il paraît que répondre aux textos est un truc de vieux

Selon une étude récente, 80% des personnes nées après 1981 se sont déjà fait snober par texto.

par Hannah Ongley
|
31 Mars 2016, 8:50am

"Si DJ Khaled peut mettre à jour sa story snapchat de nuit, perdu en pleine mer, sur un jet ski en panne, je pense que tu peux répondre à mon texto." Ce tweet posté en décembre a été partagé et reformulé des milliers de fois. Il fait référence à une vidéo hilarante postée sur Youtube le même mois, cumulant aujourd'hui plus de 1 600 000 vues et se suffisant à elle-même. Mais la partie "tu peux répondre à mon texto" du tweet fait aussi écho au comportement d'une génération qui a tendance - selon certaines études - à ne jamais répondre aux textos. 

Récemment, le site de rencontre Plenty of Fish a interrogé 800 Américains et Canadiens âgés de 18 à 33 ans sur leurs habitudes et leur manière d'envoyer et de répondre (ou pas) aux textos. Résultat : 80% des millenials ont vécu (subi ?) la triste expérience d'être ignorés par texto, messages Facebook ou Instagram. L'explication de ce phénomène - dénommé le "ghosting" - est simple : il s'agit de faire le mort par texto. Parce qu'en réalité, dire à quelqu'un qu'on ne veut plus le voir, c'est plus compliqué. Et puis si l'on en croit ce site de rencontre, un silence radio post-texto traduit aussi l'espoir qu'il y a mieux à voir et à qui répondre ailleurs. Un utilisateur anonyme explique :

"Il y a la peur de rater la personne qui vient après. Comme c'est facile de passer d'une personne à l'autre on se dit que tout ce qui peut venir après peut être mieux, alors c'est plus facile de se désengager. C'est peut-être méchant, mais c'est comme du dating ; le texto n'est pas une vraie relation."

Cette peur de passer à côté d'une opportunité plus alléchante semble confortée par les 15% des sondés admettant avoir déjà planifié plusieurs rencontres sur une seule et même soirée. Et si l'étude se concentre principalement sur la pratique du "ghosting" dans le cadre des relations amoureuses, le phénomène s'applique également aux rapports amicaux. Si ne pas répondre aux textos d'un potentiel date est largement considéré comme une forme implicite de désengagement, le faire à un ami ne signifie pas pour autant vouloir couper les ponts. Un silence frustrant pour l'expéditeur du texto à qui l'on impose un silence. Mais si le message est important (je veux dire VRAIMENT important), ledit expéditeur vous le fera savoir. Sinon, il existe plusieurs façons pour lui de réagir à un texto sans suite. Il peut s'acharner ou vous faire culpabiliser. Dans le second cas, il s'agit souvent d'une réaction empreinte d'irritation qui intervient après que l'expéditeur se soit rendu compte de votre suractivité au même moment sur Twitter ou Facebook. Dans ce genre de cas, le ton employé est généralement grinçant. 

Le site explique également le "ghosting" par le fait que de plus en plus de rencontres se font en ligne, sans passer pas la case amis ou famille. On risque donc moins de croiser la personne à qui l'on ne répond pas depuis une semaine si elle ne navigue pas dans les mêmes cercles d'amis que nous.

Kate MacLean experte dating à Plenty of Fish explique : "Il y a 10 ou 15 ans, les gens que nous rencontrions faisaient partie de nos cercles sociaux, ils nous étaient introduits par notre famille ou nos amis. Les sites de rencontres ont élargi les possibilités en nous rapprochant de partenaires potentiels que nous ne rencontrerions jamais autrement. Ce grand nombre de personne qu'il nous est alors possible de rencontrer, le fait de pouvoir se cacher derrière un ordinateur et la faible chance de croiser une personne avec qui l'on a "rompu", sont autant d'éléments qui facilitent la montée de cette tendance du "ghosting" chez les jeunes générations."

Bon, il faut quand même préciser que le "ghosting" n'est pas un phénomène si nouveau - c'est juste un mot qui claque pour définir une technique que nos parents utilisaient sans doute bien avant la naissance du portable. Finalement, on n'est pas si mal lotis : aujourd'hui, briser le début d'une relation (même poliment) peut se faire par un simple silence numérique. C'est toujours mieux que de rompre dans une cabine téléphonique au milieu de nulle part en plein décembre. 

Credits


Texte Hannah Ongley
Photographie de The Street Issue
Fashion Direction Charlotte Stockdale

Tagged:
étude
texto
ghosting
plenty of fish
société