plus difficile. Notons que seuls 3% des sondés déclarent se servir de leur téléphone pour menacer leur partenaire de rupture. Vous vous êtes fait larguer par texto ? Désolé, votre ex n'a pas dû faire partie des statistiques.

NB : Caprice des Dieux oblige, l’étude ne dit pas dans quelle mesure cette analyse s'applique au quotidien des couples homosexuels.

Retrouvez i-D sur Facebook, Instagram et Twitter.

Tagged:
amour
étude
millenial
Gen Z
société
ipsos
écran