Publicité

voilà, nous y sommes : une intelligence artificielle va « prédire » les crimes

Le projet le plus flippant de la fin d'année nous vient de la police britannique.

par Antoine Mbemba
|
04 Décembre 2018, 2:25pm

Vu la rapidité avec laquelle les possibilités de la technologie augmentent depuis plusieurs années, il est devenu presque normal de considérer que nos films de science-fiction préférés peuvent devenir réalité dans un futur très, très proche. C'est parfois plutôt drôle, comme quand en 2015 des scientifiques nous teasaient (en vain) l'hooverboard de Retour vers le futur. Mais dès qu'on pénètre le monde vertigineux de l'intelligence artificielle, le challenge de notre siècle, on ne sait pas trop s'il faut s'émerveiller ou commencer à pleurer. Avec l'exemple qui nous intéresse aujourd'hui, on aurait tendance à pencher pour la deuxième option.

Il y a quelques jours, on apprenait du New Scientist que la police britannique était en train de mettre en place une intelligence artificielle capable de prédire les crimes. Cette technologie, appelée National Data Analytics Solution, utiliserait pour cela une base de données statistiques sur la criminalité pour déceler les comportements à risque et déterminer les individus les plus à même de commettre un crime... dans le futur. La police de Midlands de l'Ouest (dans l'agglomération de Birmingham) est à la tête du projet, et devrait en sortir un prototype d'ici mars 2019. Le programme a d'ores et déjà pointé près de 1400 « indicateurs de criminalité future » en se basant sur un échantillon de 5 millions d’habitants.

Si l'idée est pour l'instant de rediriger les personnes concernées vers des solutions thérapeutiques ou les services sociaux, on est en droit de paniquer. Car, de la protection des données personnelles à la présomption d'innocence, rien ne va, surtout pas l'éthique. Et ce n'est malheureusement pas totalement nouveau. La police de Los Angeles et la police hollandaise utilisent des programmes similaires, pour déterminer les risques futurs sur la base de données criminelles. On applaudit Philip K. Dick pour la vision, et on ne regardera plus jamais Minority Report de la même façon.

Retrouvez i-D sur Facebook, Instagram, Twitter et Flipboard.