ce que le jour doit à la nuit

i-D a profité des derniers rayons de soleil d’Hyères pour inviter Hervé Lassïnce, photographe exposé à la Villa Noailles dans le cadre du festival, à réinterpréter à sa façon le travail du président du jury mode, Julien Dossena.

|
02 mai 2016, 9:05am

C'est difficile de faire des choses simples, de dire des choses simples. Les oeuvres les plus accessibles sont souvent celles qui demandent le plus de travail. Elles demandent le plus de travail car elles exigent du créateur - quel qu'il soit - une forme de bienveillance. C'est sans doute la qualité commune du photographe Hervé Lassïnce et du créateur Julien Dossena pour Paco Rabanne. Tous les deux oeuvrent discrètement avec une même mission : rendre beau sans dénaturer l'autre. Le sujet photographique pour l'un, les filles pour l'autre. La simplicité n'exclut pas la sophistication, au contraire. La simplicité dans l'oeuvre implique avant tout de la pudeur - l'artiste s'efface, et donne la parole. Le festival de mode et de photo d'Hyères nous a donc permis de réunir deux sublimes pudiques. On a choisi de les faire se rencontrer à travers cette série au bord d'une route, un lendemain de fête probablement, à travers trois kids aux yeux encore brouillés des ivresses de la nuit. La jeunesse déambule, aussi déroutée que consciente de sa chance d'être là. Elle accueille avec reconnaissance les premiers rayons du jour. "L'être se tient au milieu de l'amour", peut-on lire entre trois photos sur le site d'Hervé Lassïnce. Julien Dossena serait le premier à acquiescer. Nous aussi. 

Credits


Texte : Tess Lochanski
Photographie : Hervé Lassïnce
Assistant photographe : Guillaume Vacquier
Stylisme : Niki Pauls @ shotview.com
Assistante styliste : Lucie Guiral
Maquillage : Amelie moutia
Coiffure : Fred Barat
Toutes les pièces sont signées Paco Rabanne
Mannequins : Eva Bus chez Elite, Kimberley chez The Face Paris, Lancelot chez Rockmen