Publicité

nikelab x stone island, une collab de plus pour le windrunner du futur

Ils avaient déjà fait de 2016 l'année du windrunner avec leur première collaboration. NikeLab et Stone Island se retrouvent pour une seconde version, toujours innovante, de la pièce culte.

par Steve Salter
|
07 Septembre 2016, 10:20am

Le Windrunner Nike est l'emblème le plus iconique et endurant du sportswear. Après son apparition sur le dos des meilleurs athlètes américains en 1980, il apparaît dans la première ligne de vêtements Nike, en 1982. Cette même année, Stone Island né du désir d'innovation et des manipulations matérielles de Massimo Osti. Initialement conçu pour protéger les coureurs des éléments, le Windrunner est depuis devenu une base ; une toile blanche où dessiner l'innovation et d'où bâtir des collaborations. Ce partenariat avec Stone Island en est l'exemple parfait, et élève encore un peu plus les limites de ce vêtement culte.

Après une première collaboration dans laquelle fut injectée pour la première fois l'ingénierie et les techniques de teinture de la marque de sportswear italienne, cette deuxième création pousse l'innovation encore plus loin. Le résultat est une combinaison parfaite des matériaux et de la recherche avancée de Stone Island et de l'approche unique du design de Nike. Alors que le nouveau Windrunner commence à secouer la blogosphère, la tête pensante de Stone Island Carlo Rivetti nous a raconté le dessous de cette collaboration.

Qu'est-ce que tu peux nous dire de cette seconde étape de la collaboration créative avec Nikelab ?
D'abord, le produit est fantastique, c'est magnifique. Pour moi, c'est la fusion parfaite de deux ADN. On peut y reconnaître à la fois Nikelab et Stone Island, chacun respectant l'autre. Bon, après, c'est plus facile à dire qu'à faire.

Comment a évolué cette relation depuis la première collaboration ?
Ça a été une expérience fantastique, autant d'un point de vue commercial qu'humain. Après que les équipes se soient rencontrées à Beaverton, et après que les gens de Nikelab soient venus visiter notre usine, on s'est liés d'amitié. Ce n'est pas que du business, ce n'est pas qu'un job, c'est vraiment deux équipes, deux cultures différentes qui se réunissent pour parler le même langage.

Comment cette relation épanouissante a-t-elle affecté les produits ?
La première collaboration était déjà très bonne, mais là on a pu aller encore plus loin, parce qu'on se comprend encore mieux. On s'est confrontés à des problèmes, et on les a résolus ensemble. Par exemple, la teinture de vêtements avec une membrane n'est pas facile. Les gens de Nikelab sont supers, mais ils ont moins d'expérience dans la technologie relative à la teinture de vêtement. Mais ils apprennent. On se tire en avant. 

Dans des interviews précédentes, tu assurais que « Stone Islande adorait les défis ». La teinture, c'était le plus grand défi ?
Non, ça c'est facile pour nous ! Le challenge ça a été de bosser sur des tailles différentes. On s'est indexé sur celles de Nikelab. Un autre défi : la température pour la teinture des vêtements n'est pas facile à gérer avec la membrane, donc on a dû s'adapter. C'était un chantier qui nécessitait un dialogue constant entre nous. On a bossé comme une équipe/ c'était un long processus, neuf mois, mais on est vraiment contents et satisfaits.

L'année dernière on a eu la Mussola Gommata, matière résistante à l'eau et au vent. Cette année, quelle est l'innovation qui t'excite le plus ?
On est encore sur une double matière, mais le vrai défi c'était de bosser avec cette membrane. On a dû modifier la machine pour pouvoir travailler à des températures plus basses et créer cette gamme de couleurs fantastique. En plus, la veste peut être ranger dans sa poche gauche et passer d'un vêtement à une poche selon les besoins de son utilisateur.

Qu'est-ce qui t'as ramené au Windrunner Nike ?
C'est une pièce iconique qui le devient de plus en plus ! Mon avis est peut-être biaisé… L'avenir nous le dira. 

De Supreme à Nikelab, on a vu de nombreuses collaborations ces derniers mois. Les collaborations sont importantes dans le futur de Sone Island ? Quel est le secret d'une collaboration réussie ?
Ce que j'ai compris, ces dernières années, c'est que le futur appartient aux compagnies et aux marques qui ont une histoire à raconter. Stone Island, comme Nikelab, a énormément d'histoires à raconter. On n'a pas besoin de changer notre manière de les raconter, mais il faut essayer de toucher une audience plus grande, prête à les écouter. Bien sûr, avoir l'opportunité de collaborer avec une marque comme Nike, connue, respectée et admirée, nous donne l'opportunité de parler au monde. On n'est pas très connus en Amérique, donc ça nous permet de s'installer sur un marché qui s'ouvre à nous. Le premier objectif, c'était la création d'un produit de qualité. Le deuxième, et c'était plus inattendu, c'était de se faire de nouveaux amis. Et le troisième, c'était de saisir cette chance de parler au monde entier.

Que peux-tu nous dire du futur de cette collaboration ? Il y a plus à venir ?
On n'en sait rien pour l'instant. Mais on va discuter. 

La collection NikeLab x Stone Island sera en vente à partir de jeudi 8 septembre dans les boutiques Stone Island, les boutiques NikeLab, sur Stoneisland.com et nike.com/nikelab.

Credits


Texte Steve Salter

Tagged:
Mode
Stone Island
Nikelab
carlo rivetti