Collage par Roberto Brundo

Lanvin et Paris Hilton : un partenariat déjà iconique

Pour sa campagne printemps été 2021, Bruno Sialelli invite l’irremplaçable héritière à poser sous l’objectif de Mert & Marcus et révèle une nouvelle facette de celle qui a redéfini la notion même de célébrité.

par Claire Beghin
|
15 Mars 2021, 9:19am

Collage par Roberto Brundo

L’influenceuse originelle, c’est elle. Depuis l’aube des années 2000, Paris Hilton incarne une nouvelle ère de la célébrité, dont elle a elle-même inventé le modèle à grands coups d’auto-promo, de glamour flamboyant et de punchlines inoubliables. Bien avant les Kardashian, elle a compris le pouvoir de maitriser sa propre image, inaugurant l’ère des réseaux sociaux et du tout médiatique. Bruno Sialelli  n’aurait pas pu choisir meilleure partenaire pour donner vie à la collection Lanvin printemps été 2021, dans une campagne qui célèbre la figure de l’icône et ce qu’elle raconte de notre temps.

« Paris Hilton est désormais une icône, un personnage représentatif d’une époque récente. Elle incarne une génération, malgré elle, en a défini les contours et l’a faite entrer dans une nouvelle ère. » dit Bruno Sialelli. « Elle est à l’origine du mouvement des influenceurs, du ‘célèbre parce que célèbre’ et je voulais montrer au monde à quel point elle a su aller loin dans l’industrie qu’elle a créée ». Pour cette campagne, il tenait à la montrer comme on ne l’avait jamais vue. «C’est aussi une personnalité qui évolue désormais, et qui montre les différentes facettes de ce fameux personnage ; plus complexe que ce qu’on veut bien croire. » Photographiée par Mert Alas et Marcus Piggott, l’héritière pose dans une « robe de style », grand jupon rose et buste en cristaux, un clin d’oeil aux robes imaginées par Jeanne Lanvin dans les années 1920 qui incarnent cette élégance décontractée, irrévérencieuse et chicissime qui fait tout le sel de la maison. Sur une autre image, elle porte un long manteau noir cintré, une allure sobre et droite qui prouve, s’il le fallait, à quel point une telle icône peut transcender les styles, à sa place quels que soient les rôles.

.png
​Lanvin et Paris Hilton - Collage par Roberto Brundo

Y compris ceux dans lesquels on n’a pas l’habitude de la voir. Ici, pas de décor fastueux ni de chevelure blonde en cascade, mais un fond neutre, un carré court et une paire de lunettes de soleil. Paris Hilton se transforme « tel un cygne », comme on appelait ces jeunes filles de la haute société new-yorkaise qui fascinaient les médias américains dans les années 1950 et dont elle est la digne héritière. A l’époque, elles ne juraient justement que par la « robe de style », une déclinaison festive de la crinoline de guerre dont Bruno Sialelli livre aujourd’hui sa version contemporaine. Elle est à l’image de la collection printemps été 2021, présentée à Shanghai au mois d’octobre dernier, qui tisse des ponts entre les codes historiques de la maison et l’esthétique moderne dans lequel l’ancre Bruno Sialelli, en mixant son héritage à des références plus pop un brin cinématographiques. « Mon travail pour Lanvin consiste à permettre cette possibilité de devenir des personnages. (…) D’ailleurs, nous avons beaucoup échangé [avec Paris] en amont du shooting, et nous nous sommes retrouvés sur le personnage de Michelle Pfeiffer, dans le film Scarface de Brian de Palma. »

Le tout avec un art de la mise en scène qui ne pouvait que plaire à celle à qui le statut d’icône 3.0 a déjà assuré une célébrité éternelle, et qui se dit honorée de pouvoir contribuer à l’héritage de la marque. « J’ai toujours été une fan de la maison et j’ai une vraie admiration pour le travail de sa fondatrice Jeanne Lanvin. » a déclaré Paris Hilton. « Elle a su construire un empire à partir d’un petit magasin qui existe toujours 130 ans plus tard. Son esprit d’entreprise est absolument incroyable. Ça ne vous rappelle pas quelqu’un ? » Sans aucun doute. Quand les icônes se croisent, la magie opère toujours.

Tagged:
paris hilton
Mode
lanvin