Photography Sam Hellmann

Les stars de votre nouveau film queer favori vont vous briser le coeur

Été 85 est une sorte de version thriller psychologique de Call Me By Your Name. Rencontre avec les acteurs principaux qui reviennent sur les raisons qui vont vous faire aimer le film.

par Douglas Greenwood
|
13 Octobre 2020, 10:52am

Photography Sam Hellmann

Dans Été 1985 de François Ozon, deux amants adolescents se rencontrent pour la première fois sur la côte normande en France. Un orage, qui ne faisait que montrer le bout de son nez tout au long d’une journée par ailleurs très belle, déferle tout à coup, le vent et la pluie causant le bateau d’Alex, seize ans, à chavirer. Il s’agite dans l’eau et appelle à l’aide, se démenant pour rester à la surface. Enfin un bateau se fraye un chemin dans l’eau, tel un étalon, guidé par son sauveur. Ou du moins, quelqu’un qui s’apparente à un sauveur. Il est plus grand, plus âgé, terriblement beau. Il s’appelle David.

Son nom est prononcé tout au long du film par Alex, avec son accent très français, à la fois sous le coup d’un amour exaspéré et d’un désir latent. Nous savons dès le début du film que David est désormais mort, mais la raison pour laquelle Alex est interrogé n’est révélée que bien plus tard. Une histoire d’amitié et de premier amour raconté sous plusieurs points de vue temporels, dessinant en filigrane le paysage solaire et tragique de ce que veux dire être jeune, être queer et s’enticher de quelqu’un qu’on connait à peine, s’enticher à tel point que perdre cette personne vous mène à l’insanité.

S’emparer de cet arc narratif vibrant et massif nécessitait de jeunes acteurs français dont le naturel pourrait transpercer l’écran, même si aucun d’eux n’avaient expérimenté avec une telle histoire auparavant. Félix Lefebvre et Benjamin Voisin joue respectivement Alex et David. Dans le rôle d’Alex, Félix apporte une présence réconfortante, malléable, douce, impressionné par son compagnon, plus sage, plus dark aussi. Dans la vraie vie, en discutant avec eux au téléphone, on se rend compte que leurs personnalités se font le reflet de leurs personnages. Lorsque Félix répond au téléphone, il semble être docile et intelligent. Derrière la voix de Benjamin, on entend le brouhaha de Paris intramuros et on devine une personne plus énigmatique, dont le discours est ponctué des clics d’un briquet. Le fait que Benjamin, aussi cool et tranquille que son personnage, choisisse de ne pas avoir de compte Instagram (« Je préfère le mystère ») est la preuve de sa capacité à entrer dans la peau de David.

Summer of 85's Felix Lefebvre and Benjamin Voisin by Sam Hellmann​

Si Félix et Benjamin ont déjà joué au cinéma, ce film, non seulement où ils jouent les rôles principaux, mais qui est réalisé par une légende du cinéma français, est une expérience toute autre. Félix nous raconte « Je n’ai jamais rien fait de pareil, et je ne sais pas si j’aurai l’occasion de le refaire ».

Ils se sont tous les deux jeté les yeux fermés dans l’aventure. Comme premier rôle, Félix a d’abord auditionné seul, avant que le rôle ne soit obtenu par Benjamin en fonction de l’alchimie que le duo serait en mesure de créer. Aucune description du film n’accompagnait le processus de casting, tout ce qu’ils savaient c’est que François Ozon était aux manettes.

Dans le cas de Félix, c’est après avoir récité le monologue d’ouverture du film que son agent a pu lui apprendre la bonne nouvelle, que François Ozon voulait le rencontrer en personne. Félix nous raconte, « Au début, il ne m’a rien dit sur le fait que c’était une histoire d’amour entre deux garçons. Il parlait d’une amitié grande et importante, du parcours initiatique d’un jeune homme vers l’âge adulte, comment on trouve sa voie, ce genre de choses tu vois ? Et que Alex serait fasciné par David. »

Summer of 85's Felix Lefebvre by Sam Hellmann​

Quand ils sont rencontrés pour la première fois, peu de temps après que Félix ait été choisi, François a dit à Benjamin que son personnage dominant serait presque comme un scorpion, voyant ce garçon qu’il a péché comme une proie: « C’est un très bel animal, qui peut ne pas bouger pendant trois ou quatre heures d’affilée, mais qui peut également tuer » explique Benjamin. C’est la description parfaite du personnage de David de la manière dont la interprété Benjamin, volatile, prêt à tomber sur sa proie, son existence même pouvant causer la fin de celui qui l’aime.

François Ozon a ce talent pour choisir des sujets qui peuvent sembler premier degré au départ et d’y apporter un élément d’étrangeté et ainsi prendre à rebours les attentes du public. Il peut être un satiriste sexuel : en 2017 avec L’Amant double par exemple, qui était une exploration sauvage et érotique d’une femme qui tombe amoureuse de deux thérapeutes jumeaux. Mais il sait aussi comme le faire avec la retenue qu’impose ce genre de sujet. Si il a fait de Marine Vacth une star dans Jeune et Jolie avec son personnage d’adolescente travailleuse du sexe, il a aussi signé un biopic très fin en 2016 avec Frantz. Ici, il fait fusionner toutes ces idées : quelque chose de sensible et joyeux, un peu sombre mais pas tellement, on peut toujours y voir des bribes de légèreté. Été 85 ressemble en tous points aux premières amours, étourdissantes, pour s’apparenter à une série aussi exubérante qu’élevée, définitivement queer.

Mais ni Félix ni Benjamin n’étaient des spécialistes de la filmographie de François Ozon avant le tournage. Benjamin raconte : « Je ne savais pas qui il était avant de le rencontrer. J’ai eu le luxe de voir tous ses films lorsque nous étions sur le plateau. Le soir je me posais devant mon ordi pour voir l’un de ses films ». Il admirait la technique finalisée de François tous les soirs, et en découvrait les coulisses pendant la journée. Mais comme beaucoup de réalisateurs, il y a une différence entre la nature élaborée du produit finit et la réalité du tournage. Comme l’explique Benjamin, « On a jamais parlé de la signification des scènes avec François. On joue, et on voit ce qui se passe ! Pour moi, c’est la meilleure manière de faire. »

Summer of 85's Benjamin Voisin by Sam Hellmann​

Félix aussi avait confiance en la vision de François, mais il était surtout fasciné par le contexte dans lequel le film se déroulait : une petite ville sur la côté normande dans les années 1980. Souvent grâce aux goûts de sa propre mère, il s’est imprégné de cette culture avant de se rendre sur le plateau. « Je regardais les films que le personnage d’Alex aurait pu regarder, j’écoutais ce qu’auraient pu être ses chansons préférées. Quand j’écoutais ces chansons, je comprenais comment ils pouvaient danser de cette manière et ressentir les choses comme ils le ressentaient à l’époque ». The Cure, Phil Collins, Michael Jackson ou encore Bananarama constituaient ses playlists. « C’était drôle de voir une génération que je pensais connaitre, mais ce n’était pas le cas. Une génération tellement différente de ce qu’on est aujourd’hui, beaucoup plus colorée. »

Pour saisir la connection que les personnages partagent, Félix et Benjamin ont passé du temps ensemble à la recherche de manières dont leur propre relation pouvait coexister avec celle de leurs personnages. Dans le film, Alex entoure la taille de David alors qu’ils roulent en scooter pour aller d’un carnaval à la côte, se faufilant entre les voitures, à la recherche de sensations fortes. Benjamin raconte, « Tout comme dans le film, Félix n’a jamais eu de scooter, par contre j’en ai eu un et on a passé toutes les nuits ensemble avec de tourner ces scènes à rouler. Quand on s’est rencontré pour la première fois, on a ressenti la même chose. »

Et Félix de rajouter « Oui, c’est vraiment rare de trouver quelqu’un avec qui tu as une vraie relation. On croyait à tout ce que disait ou faisait l’autre, et ça rendait les choses plus faciles pour se glisser dans nos personnages. Et dans la réalité, on est devenu amis. On s’est vraiment amusés. »

Summer of 85's Felix Lefebvre and Benjamin Voisin by Sam Hellmann​

Le film, avec tout son esprit estival, et sa manière de célébrer le cinéma français, était censé être présenté à Cannes cette année, une première étape étincelante pour un film situé sur la côté normande. Hélas, la pandémie en a décidé autrement. Le film est déjà sorti ici en France et fait son chemin dans plusieurs festivals internationaux, de manière digitale. Benjamin a hâte de pouvoir vivre l’expérience festival à l’avenir (son prochain film Comédie humaine, avec Gerard Depardieu et Xavier Dolan, devrait lui permettre). Et Félix alors ? « Ça aurait été super parce que j’aime beaucoup ce film. Mais tu sais, les choses arrivent de la manière dont elles doivent arriver. Je ne vais pas pleurer sur ce qui ne s’est pas passé, mais je vais faire en sorte que ce qui doit arriver, arrive. Tu vois ce que je veux dire ? »

Bien sur qu’on comprend. Quand même, quel dommage qu’un film comme celui-ci sorte à un moment où on se sent forcément loin les uns des autres. Été 85 est un film féroce et fun sur l’amour. « C’est quelque chose qu’on a perdu pour le moment » nous dit Félix, un peu triste mais en espérant que le film nous remonte le moral, « les corps qui se touchent, l’amour qui nous entoure, peu de soucis à part précisément cet amour. » Et de le voir à l’écran dans Été 85 va complètement vous donner la chair de poule, la caméra descend sur les corps nus de deux jeunes hommes amoureux à la folie, leur laissant à peine la place pour respirer.

Cet article a été initialement publié par i-D UK.  

Summer of 85's Felix Lefebvre by Sam Hellmann​
Summer of 85's Benjamin Voisin by Sam Hellmann​
Summer of 85's Felix Lefebvre and Benjamin Voisin by Sam Hellmann​
Tagged:
Film
LGBTQ
Francois Ozon
Call Me By Your Name
Benjamin Voisin
Félix Lefebvre
été 85