Dede Mansro: « C’est mon rôle de mettre à mal les préjugés sur l’Afrique »

La mannequin revient sur les différences entre sa vie au Ghana et aux États-Unis.

par Dede Mansro
|
28 Septembre 2020, 11:21am

Cet article a initialement été publié dans le premier chapitre du numéro des quarante ans de i-D (1980-2020) : Up + Rising, qui a pour but de célébrer des voix noires extraordinaires.

i-D a rencontré plus de cent activistes et artistes, musiciens et écrivains, photographes et créatifs, à Atlanta, Baltimore, Minneapolis, Los Angeles, New York, Paris et Toronto.

« En grandissant et en vivant au Ghana, je n’avais aucune idée que le racisme existait toujours simplement parce que tout le monde est traité de manière juste et égale dans mon pays. Les violences policières sont rares. Les ado ou les adultes peuvent circuler sans la peur de se faire arrêter juste parce qu’ils portent un hoodie ou juste parce qu’ils sont eux-mêmes. Je pensais pouvoir ressentir cette liberté pour toujours, mais j’ai senti la différence quand je suis arrivée aux États-Unis.

En tant qu’immigrée, je pensais que les gens m’aimeraient et aimeraient d’où je viens parce que dans mon pays, on montre beaucoup d’amour pour les immigrants et les visiteurs en général. Et pourtant, j’ai bien été témoin de la connotation négative qu’on les Américains envers les immigrés et envers les Africains. Je souhaite changer ces perceptions, et intégrer une vision positive. Je pense que c’est mon rôle de mettre à mal les préjugés sur l’Afrique.

J’en ai donc fait ma mission personnelle de diffuser ma culture, et ce principalement à travers la musique africaine. Malgré le fait que les Américains méprisent les personnes qui ont un background similaire au mien, je porte les expériences et les opportunités que j’ai eu aux États-Unis au fond de mon coeur et je continuerai toujours à éduquer les autres pour qu’ils comprennent d’où je viens.

_MG_5484-Edit_ordersize.jpg
Dede porte un manteau et bottes Bottega Veneta. Chemise Jacob Cohen. Pantalon And Re Walker Archive pour Dover Street Market Collection.

Crédits


Photographe Justin French
Stylisme Edward Bowleg III

Cheveux Suhailah Wali avec les produits JASS par Janel Sealy Smith.
Maquillage Raisa Flowers avec Pat McGrath Labs.
Technicien digital Tim Hoffman.
Assistant Styliste DeVante Rollins.
Assistant Maquilleur Ashley Brignolle.
Production Casey Murphy.
Directeur de Casting Samuel Ellis Scheinman pour DMCASTING.
Assistant Casting Alexandra Antonova.

Tagged:
Magazine