kim gordon, natasha lyonne et laura harrier dans le film de campagne surréel de kenzo

La créatrice de Portlandia, Carrie Brownstein signe pour la maison un mini-film de campagne à la fois drôle et anxiogène.

|
13 septembre 2016, 3:40pm

Bon, il n'y a pas grand-chose de futuriste dans le fait d'apprendre que toute votre vie numérique (vos commentaires, vos recherches Google, vos publications Facebook, Instagram, Twitter…) est stockée quelque part, dans cette masse effrayante d'immatérialité qu'on appelle le Cloud. Rassurant, non ? George Orwell n'a qu'à bien se tenir. Mais tant qu'à être fiché, du premier « lol » au dernier like, autant y trouver son avantage. Et s'il existait un organisme (un peu flou) vous permettant d'exaucer vos vœux énoncés sur Internet ? Si, par exemple, après avoir commenté « Marry me » sous une gracieuse photo de votre star préférée, vous vous marriez vraiment avec, quelques jours plus tard ?

Génial ? Pas si sûr. C'est dans ce contexte que se joue le nouveau film de la campagne automne-hiver 2016 de Humberto Leon & Carol Lim pour Kenzo. Réalisé par Carrie Brownstein, The Realest Real nous plonge dans un 21ème siècle régit par le fanatisme, la contemplation, la tentation et le désespoir numérique ; quand le virtuel se confond avec le réel. Dans une atmosphère anxiogène, on suit avec humour le parcours de l'actrice et mannequin Laura Harrier, qui croise le chemin de son vendeur de rêves (Mahershala Ali, récurrent d'House of Cards) et de son idole de toujours Natasha Lyonne (Orange is The New Black), dans son propre rôle. On vous laisse découvrir la suite.

Quant à la teneur de cette réalité alternative, on hésite encore entre utopie et dystopie. Mais on est assuré du bon goût vestimentaire de ses protagonistes.

Credits


Texte Antoine Mbemba