mais pourquoi jacques chante-t-il « dans la radio » en sept langues différentes ?

On sait maintenant comment la chanson sonne en espéranto.

par Antoine Mbemba
|
04 Juillet 2017, 1:32pm

C'est toujours assez casse-gueule de tenter de contourer l'univers de Jacques. Déjà, on n'est pas sûr d'avoir assez d'encre pour englober le monsieur, et puis pas même sûr que ce soit nécessaire. Définir la musique, saisir la profondeur de ses lives, sa science du sonore, le fond de ses conférences, saisir le propos de ses visuels, « l'oeuvre globale », n'est peut-être pas nécessaire si, finalement, tout ce qu'est Jacques se retrouve dans chacune de ses expressions. Et jusque-là, tout ce que fait Jacques atteste d'une propension à l'innovation, l'expérimentation, la recherche sonore, la quête de sens... Se faire comprendre, voilà une autre affaire.

Il y a un peu plus d'un an sortait la chanson Dans la radio, hymne doux-dingue pour lequel Jacques prêtait justement sa voix à la clarté du propos. Hymne universel aussi, d'où l'on entendait l'artiste s'écrier - avec dans le clip des lunettes de soleil sur lesquelles défilaient les drapeaux du monde entier - « On joue tous la même chanson, mais on la joue pas de la même façon. On écoute tous la même chanson mais on l'entend pas de la même façon. » Il ne lui manquait donc qu'à prouver l'affaire. C'est désormais chose faite, grâce à un EP qui sort aujourd'hui sur le label Pain Surprises et qui offre à son auditeur pas moins de sept versions de la chanson, en sept langues, soit le français, évidemment, puis l'anglais, l'espagnol, le chinois, le russe, l'arabe et l'espéranto. Et en bonus, on se paye un nouveau clip pour la version anglaise. Ce qui valait bien deux, trois questions.

Comment est venue cette idée, de décliner Dans La Radio en sept langues, et quel est l'esprit du concept ?
En voyageant j'ai réalisé quelque chose que je savais pourtant déjà : les gens dans le monde parlent différents langues. Et mon unique chanson chantée s'adresse à tout le monde mais était uniquement en Français, donc je me suis dit que ça faisait sens de la traduire dans d'autres langues.

Pourquoi cela collait précisément à cette chanson ? Une manière de t'entendre « en dehors de toi » ?
Ahah je m'entendais déjà en dehors de moi avec la version française, là si ça fait sens c'est surtout parce que c'est un message de paix et de tolérance et que tout le morceau est une montée vers le pont qui dit « On joue tous la même chanson mais on ne la joue pas de la même façon, on écoute tous la même chanson, mais on ne l'entend pas de la même façon. » La réalité est désormais illustrée par l'existence de ces différentes versions, t'as vu.

Il y a quelque chose d'un peu méta : est-ce que tu considères déjà la musique, ta musique comme une langue, ou un langage à part entière ?
A mon sens, un morceau instrumental ne raconte rien de précis. Mais il peut suggérer une idée abstraite en s'adressant à une partie de l'esprit humain qui est située en amont de la traduction de la pensée en mots. C'est donc un language un peu pirate.

Est-ce qu'un nouveau sens est parfois apparu en interprétant cette chanson d'une langue qui n'est pas la tienne ?
Carrément, d'autant plus que je l'ai vraiment traduit dans le même esprit qu'on traduit les films ou les comédies musicales donc parfois la rime l'emporte sur le sens, j'avoue j'ai pas d'exemple et je me souviens plus du tout de ce que racontent les versions dans les langues que je ne comprends pas, mais il suffit de comparer la française à l'anglaise pour capter le genre de traduction qu'on a fait.

L'espéranto a été créé pour faciliter la communication entre les gens. Une sorte de liant international qui est un peu passé à côté. Est-ce que ce n'est pas parfois l'objectif précis de la musique : éradiquer une barrière de la langue par la mélodie, le son ?
Ouais et c'est aussi l'objectif du silence parfois. Genre dans les lieux de prière, dans la forêt ou dans le métro.

Tu as une version préférée des sept ?
La française, parce que c'est ma langue natale alors je maintiens l'éternel big up à la France mon pays du cœur

Où places-tu généralement l'importance et le rôle de la langue en tant que telle dans la création et l'écoute musicale ?
Parfois je me dis que la musique c'est l'anesthésie et les paroles l'opération.

Comment ce concept s'intègre-t-il dans la cohérence de ton œuvre musicale ?
Je sais pas, mais ce que je sais, c'est qu'à chaque fois que je l'entends à la radio ça fait un vortex.

Credits


Texte Antoine Mbemba

Tagged:
Jacque(s)
dans la radio