Photography Sarah van Rij

Ces photos vous transporteront vers des jours plus ensoleillés au bord de la piscine ou de la mer.

La photographe néerlandaise Sarah van Rij joue avec son intuition pour transformer des scènes du quotidien ou de plages ensoleillées en de véritables moments cinématographiques.

par Rolien Zonneveld
|
04 Avril 2020, 7:00am

Photography Sarah van Rij

Un couple d'adolescents est réuni autour d'une piscine baignée par le soleil méditerranéen - leurs corps projettent des silhouettes d'encre contre des tuiles ocres et chaudes. On les observe à travers les marches menant à la piscine ; l'un des garçons est sur le point de se jeter dans l'eau quasi turquoise. Dans une autre photo, deux personnes se croisent sur la plage, alors que la mer se brise derrière elles. La photo est si minutieusement synchronisée que l'on a presque l'impression que les deux s'embrassent.

Ce sont deux des nombreux exemples de travaux que Sarah van Rij a compilés au cours des deux dernières années, inspirés de la street photography. Cette jeune femme de 29 ans n'a pas toujours été photographe professionnelle, mais ce qui a commencé comme un hobby est devenu récemment une pratique à part entière. Elle n'a jamais étudié la photographie de manière formelle, mais elle a toujours suivi sa propre intuition lors qu'il s'agit d'imaginer des prises de vue. Cette non-méthode s'est transformée en un style précis et bien défini qui utilise des couleurs primaires saturées et une façon intelligente de jouer avec la profondeur de champ. Avec un sens aigu de la composition, elle capture avec talent ces moments fugaces qui peuvent faire sortir de l'ordinairedes scènes banales et les transformer en quelque chose de magique. C'est comme si elle racontait des histoires entières dans un seul cadre.

1585830335195-sarahvanrij-greece4n

Il n'est donc pas surprenant, compte tenu de cette approche, qu'elle ait une grande passion pour le cinéma. "Quand j'étais adolescente, j'étais vraiment obsédée par l'œuvre d'Hitchcock, en particulier par son utilisation des ombres, de la lumière et du noir et blanc", dit-elle. "Après cela, j'ai commencé à préférer le travail de Jean-Luc Godard, mais pour être honnête, c'était surtout pour son utilisation des couleurs et des décors, pas tellement pour sa façon de raconter des histoires". Les autres sources d'inspiration qu'elle aime à citer sont les oeuvres de Wong Kar-wai et notamment In the Mood for Love, la réalisation du cinéaste iranien Abbas Kiarostami, ainsi que Playtime de Jacques Tati, La Valse des pantins de Martin Scorsese et Tous les autres s'appellent Ali de Rainer Werner Fassbinder.

Tout comme les pionniers de la photographie de rue qui l'ont précédée - notamment Brassaï et Henri Cartier-Bresson - Sarah a une passion sans limites pour la ville de Paris, à laquelle elle rend souvent hommage dans son travail. Des brasseries aux couleurs vives en arrière-plan, des hommes portant des parapluies et traversant des rues étroites, des femmes portant des escarpins et des trench-coats : tout cela est pour elle sans équivoque français. La Havane, à Cuba, est également un de ses lieux de prédilection. "L'année dernière, j'ai voyagé à Cuba et c'était comme entrer dans un décor de rêve", dit-elle. "C'est cet étrange mélange d'un lieu qui semble être coincé dans les années 50, avec les influences américaines de l'époque, combinées à une atmosphère caribéenne. Sans parler des belles couleurs vives de la ville et de sa lumière magnifique... je n'ai jamais fait autant de travail en si peu de temps que là-bas".

Alors que les paysages urbains dominent son travail, de plus en plus de plages et de piscines s'insinuent dans sa photographie. "Je pensais vraiment que ce n'était pas le cadre de mon travail, mais j'ai découvert que j'aimais vraiment prendre des photos dans de tels endroits", dit-elle. "Je travaille uniquement avec les lignes de la mer et de l'horizon, en contraste avec ces silhouettes humaines et ces formes de parasols. Je pense que toutes ces images diffusent une si belle ambiance estivale, où l'on peut dire que tout ce qui compte, c'est d'être là, dehors, avec l'eau, le soleil, un livre, et de répéter cette routine. Quand je suis assise ici, à la maison, mes pensées s'évandent souvent vers de telles contrées".

1585830379663-sarahvanrij-havana2
1585830399513-sarahvanrij-Havana1
1585830436657-sarahvanrij-greece1
1585830357416-sarahvanrij-france1
1585830469871-sarahvanrij-Marseille2
1585830492846-sarahvanrij-marseille3n
1585830509615-sarahvanrij-ibiza1
1585830538276-sarahvanrijamsterdambrediusbad

Credits


Photographies : Sarah van Rij

Tagged:
Paris
cuba
piscine
plage
mer
Sarah van Rij