Still from 'Prisoner'

Comment la génération Z avait prévu l'ascension de Miley Cyrus vers le statut de rock star

Quand Hannah Montana disait « Je serai peut-être même une rock star » en 2007, elle savait ce qu’elle disait. Alors que Miley sort Plastic Hearts, revenons sur son évolution.

par Tom George
|
04 Décembre 2020, 1:25pm

Still from 'Prisoner'

Dans le clip de son single de 2008 « Start All Over », une jeune Miley Cyrus avait des mèches décolorées, un veston et des bretelles tombantes et c’était la plus rock qu’elle pouvait faire. Elle se déhanche autour du micro alors qu’elle chante sa chanson pop-rock Disney compatible. Une image assez similaire à la Miley d’aujourd’hui, malgré les dix années passées. Entre temps, on la connait pour ses disques pop ou country, avec un passage hip hop à la limite du problématique. Mais récemment, Miley collabore avec Stevie Nicks, reprend des chansons de Blondie, et ce faisant, rencontre un grand succès. Célébrant cette nouvelle ère de rock star, les critiques disent que jusqu’à maintenant, elle n’était pas encore une artiste qui « évoquait vraiment le rock’n’roll ». Mais pour les fans Génération Z de Miley qui ont grandi en suivant son évolution, cette renaissance rock n’est absolument pas une surprise.

Miley est enracinée dans la culture de la Génération Z. Disney, son premier employeur, s’en est assuré dès le début de sa carrière. Hannah Montana, la série qui a propulsé Miley sous les projecteurs, a été un succès immédiat auprès de ses fans, fans devenus grands et qui constituent aujourd’hui la Génération Z. Disney Chanel, avec leur stratégie marketing de la fin des années 2000, s’était éloigné des films d’animation classiques du passé, pour se concentrer sur un contenu autour de filles pré-adolescentes, pour ainsi transformer leurs actrices en futurs stars. Ce mouvement a commencé avec Hilary Duff et Aly & AJ, qui ont toutes sorti un album produit par Disney au moment où on les connaissaient pour leurs rôles de filles 100% U.S.A., avant de continuer avec Miley, Selena Gomez et Demi Lovato.

« On pouvait toujours compter sur Miley, et quand elle est devenue Hannah, c’était magique » explique Tara, vingt-quatre ans, qui est fan de Hannah Montana depuis ses dix ans. « Cette série m’a appris qu’on peut accomplir tout ce qu’on veut dans la vie ». Ce qui a rendu ces fans accro à Hannah et Miley c’est le rêve de devenir une pop star, saupoudré de problèmes communs à tous les ados. Aujourd’hui, ces fans sont connus sous le nom de « Smilers ». Et parallèlement à cela, pour les jeunes LGBTQ+, la capacité de Miley à garder un secret, et son lifestyle glamour sont devenus en quelque sorte un moyen de s’exprimer. « En tant que gamin gay qui n’était pas encore sorti du placard, voir une fille normale porter une perruque, avoir le droit de s’habiller d’une certaine manière pour chanter et danser, c’était un rêve tout particulièrement attirant » selon le fan de dix-neuf ans derrière le compte Twitter @privshow.

Miley et Hannah sont toutes les deux intégrées dans l’identité culturelle de la Génération Z, mais aussi dans leurs souvenirs d’enfance et leur sens partagé de la nostalgie. On peut voir ça quand on considère la manière dont Miley est devenue une partie importante de la manière dont le contemporain s’exprime, que ce soit avec les memes TikTok qui utilisent les sons de transition de Hannah Montana pour exprimer un mood, ou le #maincharacterchallenge, où les ados racontent leurs propres histoires en reprenant eux-mêmes la reprise que Miley a faite d’une des chansons des Artic Monkeys. Mais cette lecture attentive de sa carrière par les fans est aussi la raison pour laquelle le son rock de son nouvel album, Plastic Hearts, avait été anticipé par ceux qui suivent avec minutie son expression créative depuis le début, contrairement au public en général, qui a vu cela comme une surprise. Pour Carlos, « Smiler » depuis longtemps : « Miley a toujours été une rock star. À seize ans, elle faisait déjà des reprises de chansons de rock et travaillait avec des légendes comme Joan Jett ou Billy Idol. Elle a rejoint le statut de légende à l’âge de vingt-huit ans. Pour moi, ce n’est pas du tout surprenant qu’elle sorte de la musique inspirée par le rock des années 1980 ».

Dans Hannah Montana & Miley Cyrus: Best of Both Worlds Concert Film (2008), on peut voir comment la star a commencé à créer une distinction entre elle et son alter ego à perruque blonde à travers le punk rock. Quand le concert fait la transition entre Hannah et la seconde partie menée par Miley, les acrobaties de pom-pom girls et les robes à sequins sont remplacées par un personnage dont les vêtements sont plus sombres, plus matures aussi, un personnage qui saute sur la scène, jette des baguettes de batterie, montre sa langue (l’annonce de ce qui allait advenir) et fait le peace sign devant les caméras. Mais cette dualité était visible en dehors de la scène, dans une critique AllMusic, Heather Phares note que dans l’une des ses chansons, la voix de Miley « devient plus basse, part de la gorge, et les arrangements sont eux plus organiques, plus rock ».

Au cours des années qui suivirent, Meet Miley Cyrus en 2007 était plutôt pop rock et Breakout en 2008 était redirigé vers une pop marketable pour les ados. Tout comme l’EP The Time of Our Lives en 2009, et l’album entier qui suivit en 2010 Can’t Be Tamed. Tous ont été sorti par la maison de disque affiliée à Disney : Hollywood Records. Miley a admis qu’elle n’était pas vraiment inspirée par cette direction, qui n’était pas conciliable avec son propre désir d’expérimentation. Pour ses fans, cela n’a que conforté sa capacité à être une rock star. « C’était super punk rock de voir une fille de dix-huit ans s’opposer à des entreprises géantes comme Disney » selon Archie, qui est devenu « Smiler » à cette époque. Et malgré quelques scandales assez iconiques, comme avoir été renvoyée du casting du film Hotel Transylvania pour avoir léché un gâteau en forme de pénis, d’autres choix rebels de rock star n’ont pas plu à certains de ses fans les plus loyaux.

En 2013, Bangerz n’a pas plu à beaucoup de « Smilers » qui comprenaient que Miley ait désespérément besoin de se rebeller, mais qui ont été refroidi par son appropriation de la culture hip hop, une décision qui allait surement faire scandale. La chanteuse s’est excusée, et s’est efforcée de mieux faire. Kornelia, une Polonaise de vingt-trois ans, fan de Miley depuis qu’elle a onze ans, a été rassurée quand son idole s’est exprimée contre les inégalités raciales, les droits des femmes, les droits des personnes LGBTQ+, et ceux des sans-abris, à un moment où la Pologne connait une montée de l’extrême droite. Pour Kornelia, « elle apprend aux gens à devenir qui ils souhaitent vraiment devenir, sans jamais se laisser marcher sur les pieds. Elle défend des idées qui me sont chères, et j’aime qu’elle fasse du bruit ». 

Le niveau d’authenticité et d’engagement politique continu (que beaucoup d’idoles pour adolescents évitent), avec son attitude « fuck the system » signifient qu’une pente punk a toujours fait partie de l’identité de Miley Cyrus, aux côtés d’exemples plus directs comme ses reprises de Nivarna ou The Cramberries, même si on ne l’avait pas autorisée à explorer ces sons avec sa propre musique.

Tout cela a changé en 2019, avec son EP She Is Coming qui est un retour à ses racines pop rock, avec en plus une esthétique queer et rebelle depuis qu’elle se définit comme pan-sexuelle et gender-fluid. Pour les fans LGBTQ+ qui vivaient à travers Hannah en grandissant, cela a d’autant plus affirmé son désir de mettre en valeur l’altérité, tout en acceptant sa propre altérité. « C’est comme la preuve que cela vaut la peine d’être fan d’elle, tellement de gamins queers l’admirent. Ça me surprend pas qu’elle est l’une d’entre nous » explique Patrick, vingt-deux ans, qui est fan depuis qu’il a huit ans. Il trouve ça intéressant, que malgré deux ans de la Miley punk rock, ce n’est que maintenant qu’elle obtient cette reconnaissance : « Ce sont ses reprises de chansons légendaires qui sont considérées comme du grand art par les hommes, et une apparition chez Joe Rogan, qui a en partie permis cette reconnaissance. Ses fans ont toujours reconnu son incroyable capacité vocale ». 

Alors qu’elle fait son passage tant attendu vers le rock avec Plastic Hearts, et un disque annoncé de reprises de Metallica, Miley a officialisé cette nouvelle ère dans un tweet : « Recontrez Miley Cyrus… encore #sheiscoming #forrealthistime », le commentaire pour accompagner le clip de la chanson « Start All Over ». Si ce nouveau son semble être un choix artistique fort pour les masses, sage décision d’ailleurs si on est véritablement à la recherche de renouveau, pour ces fans, ce n’est que la manifestation de sa destinée créative, être la première grande rock star mainstream de la Génération Z.

Cet article a été initialement publié par i-D UK.   

Tagged:
POP
rock
Miley Cyrus