est-ce que snapchat viole vos droits fondamentaux ?

Finalement, la couronne de fleurs n'est peut-être pas l'aspect le plus controversé de l'application.

par Wendy Syfret
|
25 Octobre 2016, 10:30am

Pour la plupart d'entre nous, l'utilisation régulière de Snapchat soulève une tonne de questionnements. À qui j'envoie mon snap ? Est-ce que je fais une légende ? Mais comment ils font pour rétrécir mon nez à ce point ? Et quel filtre dois-je choisir ?

La question que l'on ne se pose pas assez, par contre, c'est de savoir si cet acte d'apparence sans importance constitue une violation de nos droits. Amnesty International aimerait bien que l'on considère un peu plus cet aspect-là des choses. Dans un récent rapport, l'organisation a critiqué Snapchat et Skype pour l'état de sécurité de leurs applications, qui ne s'encombrent pas d'une protection de la vie privée des utilisateurs. En ne prenant aucune mesure dans ce sens, et en compromettant les informations privées de leurs utilisateurs, Snapchat et Skype menaceraient les droits de l'Homme.

Dans ce même rapport, Sherif Elsayed-Ali, à la tête de la section Technologie et Droits humains d'Amnesty Internatinal, rappelle que ces services de messagerie « privés » sont « sous la menace constante des cybercriminels et de l'espionnage étatique. » Et, au vu de l'audience qui gravite sur ces applications, les jeunes sont particulièrement en danger.

Amnesty International recommande à toutes les entreprises de la sorte de souscrire, au minimum, à un chiffrement de bout en bout pour protéger les infos des utilisateurs. Une technique qui permet « de brouiller les données pour que seuls l'émetteur et le destinataire puissent les voir. »

Et si tout ça vous panique un peu, allez jeter un œil à la liste dressée par l'organisation des applications qui répondent à ces conditions. En font partie Apple iMessage, WhatsApp, Facetime, Line, Google Duo et Viber. Donc, la prochaine fois que vous envoyez un selfie, ou une sélection bien pensée de vos secrets les moins avouables, demandez-vous si ces filtres (même le chien) valent bien le coup. 

Credits


Texte Wendy Syfret
Image via Instagram

Tagged:
Amnesty International
snapchat
Technologie
droits de l'homme
vie privée