ce qu'il faut retenir du travail d'anthony vaccarello

À quelques semaines de son premier défilé pour Saint Laurent, le créateur annonce la suspension de sa marque lancée en 2008. L'occasion pour i-D de revenir sur les meilleurs moments de sa (jeune) carrière et de se mettre en bouche.

|
31 août 2016, 11:35am

Personne n'a été très surpris quand Anthony Vaccarello a été nommé à la tête de la direction artistique de Saint Laurent. 34 ans, un parcours parfait. La Cambre, puis le Festival d'Hyères en 2006, un passage chez Fendi avec Karl Lagerfeld, sa marque en 2011, l'ANDAM dans la foulée : Anthony Vaccarello n'a pas trainé. Fidèle à ses silhouettes sculpturales et son amour de la pop culture 90's, il a participé de la réconciliation de la mode - pour sa marque mais aussi chez Versus - avec le mot "waouh". Des jambes infinies qui s'envolent par-dessus les hanches, des filles belles belles belles à tomber par terre, des robes, des talons, du cuir, des fentes, des drapés en veux-tu en voilà, Anthony Vaccarello a ressuscité le glamour, sans jamais tomber dans la nostalgie. Mieux, il a réussi à rendre le glam à nouveau cool. Un exploit dans notre époque impitoyable. Evidemment, on a hâte de voir ce qu'il va faire chez Saint Laurent. Avec le maitre de la couture française il partage le même amour incandescent des femmes et du présent. Notre présent cette fois-ci. 

Freja Beha Erichsen et Anthony Vaccarello collaborent pour la première fois - avant cette campagne shootée par Inez et Vinoodh, stylée par le directeur de la mode d'i-D Alastair McKimm dans les rues de Manhattan - la top et le créateur n'avaient pas travaillé ensemble. Une première réussie. 

Automne-hiver 2015 : Anthony Vaccarello vient d'annoncer son entrée chez Versus Versace. Son esthétique s'affine et s'assume : toujours aussi sexy, mais cette fois se pare d'un discours plus méta sur la mode et les totems du créateur. Sans doute sa collection la plus réussie, ici shootée par Amy Troost et stylée par Alastair McKimm pour le numéro Fall 2015 d'i-D. 

La campagne de la collection, aussi signée Inez et Vinoodh et Alastair McKimm, met en scène une Amber Valleta assez androgyne. Mais bon, on reste chez Vaccarello, le sexy n'est jamais très loin.

Anthony Vaccarello est à la tête de Versus Versace, le bébé de Donatella dont elle s'occupe depuis l'ère de Gianni. Rarement Versus a été aussi proche de son essence (la créatrice italienne avait déjà collaboré avec J.W Anderson ou Christopher Kane). Normal quand on connaît la fascination du créateur belge pour la maison de la méduse, en bon enfant des 90's. Ici, dans les pages d'i-D, shooté par Collier Schorr et Alastair McKimm. 

Pour sa première collection pour Versus présentée à New-York, Vaccarello convie son gang (Anja en tête) et ressuscite Versus avec brio. Ici, une image backstage signée Harry Carr pour i-D.

LA robe fendue qui a rendu célèbre le créateur, surtout à Hollywood où les red-carpets raffolent d'effets spéciaux en tout genre. Ici, portée par Gwyneth Paltrow dans le Haper's Bazaar, shooté par Terry Richardson. 

Pour son premier vrai défilé parisien en 2012, Anthony Vaccarello solidifie ses fondations : un casting à tomber par terre, des filles sublimes, Anja et, bien évidemment, le décolleté de hanche dont on entendra parler pendant encore quelque temps. Le créateur belge d'origine italienne entame la résurrection des déesses de son enfance. La mode recommence à dire "waouh".