Moncler AW21 vu par Marzio Emilio Villa

En s'inspirant de l'ADN de la marque et de son propre regard, le photographe a immortalisé le côté introspectif de la collection Hiver de Moncler.

par Carolina Davalli
|
13 Octobre 2021, 8:37am

Cela peut paraître anodin, mais souvent, pour emprunter des chemins réellement innovants, il suffit de changer de perspective et de voir ce qui se passe. Et c'est ce que Moncler a décidé de faire lors du lancement de sa collection Automne Hiver 21, en faisant appel à trois créateurs d'images émergents pour créer des éditoriaux, des campagnes et des essais visuels qui incarnent l'esprit de la marque. Un processus créatif d'hybridation entre l'ADN de Moncler et l'imagination personnelle des talents choisis.

Les projets qui en résultent ont mis en lumière de nouvelles facettes de Moncler, déjà présentes chez la marque mais jusqu'alors inexplorées. Après l'éditorial mixte du couple de créateurs Chicco et Tigre, et les images sursaturées et surréalistes de Lucia Buricelli, c'est au tour du photographe Marzio Emilio Villa. En collaboration avec l'équipe de i-D, l'artiste a immortalisé la collection Moncler AH21 à travers des clichés suspendus et intemporels.

Faisant ressortir un côté plus intime de la collection, Marzio a combiné l'état d'esprit qui a inspiré les vêtements - l'esprit d'aventure, le besoin de découvrir et l'envie de se dépasser constamment - avec sa propre vision artistique, toujours centrée sur les sujets eux-mêmes. Découvrez ci-dessous le concept de cette collection spéciale Moncler AH21, en compagnie de Marzio.

a model wearing Moncler AW21 shot by Marzio Emilio Villa

Bonjour Marzio ! Parlez-nous de vous et de votre parcours dans le monde de la photographie.

À l'âge de 13 ans, je suis parti avec mon père en voyage d'affaires en Afrique, et c'est là que j'ai découvert la photographie. Mon approche immédiate a été celle d'un adolescent curieux, animé par le désir de documenter son expérience de voyage. Bien qu'étant un enfant européen, j'étais noir comme tous les locaux, et je voulais capturer le sentiment de me voir dans un endroit que je n'avais jamais vu auparavant. Cette expérience a été fondamentale pour le parcours artistique que j'ai ensuite entrepris, et elle m'a poussé à travailler sur des concepts qui me tiennent à cœur, comme l'espace que j'occupe et ce que je représente. Aujourd'hui encore, mon développement personnel et artistique est lié à ce parcours : comprendre les privilèges dont j'ai bénéficié en tant qu'enfant noir européen dès mon plus jeune âge m'a amené à comprendre quel type de photographe je voulais devenir.

Parlez-nous de votre processus créatif. D'où viennent vos idées et quel type d'approche adoptez-vous avec vos sujets ?

Mes œuvres naissent de mon expérience personnelle, des injustices que je vis dans mon propre corps et qui, j'en suis sûr, marquent la vie de nombreuses autres personnes appartenant à différentes minorités. Les histoires que je raconte ne sont pas toujours réelles. Mon objectif est de partir des stéréotypes, de les déconstruire et de créer des icônes qui transmettent un message collectif partagé, dans l'espoir qu'il parvienne et soit compris même par ceux qui ne vivent pas ce type de discrimination.

a model wearing Moncler AW21 shot by Marzio Emilio Villa

Selon vous, quel devrait être le rôle d'un photographe en 2021 ?

Pour moi, être photographe signifie avoir des responsabilités quant à la manière dont la société peut être lue et représentée. La plupart des photographes - ou quiconque possède un appareil qui capture des images - ne sont pas conscients du privilège qu'ils possèdent en étant du côté de ceux qui documentent. De mon point de vue, nous devrions nous rappeler que prendre une image de quelqu'un est toujours un dialogue entre le spectateur et la personne regardée, et cet échange devrait être basé sur l'égalité entre les deux parties.

Où trouvez-vous votre inspiration ? 

Dans l'histoire de l'art, mais aussi dans le regard des policiers chaque fois que je les croise. Appartenant à une minorité qui a historiquement toujours été regardée et représentée, sans jamais avoir eu l'occasion d'être de l'autre côté de l'objectif, ce n'est pas immédiat pour moi de me reconnaître dans une œuvre qui a toujours véhiculé un récit voyeuriste sur les minorités. 

a model wearing Moncler AW21 shot by Marzio Emilio Villa

Vous faites partie de usthey NARRATIVE, un collectif qui donne la parole à des personnes talentueuses issues de communautés marginalisées. Comment pensez-vous que la photographie peut aider à représenter ces identités ?

La photographie a la capacité de parler des différentes identités qui ne sont pas représentées, en leur permettant de reprendre possession de leur propre récit. Le collectif que nous avons fondé, Eleonora Sabet et moi, a précisément cet objectif : à travers une action collective, nous voulons donner une plus grande résonance aux groupes minoritaires non représentés. Même si nous appartenons à des minorités différentes, nous partageons le désir de donner un espace aux photographes qui, comme nous, ne sont souvent pas écoutés.

Parlez-nous de votre collaboration avec Moncler. Comment avez-vous abordé le projet ?

Lorsqu'ils m'ont demandé de participer, j'ai immédiatement pensé à la manière de représenter les minorités dans un édito de mode. J'ai donc photographié des talents qui, en s'incarnant, devenaient des icônes représentatives d'une multiplicité. À l'aide d'objets, d'accessoires et de coiffures, j'ai essayé de déconstruire le récit dominant et de dépasser les préjugés sur qui peut ou ne peut pas porter certains articles. Michele, par exemple, a une pêche coupée dans la main, une référence à la scène de Call Me By Your Name. J'ai également inclus des références aux postures et aux compositions typiques de la Renaissance, exorcisant ainsi les stéréotypes hérités de ce type d'imagerie. J'ai vraiment apprécié de pouvoir travailler pour une marque tout en restant fidèle à mon ensemble de valeurs et à ma production personnelle.

a model wearing Moncler AW21 shot by Marzio Emilio Villa

La polyvalence et l'innovation font partie des principes clés de la marque Moncler. Pensez-vous que ces concepts vous représentent en tant qu'artiste ? Comment essayez-vous de les intégrer dans votre pratique ?

Je pense que Moncler va dans une direction de plus en plus inclusive, en écoutant les besoins des personnes qui portent leurs vêtements. Le mot "innovation" résonne beaucoup en moi, et c'est aussi ce que j'ai l'intention de faire : créer des produits culturels qui, d'une certaine manière, favorisent la croissance sociale.

Moncler AH21 est une collection aux multiples facettes, capable de se modeler sur le style, la personnalité et l'attitude de ceux qui la portent. Pour chaque photo, aviez-vous une histoire particulière en tête ?

Ayant choisi moi-même les sujets à photographier, j'ai pu imaginer une histoire pour chacun d'eux. Par exemple, j'ai photographié Eleonora immergée dans la nature avec une moto tout-terrain, recréant une atmosphère médiévale inspirée de l'histoire de Jeanne d'Arc, mais re-contextualisée pour 2021.

a model wearing Moncler AW21 shot by Marzio Emilio Villa

La collection réfléchit également à la relation entre l'homme et la nature. Ce thème est-il également présent dans vos recherches en tant qu'artiste ?

Je place souvent mes sujets dans la nature, car cette dimension est une référence claire à mon histoire et à mes ancêtres. Je suis né au Brésil et j'ai des origines moitié Indios, moitié Afro, qui unit l'histoire de toutes les Amériques. À l'époque de l'esclavage, les personnes qui parvenaient à échapper à leurs maîtres étaient souvent obligées de se réfugier dans la nature. Pour moi, c'est une façon comme une autre de modifier l'imaginaire collectif et de reprendre possession de nos espaces.

Quels sont les trois photos que vous rêvez de prendre mais que vous n'avez pas encore réalisées ?

Je n'ai pas vraiment trois photos en particulier, mais j'ai en tête les objectifs que j'aimerais atteindre en matière de représentation des minorités. J'aimerais continuer à inclure des personnes comme moi dans les campagnes commerciales ; et, plus généralement, faire participer davantage de personnes appartenant à des minorités à l'industrie visuelle italienne, qu'il s'agisse de musique, d'art ou de mode.

Que voyez-vous dans votre avenir ? 

J'espère qu'un jour viendra où les minorités pourront être entendues et racontées sans avoir à justifier continuellement leur existence.

a model wearing Moncler AW21 shot by Marzio Emilio Villa
a model wearing Moncler AW21 shot by Marzio Emilio Villa
a model wearing Moncler AW21 shot by Marzio Emilio Villa

Crédits


Photographie Marzio Emilio Villa
Direction Créative Gloria Maria Cappelletti
Producteur Rosario Rex Di Salvo
Stylisme Giorgia Imbrenda
Groomer Filippo Ferrari
Direction Artistique Gloria Bertuzzi
Production Assistance Guglielmo Del Signore and Luca Perrone
Stylisme Assistance Marco M Latorre 
Production Rex Industries
Directeur de compte Valentina Curti
Manager de compte senior  Benedetta Borioni