The Office

peut-on encore parler politique au bureau (sans faire trop de dégâts) ?

Il est possible de mener une vie professionnelle saine en restant fidèle à ses idées, et relativement courtois avec ses collègues.

par Clementine de Pressigny
|
25 Janvier 2018, 10:09am

The Office

On a tous connu ce moment. Vous êtes assis, les yeux perdus dans la lumière blafarde de votre écran d’ordinateur, un mercredi après-midi au temps particulièrement long. Vous décomptez les minutes qu’il vous reste à tirer au bureau (avant de pouvoir rentrez chez vous et de vous perdre dans la lumière blafarde de votre écran de télé) quand soudain, Sébastien – nous l’appellerons comme ça – offre au reste de l’open space son opinion avisée sur la dernière sortie de Catherine Deneuve sur le féminisme. Putain, Sébastien. Où commencer ? Comment faire quand vous prend l'envie d’exprimer vos opinions politiques au travail ?

Contrairement au Royaume-Uni, en France, licencier un collaborateur pour ses opinions politiques constitue systématiquement une discrimination, prévenue et sanctionnée par le Code du travail et le Code pénal : trois ans d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende. Alors soyez tranquille, légalement rien ne vous empêche de partager vos visions du monde les plus clivantes ou vos inclinations activistes. Mais il est malgré cela toujours plus sage de le faire dans la mesure et un sens commun aigu de votre environnement professionnel. Dr. Madeleine Wyatt, psychologue et conférencière en ressources humaines à l’Université de Kent, assure qu’il est primordial de veiller à partager ses opinions sans nuire à notre quotidien professionnel, et de « comprendre le contexte politique dans lequel on évolue : est-ce que les gens qui m’entourent sont marqués politiquement ? »

Parmi les raisons qui pourraient freiner vos ardeurs d’engagé(e) : le fait qu’étaler vos opinions pousse vos collègues à faire de même, et que vous découvriez qu’ils sont en totale opposition avec vos idéaux. Résultat, vous ne pouvez plus vous encadrer la personne en question, dont les vues de l’esprit vous semblent complètement dépassées, mais vous êtes malgré tout contraint de continuer à la côtoyer plus que de raison, plus que vous ne voyez votre famille. Il faut bien payer le loyer. Alors, vous pouvez toujours mettre toute votre énergie à l’éviter, à caler vos pauses-café en contretemps des siennes pour éviter la gêne devant la cafetière. Et là c’est à vous de peser le pour et le contre. Sur une échelle de 1 à 10 (1 = vous levez les yeux au ciel, 10 = vous avez un début de nausée), quel niveau d’exaspération atteignez-vous quand un mec au doux blase de @Bad_bro tweete que l’écart des salaires en fonction du genre est une théorie du complot ? Si vous êtes capable de tenir une discussion calme et courtoise, très bien. Cette personne ne sera peut-être pas d’accord, mais si vos arguments sont solides, elle pourra au moins respecter votre capacité à construire un discours posé.

« Finalement, il est primordial d’user d'habileté politique pour s’assurer que vos opinions politiques ne nuisent pas à votre carrière, explique Madeleine Wyatt. Ce talent consiste à bien comprendre les gens qui vous entourent et à utiliser ce que vous savez d’eux pour les influencer. Ce genre de talent a un impact considérable au travail, sur le salaire, les promotions, la performance et la satisfaction professionnelle. » Ce n’est pas toujours facile de rester dans la retenue au plus chaud d’une discussion polémique. Mais plutôt que de choisir d’être passif agressif ou agressif tout court, ce choix « zen » fait peut-être des discussions politiques une option judicieuse au travail. « Ça entraîne à être socialement astucieux, à travailler un réseau, à comprendre comment influencer les autres tout en étant perçu comme quelqu’un de sincère et d’authentique, continue Madeleine Wyatt. Ceux qui ont cette habileté politique sont capables de déceler les gens qui seront plus aptes et plus réceptifs à la proposition d’un débat politique. Ça aide aussi à former des allégeances avec des gens à la même pensée venant d'autres organisations. »

Donc étaler votre talent politique n’a pas pour seul but de grimper les échelons de votre carrière – ce serait un peu trop louche et cynique si c’était le cas – mais vous aidera aussi à trouver un auditoire réceptif aux problématiques que vous trouvez importantes, et potentiellement du soutien pour les causes qui vous sont chères. C’est toujours mieux que de parler à un mur. Selon Madeleine, c’est « vital pour toute personne souhaitant partager son activisme au travail. Les recherches montrent généralement que les activistes – tels que les délégués syndicaux ou les animateurs de forums d’entreprise sur le genre ou l’ethnicité – peuvent rapidement être perçus comme des perturbateurs, et leur carrière peut en souffrir. L’habileté politique peut permettre à ces personnes de faire campagne pour leur cause de manière plus efficace, de convaincre des gens tout en développant des connexions en faveur de leur positionnement. »

Selon l’organisation caritative The Centre for Effective Altruism, qui tente « d’utiliser le pouvoir de nos lieux de travail pour maximiser notre effet positif », il y a, au-delà du simple fait de parler politique avec les collègues, des moyens de faire de l’activisme au travail en faisant la promotion des causes qui vous tiennent à cœur. En s’attaquant à la pauvreté extrême, l’organisation a mis en place un manuel de l’activisme au travail qui contient des informations applicables à toutes les causes. On y lit notamment que : « Les entreprises influencent beaucoup les vues de la société sur les œuvres charitables, et les employés sont en position de questionner leurs compagnies sur des causes éthiques. L’activisme au travail et le changement à l’intérieur des organisations sont d’une grande importance. » On y retrouve également de nombreux conseils, très utiles, dont certains expliquent comment partager vos opinions politiques au travail, rejoignant l’analyse de Madeleine Wyatt, et des moyens d’encourager votre entreprise à s’engager dans les œuvres caritatives qui vous touchent.

Être politique au travail, c’est tout à fait possible, et ça peut être la source première d’un changement positif : recherchez, maîtrisez votre sujet et, surtout, choisissez prudemment vos batailles. La clé, c’est de rester raisonnable et pondéré. Les opinions de Sébastien sur le féminisme doivent être défiées, combattues, c’est certain. Mais il y a une différence entre une discussion entre potes au comptoir d’un bar le vendredi soir et un débat derrière votre bureau à 15h avec un collègue. En 2018, il va falloir éveiller les consciences avec tact.

Cet article a été initialement publié dans i-D UK.

Tagged:
Culture
Features
Feature
travail
politique