Photographie Ian Weldon 

nouveau protégé de martin parr, ian weldon est le photographe de mariage le plus cool du monde

Les photographies de Ian Weldon ont vite attiré l’attention de Martin Parr. Il est le premier photographe de mariage britannique à faire l'objet d'une exposition dans une grande galerie.

par Ryan White
|
09 Juillet 2019, 10:35am

Photographie Ian Weldon 

Ian Weldon n'est pas un photographe de mariage stricto sensu. Disons qu'il n'est pas comme tous les autres. Ne vous attendez pas à découvrir des photos de familles proprettes, bien rangées en lignes dans un décor champêtre. Ne vous attendez pas non plus à découvrir les usuels clichés de bouquets en plein vol, suspendu au-dessus d'un groupe de demoiselles d'honneur rose bonbon. « Voilà un photographe qui documente les mariages tels qu'ils sont : c'est-à-dire des réunions de famille plutôt comiques, où d'alcool coule à flots et les gens se lâchent » ajoute Martin Parr, autorité suprême en matière de photographie documentaire ironique, capable d'immortaliser avec esprit les bizarreries et les particularités de la société britannique.

Martin Parr a découvert le travail d'Ian Weldon à Martin Parr alors qu'il donnait un cours de photographie à une salle remplie de photographes de mariage. Lors d'une visite à Newcastle - lieu de résidence d'Ian, Martin Parr s'est présenté au jeune photographe. Leur conversation a débouché sur une exposition à la fondation Martin Parr, accompagnée d'un livre. « Je pense que c'est la première fois qu'un photographe dit de "mariage" fait l'objet d'une d'une exposition dans une galerie "digne de ce nom" ,» ajoute Martin Parr.

I-Am-Not-a-Wedding-Photographer-by-Ian-Weldon

Ta série I am not a wedding photographer, fait référence à ta pratique de la photographie de mariage. Peux-tu nous expliquer pourquoi ton style diffère de la photographie de mariage classique?

La photographie de mariage est commerciale par définition. Elle répond à une norme déterminée par le marché et les tendances. Il y a aussi une lourde tradition, des choses que le couple attend du photographe. Les photographes de mariage tiennent un commerce, et voient chaque mariage comme une potentielle promotion pour leur prochain projet. S'ils sont cohérents dans leur travail, ils montrent qu'ils sont capables de créer des images conformes aux attentes et à la tradition. C'est comme ça que ça fonctionne. Malheureusement, ces photos-là n'ont pas vraiment de personnalité, ce n'est pas un format très créatif. Aujourd'hui, Il est devenu très facile de pratiquer la photographie avec beaucoup d'autonomie. Grâce aux appareils automatiques et aux sites à la mode, n'importe qui peut s'autoproclamer photographe de mariage et tout le monde peut y arriver en très peu de temps. Ce n'est pas nécessairement une mauvaise chose, mais ça ne m'intéresse pas vraiment.

Lorsque je me rends à un mariage, j'y vais sans idée préconçue. Je m'adapte à la situation et aux gens. De cette manière, j'ai l'impression de créer des images beaucoup plus intimes. J'ai une approche de photographe plus que de photographe de mariage.

Comment t'es-tu lancé ?

J'ai commencé à photographier des mariages pour me faire de l'argent et pouvoir monter de nouveaux projets à côté. Je ne savais pas vraiment ce que je faisais à l'époque et les mariages avaient très mauvaise réputation dans le monde de la photographie. J'en ai couvert quelques mariages de manière très classique : des portraits, des photographies de groupes à n'en plus finir, montrant des gens bien alignés – et je n'aimais pas beaucoup ça. À ce moment-là, je commençais à m'intéresser à l'histoire de la photographie, et je lisais beaucoup sur le sujet. Comprendre la photographie du point de vue de l'histoire de l'art m'a permis de porter un nouveau regard sur ce genre très ancré dans la tradition et l'esthétique populaire. Je pense aussi que c'est grâce à l'étude que j'ai réussi à affirmer ma personnalité esthétique. C'est devenu un défi de briser les conventions et de s'intéresser vraiment à la construction d'une image, les mariages sont donc devenus des projets à part entière.

I-Am-Not-a-Wedding-Photographer-by-Ian-Weldon

Qu'est-ce que tu penses de l'institution du mariage ?

Les traditions et les institutions ne m'intéressent pas. Ce ne sont pas les mariages en eux-mêmes qui m'intéressent, mais d'abord les gens, les contextes sociaux et ce que j'ai appris sur moi grâce à eux. Finalement, la puissance de la photographie me motive beaucoup. C'est impressionnant de voir comment elle affecte la perception que j'ai de notre époque et la façon dont les générations futures appréhenderont cette époque. Ces photos sont comme des capsules temporelles, et si je parviens à capturer l'émotion d'une journée aussi importante, je crée une image inestimable pour les mariés.

Est-ce que ton opinion a beaucoup changé depuis que tu as commencé à photographier ces couples ?

Pas vraiment. Quand j'ai commencé je prenais en photo tous ceux qui étaient prêts à me payer. Mon approche était assez traditionnelle, et c'est ce qu'on attendait de moi. J'avais l'impression que la plupart de ces personnes se mariaient parce que c'était ce qu'on attendait d'eux. Simplement parce que tout le monde le faisait... C'est en tout cas ce que je ressentais. Je suis maintenant plus sincère dans mon approche et les couples qui font appel à mes services sont sur la même longueur d'onde. La plupart des gens trouvent les journées de mariage presque ridicules et j'ai l'impression qu'ils n'apprécient à sa juste valeur pas toute la parade qui entoure l'évènement. Mais leur relation paraît authentique, et qui suis-je pour en juger ? En tout cas, j'aime penser que je propose une vraie alternative à ce qui est à la mode.

I-Am-Not-a-Wedding-Photographer-by-Ian-Weldon

Ton travail souligne l'absurdité et le chaos des journées de mariage. Prends-tu du plaisir à participer à ce chaos ?

De manière générale, la vie est absurde et très chaotique. Les mariages amplifient cet aspect puisqu'ils forcent tout un groupe à passer du temps ensemble, imposent à tous de s'amuser et de faire bonne impression. En fait, c'est l'effervescence que j'aime bien. Ça donne de belles images.

Quelle est la situation la plus ridicule que tu aies vécue ?

Même l'invité le plus ivre arrive à se tenir devant moi. Il y a les disputes classiques et d'autres incidents - une fois, le gâteau est tombé de la table, une autre fois, une voiture a eu accident et a causé une inondation - mais rien de vraiment choquant. Ça ne reste q'une fête, et j'aime plutôt bien les fêtes.

Selon toi, que recherchent les gens lorsqu'ils font appel à toi pour photographier leur mariage ?

Tous les couples avec lesquels je travaille me disent qu'ils ne cherchent pas spécifiquement à avoir un photographe de mariage à leur réception, donc je sais qu'ils cherchent quelque chose de différent. Ils s'intéressent presque tous à la photographie, ou à l'art, et comprennent l'importance de la vraie photographie. Ce que je fais n'est pas du goût de tous et je ne m'attends pas à ce que tout le monde comprenne. La plupart des gens s'en moquent et veulent juste de belles photos pour le jour de leur mariage. Très souvent, c'est la seule fois où ils sont amenés à faire appel à un photographe.

I-Am-Not-a-Wedding-Photographer-by-Ian-Weldon

Est-ce que tu penses que chaque mariage est unique ou as-tu l'impression qu'ils se ressemblent tous ?

Le lieu n'a pas vraiment d'importance - que ce soit dans un jardin à Durham ou dans un manoir à Los Angeles - ils sont tous rythmés de la même manière : d'abord la préparation, ensuite la cérémonie, le dîner, le discours, le gâteau et la première danse. Même s'il y a parfois une légère variation. Ce sont les personnes qui les rendent uniques. Les goûts et la personnalité des couples sont tout de même très importants pendant la soirée et leurs relations avec leurs amis et familles créent l'atmosphère. Il y a tout un imaginaire qui se déploie, c'est impossible de réduire tous ces mariages à un seul et même modèle.

Quelles sont selon toi les qualités et caractéristiques qui définissent une bonne photo de mariages ?

Dans une société et une époque où les gens vivent beaucoup à travers les réseaux sociaux, je trouve ça très rafraîchissant qu'on me laisse totalement libre. Ça demande aux mariés de prendre pas mal de distance. Et j'espère que cet esprit va persister car je trouve que les mariages ne sont pas bien documentés de nos jours.

I-Am-Not-a-Wedding-Photographer-by-Ian-Weldon

Qu'est-ce que tu préfères dans ton travail ?

Même si j'aime beaucoup aux mariages, la photographie est plus importante. C'est excitant de voir l'émotion et les sentiments se révéler dans le résultat final, c'est aussi un immense plaisir de donner les images aux couples pour lesquels je travaille. S'ils arrivent à ressentir l'atmosphère de cette journée si spéciale pour eux en découvrant les photos, alors j'ai bien fait mon travail.

Y a-t-il une image que tu affectionnes tout particulièrement ?

Deux images sortent vraiment du lot. D'abord celle où l'on aperçoit une demoiselle d'honneur qui fait la grimace pendant qu'on repasse sa robe; j'aime surtout l'irrévérence de son attitude, le côté inattendu de cette photographie dans une série de mariage.

J'aime aussi beaucoup celle de la mariée avec le couple qui s'embrasse derrière elle (qui s'embrasse vraiment, vraiment). Cette image vient rappeler que le mariage n'est pas seulement une fête pour le couple marié.

Le plus amusant, c'est que ces photographies ont été prises pendant le même mariage. Je pense que c'est le moment où ma vision de la photographie de mariage a changé et que j'ai commencé à réellement y trouver un intérêt. C'est à partir de là que j'ai voulu constituer une oeuvre. Je crois que c'est le jour où je suis vraiment devenu photographe.

I-Am-Not-a-Wedding-Photographer-by-Ian-Weldon

L'exposition I Am Not A Wedding Photographer, par Ian Weldon est à découvrir du 26 juin au 10 Août 2019 à la Fondation Martin Parr. Le livre de l'exposition est co-édité par la Fondation Martin Parr et RRB PhotoBooks .

Crédits


Photographie Ian Weldon

Tagged:
Culture
martin parr
ian weldon
i am not a wedding photographer