le guide i-D de l'euro 2016 à paris

​Paris est magique.

|
juin 23 2016, 5:05pm

Dans chaque rue, chaque bar, chaque appartement, la ville vibre au rythme des passements de jambes des 24 nations venues tenter leur chance. Plus qu'une compétition, l'Euro est un mode de vie, qui s'est, en un rien de temps, intégré à nos habitudes, avouons-le, très françaises. i-D vous offre son guide pour ne jamais se renier et communier en toute simplicité.

Palais de Tokyo « Le Palais de Tokyo, devenu Palais of Speed sous l'égide d'une virgule qui ne se présente plus. Le temple d'une jeunesse qui vit au fil des coutures de son ballon, à la pointe de ses crampons. L'espoir d'un avenir fou, européen, mondial et foot. D'une vie de sport que l'âge n'attend pas. Courez, les gars ! »

Fontaine « Parce qu'on gravite tous d'une manière ou d'une autre autour de cet objet. Qu'on s'arrêtera tous de respirer si la France est en finale et qu'on rira en communion quand le front rougi d'un supporter anglais viendra se planter dans le dur de ce ballon géant. »

Coiffure « Feindre un rendez-vous chez le coiffeur pour se mater le match de 18 heures tranquille, c'est bas. Donner à votre sculpteur capillaire l'occasion de trouver l'inspiration dans les coupes de cheveux toujours plus gracieuses de nos dribbleurs professionnels, c'est risqué. Partager sa 4G, c'est beau. »

Devanture €uro « Bon filon. Certifié sans franc et sans hooligan russe à protège-dents. Ouvre au premier coup de sifflet - ferme au dernier éclat de joie. »

Drapeau « Fiers et tendres, nos espoirs. »

Fan zone « La tour Eiffel a sorti un gros ballon de son entrejambe, histoire d'indiquer le chemin de la fan-zone. Pas sûr que les vendeurs à la sauvette aient eu le temps de l'adapter sur leurs miniatures. Pour ce qui est du chemin : suivez le houblon et les Irlandais sympas (ça va souvent de pair), et oubliez les mantras politiciens sur le manque de sécurité de ces zones ouvertes. On est tous ensemble. »

Kebab « La troisième mi-temps se joue dans vos entrailles. Pas celles du supporter fidèle et farouche, mais celles, digestives, du bouffeur tombé pour la Samouraï, extension diététique officielle du tournoi. Postillonner salade, tomates et oignons sur un carton rouge un peu facile ou un joueur un peu fragile, c'est aussi ça l'expérience Euro 2016 à la française. »

Lustre « Pour ceux qui rêvent de palmiers en été et de lustres en hiver. D'un plafond à percer et d'un avenir à inventer. D'un but à jamais ravaler et d'un ballon en or illuminé. Le terrain le jour et le faste la nuit. Le foot ou rien. »

Café « La morale : entouré de ses proches et/ou de l'être aimé, celui qui sait ses réactions déraisonnées, ses gestes un peu amples et son verbe trop haut devra savoir se contrôler pendant le match de son équipe préférée. Sinon, c'est un coup à finir dans le café du coin, sans télé - l'espoir s'échappant aussi vite que la batterie de smartphone. »

Credits


Texte : Antoine Mbemba 
Photographie : Yann Stofer avec Loan Calmon