Courtesy of Alex Brunet & Olga Varova

Evan Mock : du skateboard aux défilés

C’est entre deux avions qu'Evan Mock pose ses valises à Paris pour répondre à nos questions, sur son nouveau rythme de vie et ses inspirations, juste avant l’ouverture du RVCA festival et de la présentation de leur collaboration.

par thomas Busuttil
|
24 Septembre 2021, 7:40am

Courtesy of Alex Brunet & Olga Varova

Du Met Gala de New York au festival RVCA, juste avant la fashion week, la vie te balance clairement entre les grands évènements publics. À quoi ressemble ta vie entre les deux ?

Evan Mock : Il est difficile de trouver du temps pour soi quand il se passe tant de choses autour de moi, mais en même temps c’est ce que j’ai demandé. Je pense que la partie la plus difficile dans tout cela est de faire preuve de diligence tout en étant persistant et en gardant un côté amusant… et aimer ce que vous faites aussi, ce qui est le cas pour moi. Parfois, cela devient écrasant.. En fait, assez souvent. Mais je l’ai cherché ! C’est sympa d’aller dans de nouveaux endroits; j’ai déjà été à Paris, mais de manière globale ça m’a fait découvrir de nombreuses villes. Quoi que je fasse, skater, faire du mannequinat ou le métier d’acteur, cela m’a permis de découvrir de nouveaux endroits et j’ai rencontré des gens incroyables, toutes ces raisons qui me poussent à continuer d’enchaîner ces différents projets !

000023410001.jpg
​Courtesy of Alex Brunet & Olga Varova

Tu as intensifié les tournages cette année, est-ce que cette nouvelle facette fait partie de ta vie maintenant ? Es-tu capable de passer du skate au jeu d’acteur le même jour ?

EV: Pour le rôle que je joue maintenant dans la série, ce n’est pas très éloigné de ce que je fais au quotidien. Le scénariste Joshua Safran a en quelque sorte écrit le rôle pour moi, en s’inspirant de qui je suis. Même si parfois j’ai l’impression qu’il est plus difficile d’agir en étant soi-même devant la caméra que d’agir comme quelqu’un d’autre. Mais ce n’est pas trop différent de ce que je fais maintenant. Pour d’autres projets, en effet, c’est dur de se séparer de qui on est. En fin de compte, le skate est si naturel pour moi que je ne pense pas avoir besoin de mettre dans une état d’esprit particulier. C’est tellement ancré dans une partie de ma vie qu’il n’y a pas besoin de beaucoup de préparation mentale pour le faire.

000023410015.jpg
​Courtesy of Alex Brunet & Olga Varova

Y a-t-il un point commun entre se concentrer pour réussir un trick en skate et entrer dans ton rôle d’acteur, juste avant de commencer à tourner ?

Les deux sont centrés sur la préparation. Beaucoup de temps et d’efforts y sont demandés et si vous êtes préparés à y mettre du temps et de l’effort, alors vous avez déjà fait une grosse partie du travail. Donc, les deux sont vraiment similaires à mon avis.

Y a il une chose que tu aimes dans le monde de la mode et qui, selon toi,  manque au skateboard? Ou une chose que tu aimes dans le skateboard, et dont la mode devrait ou pourrait s’inspirer?

C’est une question compliquée, car il m’est difficile de différencier les deux, ils ont beaucoup de choses en commun. La mode est une question de sentiment et d’inspiration, tout comme le skateboard. Si tu le sens bien, tu es inspiré. Parfois tu regardes des vidéos de skate et cela t’inspire ou te pousse à chercher à t’éloigner de ce que tu vois, selon ton feeling, vois ce qui t’inspires pour créer le look que tu veux pour ta part. C’est le même processus pour créer ce à quoi tu veux que ta prochaine collection ressemble. Je pense qu'il y a plus de similitudes que de différences. Ces deux mondes font tous les deux tellement partie de ma vie, je ne suis pas sûr qu’il ne manque quoi que ce soit, ni dans l’un ni dans l’autre. Disons que parfois la mode peut manquer de fun, car c’est toujours si sérieux ou ça a tendance à l’être. Et le skate est toujours aussi (pause) libre…. La vie de skateur et le style de vie de directeur créatif d’une marque de vêtements sont probablement assez différents. En termes d’horaire, les skateurs n’ont pas trop de structure arrêtée dans leur vie, ce qui est incroyable. Je pense que les deux peuvent toujours s’inspirer par certains points, l’un de l’autre.

000023410035.jpg
​Courtesy of Alex Brunet & Olga Varova

Et pour cette collection que vous avez conçue avec RVCA, quelqu’un ou quelque chose de particulier à été source d’inspiration ?

Il s’agit de la deuxième collection sur trois. J’ai conçue les trois pendant le confinement à NYC, alors que tout était fermé à cause de la COVID-19. En mars 2020, j’avais besoin de d’occupations pour aider à faire pour passer le temps, rester inspiré et motivé. Cette collection était donc un exutoire pour rester motivé. Je suis vraiment content de tout ce qu’il en est sorti. Il n’y a pas beaucoup de projets sur lesquels vous travaillez et dont vous êtes satisfait à 100%, mais celui-ci s’avère être l’un d’entre eux. Cela a fonctionné, je voulais mettre en avant ma famille qui y avait joué un rôle important dans la création de cette collection. Hawaï est évidemment l’inspiration majeure et si vous la regardez bien, il ne faut pas trop de temps pour s’en rendre compte. Mon père a fabriqué l’aileron de surf, mon beau-frère et ma sœur possèdent une entreprise de serviettes, Slow Tide, alors ils se sont occupés de la serviette de plage. Avec le short, la serviette, la chemise et l’aileron, j’ai essayé de créer toute une expérience, liée à qui je suis. J'espère que les gens vont aller à la plage avec et réellement le ressentir.

Après avoir rencontré le succès sur de nombreux sujets différents: le skateboard, le mannequinat, le jeu d’acteur.. et maintenant la création d’une collection, y a-t-il un conseil que tu aimerais partager afin d’en inspirer d’autres à poursuivre autant de projets ?

Je pense que, pour être bref et simple, ne vous fermez pas de portes. Ne refusez jamais quelque chose simplement parce que ce n’est pas vous.  Récemment,  j’ai pu aller à un match de tennis, et j’étais tellement inspiré par la manière dont ils jouent, de manières si stratégique, frappant la balle avec intention… Il y a de l’inspiration à puiser n’importe où! Donc oui, ne fermez pas de portes, gardez votre esprit ouvert pour des projets et des choses qui ne vous ressemblent pas exactement au premier abord.

000023420013.jpg
​Courtesy of Alex Brunet & Olga Varova

Dans lequel, de tous ces univers visités, souhaites-tu poursuivre ton prochain projet ?

Dans celui qui viendra naturellement ! Je force rien, je laisse les choses arriver. Tout arrive pour une raison, le timing fait tout. Ne pas stresser ne signifie pas que vous ne travaillez pas dur pour cela, cela signifie simplement que si cela vous convient, faites-le et si ce n’est pas le cas, ne le faites pas.

Continues-tu de filmer pour des projets skate en ce moment ?

Depuis que nous avons terminé la prochaine saison de Gossip Girl, j’ai eu beaucoup plus de temps libre pour sortir dans la rue et filmer. Parce que lorsque je tourne pour la série, je n’ai pas autant de temps libre que ce que j’aimerais avoir. Nous avons définitivement une petite quantité de clips, dont je suis content, stockés depuis quelques temps, pour une prochaine part très probablement.

Le skate a-il toujours une place importante dans ta vie ou as-tu trouvé une nouvelle façon de le faire coexister avec tes autres occupations et carrière ?

En fait, je peux m’asseoir et me plaindre de mon manque de temps libre pour faire du skateboard, mais c’est moi qui ai décidé d’avoir cette vie et elle m’a permis de mettre mes parents à l’abri du besoin, c’était une des bonne façon de pouvoir partager ce que je faisais avec eux.. J’ai le temps de faire des choses, juste dans l’intervalle, entre les différentes obligations. La gestion du temps est essentielle, il y a un temps et un rang de priorité pour chaque projet, passe-temps, soirées…

000023400026.jpg
​Courtesy of Alex Brunet & Olga Varova

Est-ce-que tu considères encore le skateboard comme un échappatoire, maintenant que toutes tes autres jobs deviennent de plus en plus chronophages ?

J’ai envie de dire, ce n’est clairement pas là où se trouve l’argent. C’est d’ailleurs bien plus que gagner de l’argent quand tu fais quelque chose que tu aimes. Je ne considérerais pas le skate comme un passe-temps, car c’est aussi une carrière et faire cette interview est l’un de ses nombreux aspects. C’est une chose à vie et le garder amusant est essentiel pour moi. Quand on a la chance de pouvoir se le permettre, qui voudrait faire quelque chose dans sa vie, qu’il n’a pas vraiment envie de faire ?

Tagged:
NYC
Skate
evan mock