Rencontrez Florentina Leitner, la gagnante dans la catégorie womenswear lors du premier Global Design Graduate Show

Les juges ont été conquis par la collection de Florentina, inspirée par le film Vertigo d’Alfred Hitchcock.

par Tom George; traduit par Haydée Touitou
|
28 Octobre 2020, 4:00pm

Dans le thriller d’Alfred Hitchcock Vertigo (1958), le personnage principal tombe dans une sorte de rêve sombre et menaçant dans l’une des scènes du film, devenue culte. On entend un air qui ne présage rien de bon alors que son acrophobie, un phobie intense liée aux vertiges, et son engouement pour la femme de son ami s’entremêlent dans un cauchemar, terriblement beau, où des pétales de fleurs tombent du plafond et l’enveloppent avant qu’il ne tombe du ciel vers le néant. Cette scène extrêmement graphique est devenue l’inspiration de la collection de fin d’études de Florentina Leitner qui, à vingt-quatre ans, remporte le prix womenswear de la catégorie mode du Global Design Graduate Show online de i-D et ARTSTHREAD, présenté avec le soutien de la grande maison de mode Gucci.

pjimage-5.jpg

Sa collection, Midnight Vertigo, s’inspire de ce sentiment hypnotique et étourdissant que l’on ressent si on est proie aux vertiges, ce même sentiment qui a intéressé Alfred Hitchcock et d’autres artistes comme Louise Bourgeois. Florentina raconte à i-D : « J’avais l’impression d’être dans un cauchemar vers le fin de ma dernière année. Toutes ces nouvelles, tous ces évènements semblaient si irréels et effrayants, mais dans ces moments si sombres, on peut parfois avoir la chance de trouver de la beauté. Je voulais capturer cette beauté dans ma collection et faire quelque chose de très personnel. »

Picture 1.jpg

Dans sa collection, les vêtements trompent l’oeil avec leurs couleurs fortes, des motifs en spirale et autres dessins de fleurs tordues. En voulant imiter la manière dont Hitchcock exprime cette peur du vide à travers une imagerie plutôt douce et des couleurs vives, la collection propose un manteau géant et fluffy qui n’est pas sans rappeler Alice au Pays des Merveilles avec un motif en tourbillon rose et noir, des trenchs géométriques avec des détails d’ondulations, ou encore des robes longues avec des fleurs qui explosent en dessous d’un dessin assez strict de damier. Beaucoup des vêtements sont portés avec des collants aux motifs hypnotisants et intriqués, des chaussures à talons qui ressemblent à des sculptures et des lunettes de soleil qui ont été liquéfiées puis moulées en hommage à l’incroyable icône du XXème siècle Peggy Guggenheim.

pjimage.jpg

Florentina a toujours voulu travailler dans les industries créatives, et à l’âge de quatorze ans, elle a commencé à étudier à l’institut de la mode de Hetzendorf à Vienne, se spécialisant dans la maille, avant de déménager à Anvers pour obtenir son diplôme à l’Académie Royale des Beaux-Arts. Pour sa collection de fin d’études à l’Académie, Florentina voulait s’assurer que sa proposition soit vraiment personnelle : « Puisque c’était ma dernière collection en tant qu’étudiante, je voulais m’assurer que c’était moi à 100%, je ne voulais pas trop penser à des clients potentiels que je chercherai à attirer ou les façons dont je devrais rendre les vêtements commerciaux pour le marché ».

b7b5f082ab24b8ce28334ded81d66217.png

C’était important pour Florentina de faire en sorte que la collection soit durable à travers une démarche d’upclycing (transformer de vieux vêtements en nouvelles créations) et utiliser du dead-stock de tissus. « J’ai utilisé beaucoup de vieux vêtements trouvés dans des boutiques vintage, en les découpant directement ou en utilisant certains détails comme des fermetures éclair ou des boutons. En tant qu’étudiante en mode au sein de cette pandémie, on doit commencer à être créatif avec des matériaux trouvés ».

Picture 2.jpg

« Le coronavirus a annulé beaucoup de choses cette année, et des opportunités comme celle-ci nous touchent beaucoup avec d’autres jeunes créatifs qui essaient de débuter dans cette industrie » nous explique Florentina au sujet de son prix, et de ce que ça lui faisait de voir son travail montré de cette manière sur la scène internationale. Depuis son diplôme, Florentina a commencé à travailler au sein du studio du très respecté Dries van Noten, mais elle rêve toujours de créer sa propre marque à l’avenir.

Vous pouvez voir toutes les propositions incroyables du Global Design Graduate Show de cette année ici.

763b3bcb7981bb98e224b888f17369f6.png