Laissez-vous porter par les utopies de Victor Solf

Auteur d'un premier album solo oscillant entre soul et électro, le Français continue d'en décliner l'univers avec « Utopia » : un troisième single qui saisit l’enivrant sentiment d’éternité que touchent celles et ceux qui abordent la vie avec optimisme.

par Maxime Delcourt
|
15 Juin 2021, 3:00pm

Victor Solf n’a rien d’un artiste anodin. Still. There’s Hope, son premier album solo, en témoigne. La façon dont il a pensé les clips de ses quatre singles également. Tous sont liés entre eux, racontent une même histoire et n’ont finalement pour but que de présenter différents points de vue d’un même récit : « “I Don’t Fit” a pour ambition de questionner notre rapport à l’échec et aux difficultés que l’on rencontre au quotidien, tandis que “How Did We ?” s’intéresse davantage à l’état de sidération et à la nécessaire reconstruction qui interviennent après un drame », détaille Victor Solf. 

En attendant le quatrième clip, prévu à la rentrée et envisagé comme un prequel de « I Don’t Fit », c’est avec « Utopia » que le Français, ex-membre de Her, a décidé de prolonger son univers : « Une fois de plus, on retrouve cette voiture, désormais installée sur une plage. Le clip a une fois de plus été réalisé par Liswaya, mais l’idée était cette fois de mettre en scène un exutoire, de symboliser une envie de liberté. C’est aussi pour ça que, pour la première fois, je m’éloigne de cette voiture, comme si celle-ci symbolisait ce que l’on traine dans nos vies, comme s’il s’agissait de se libérer d’un poids qui nous pèse et nous empêche d’avancer »

Quant à savoir pourquoi Victor Solf a tant tenu à faire figurer une voiture dans ses différents clips, ce dernier se veut très clair : « L’idée ne vient pas de moi mais de Liswaya. Cela dit, je voulais créer un lien très fort entre mes morceaux, mes clips, mes vêtements et mes photos. Je voulais que l’on puisse retrouve l’univers des vidéos lorsqu’on ouvre le vinyle, et inversement. La voiture permettait de regrouper tous ces codes graphiques, dans le sens où elle peut incarner différentes choses : la liberté, la vitesse, l’accident, mais aussi des moments de vie, comme des disputes ou des instants plus introspectifs. »

Pour le tournage d’« Utopia », il a bien fallu gérer quelques problèmes logistiques - faire venir toute une équipe en Bretagne, prévenir le maire qu’une voiture resterait plusieurs sur la plage, tourner en argentique, etc. -, mais le résultat est à la hauteur de l’ambition affichée. Surtout, ces images viennent illustrer ce qui est sans doute l’un des plus beaux morceaux de Still. There’s Hope, celui qui invite au lâcher-prise, ose les émotions contrastées et trouve son climax dans une phrase apte à résonner en chacun de nous : « Le silence peut être lourd »

Tagged:
utopia
single
Victor Solf