ces 8 créateurs de mode qui nous manquent (et à qui l'on doit tout)

Adulés hier, oubliés demain. La mode consume même ses plus beaux esprits. De Martine Sitbon, à Claude Montana en passant par Fiorucci, i-D rend hommage à ces figures détrônées dont les créations continuent pourtant d’influencer la mode d’aujourd’hui...

par Sophie Abriat
|
05 Avril 2017, 8:20am

« Brûle ce que tu as adoré et adore ce que tu as brûlé ». La mode adule puis cloue aux piloris, célèbre puis désavoue. Rares sont les figures inoxydables qui traversent les âges avec la même dose de puissance et de reconnaissance. La mode épuise, c'est un sport de combat. Faire corps avec l'époque, créer sans relâche, séduire inlassablement… Comment faire durer le succès ? Comment inscrire son nom dans le grand livre de la postérité ? Quand certains sont déifiés, d'autres tombent dans l'oubli. Ils ont connu la gloire et les revers de fortune, l'adrénaline de l'adoration puis le désaveu de l'oubli. Ils ont pourtant marqué leur époque par leur flamboyance et leur génie. Et leurs créations continuent d'irriguer la mode d'aujourd'hui.De manière plus ou moins inconsciente ou de façon plus directe. Fiorucci, marque culte des années 1970 rachetée en 2015 par l'ex-CEO de Victoria Secret fait actuellement son come-back. Il y a de la nostalgie dans l'air.

Elio Fiorucci, l'humour à paillettes

Fondé en 1968 par l'italien Elio Fiorucci, le label Fiorucci est un mythe à lui tout seul. Son logo - deux angelots victoriens - va très vite conquérir l'Europe puis les Etats-Unis. Jeans skinny en Lycra - portés par les acteurs du film Flash Dance - sacs emballage de riz, strass, motifs léopard, tee-shirts imprimés pin-up, micro-shorts etc. Mélange de kitsch et de sex-appeal, ses pubs sont une mine d'or. En 1976, Fiorucci participe au lancement du Studio 54 en habillant les danseurs d'Alvin Ailey. Il se lie aux courants du Pop art et de l'underground américain; habille Margaux Hemingway, Grace Jones ou encore Bianca Jagger. Andy Warhol choisit même la boutique Fiorucci de New-York comme vitrine pour le lancement de son magazine Interview. Cher, Elizabeth Taylor, Jackie O., Lauren Bacall, shoppent chez Fiorucci. Et réalise même un fanzine avec i-D ! Mais, la marque s'éteint à la fin des années 80. Fin 2016, la marque est relancée via son compte Instagram. Rachetée un an plutôt par Stephen et Janie Schaffer (ex-CEO de Victoria Secret), la marque est désormais vendue cher Barneys et arrive aujourd'hui même chez 10 Corso Como à Milan. Welcome back !

Anne-Marie Beretta, papesse de l'épure

Carla Bruni sur une campagne Max Mara Automne Hiver 1995 par Max Vadukul 

Dans les années 70, son nom caracole en tête d'affiche, à côté de Sonia Rykiel, Jean-Paul Gaultier, Azzedine Alaïa… Apôtre de l'oxymore stylistique : silhouettes dépouillées et montages élaborés, Anne-Marie Berreta appréhende le corps comme une sculpture en mouvement. Styliste freelance pour Pierre d'Alby, Mac Douglas, Ramosport puis Max Mara pour qui elle crée en 1981 le manteau 101801, couleur chameau en laine et cachemire aux manches kimono, toujours reconduit par la maison. En 1975, elle fonde sa propre griffe. Pantalons cropped, peaux lainées à gogo, manteaux cocon-armure, drapés d'exception, manches coudées et pantalons genouillés qui gardent l'empreinte du corps… Sa couture épurée et son coup de crayon cinglant inspirent la nouvelle génération, notamment Phoebe Philo chez Céline. Surnommée la plus japonaise des créatrices françaises, Anne-Marie Berreta ferme sa boutique parisienne en 2003.

Martine Sitbon, le style avant tout

P/É 97 Photographe Craig McDean Modèle Guinevere Van Seemus (Harper's Bazar) © Craig McDean pour Une vision alternative (Rizzoli)

En 1986, pour son premier show parisien, dans la cour carrée du Louvre, Martine Sitbon fait défiler un mannequin transgenre, Terry Toy. Personne ne s'en aperçoit. Les silhouettes androgynes deviendront la marque de fabrique de la créatrice. Deux ans plus tard, elle devient la directrice artistique de Chloé, maison alors en perte de vitesse - elle y restera 9 saisons. En 1990, la créatrice aux lunettes verres fumés entame une collaboration avec le photographe de mode, Nick Knight et Marc Ascoli devient responsable de l'identité visuelle de sa marque. Proche de Kate Moss, David Sims, Craig Mc Dean, Kirsten Owen, Martine Sitbon a inventé le cool des années 1990. Elle inaugure sa première boutique en 1996 rue de Grenelle à Paris dans un espace de plus de 200 m2. En septembre 2016, à l'occasion de la sortie de son ouvrage Martine Sitbon, une vision alternative (Rizzoli), elle confiait à i-D : « C'est une chose que j'ai changée dans la mode : le fait d'amener ces trucs cool ; on porte une jupe et un petit t-shirt et on fait un passage de défilé. C'était pas un truc banal à l'époque, ça n'existait pas pour un créateur. La jupe a bien sûr son travail, mais la fille la portant y ajoute une attitude. L'attitude c'est la fille qui le porte ». Aujourd'hui, à peine trois ans après l'arrêt de son dernier projet (Rue du Mail), son travail est célébré par la jeune génération.

Helmut Lang, le génie du presque rien

Campagne Helmut Lang Fall/Winter 1990 par Juergen Teller

Le designer autrichien - mécanicien du minimalisme, adversaire du théâtral et de la surdose - bouleverse la mode en supprimant les épaules de déménageurs pour imaginer une silhouette longiligne qui dévoile la peau. Il ouvre son propre studio de mode en 1977 puis sa première boutique Bou Bou Lang, deux ans plus tard à Vienne. En 1986, il présente sa collection femme lors de l'exposition « Apocalypse Joyeuse » au Centre Pompidou de Paris, avec l'appui du gouvernement autrichien. Un an plus tard il lance sa collection pour homme. En 1997, il s'installe à New-York, c'est la première exportation transatlantique d'une maison de couture. Signe de son succès, Helmut Lang est l'un des stylistes les plus copiés de la fin du 20e siècle. En 1998, il présente sa collection en exclusivité sur internet avant les défilés officiels de New-York, Paris, Milan. Un an plus tard, le groupe Prada achète 51% des parts de la société. Le couturier cessera son activité en 2005. Sa marque continue de vivre sans lui. Le mois dernier, Shayne Oliver, le directeur artistique de Hood by Air, a rejoint la maison Helmut Lang le temps d'une collection, qui sera révélée en septembre 2017.

Claude Montana, la folie des grandeurs

Linda Evengelista pour une campagne Claude Montana for Lanvin Haute-Couture Printemps/Eté 1990 par Paolo Roversi

C'est le couturier star des années 80 qui carrossait les corps comme des bolides. Il a exercé une influence énorme sur ses collègues du moment. Sa carrière a été assez courte mais très marquante. Epaules de géantes, stilettos, tailles de guêpe, il fut la cible des féministes. Il a excellé dans le cuir, sa matière de prédilection. Aujourd'hui, le power suit féminin aux carrures démesurées a envahi les podiums, impossible alors de ne pas y voir un héritage Montana. Après la gloire, les ennuis. En 1996, la muse du couturier depuis 20 ans, le mannequin Wallis Franken disparaît. En octobre 1997, sa société est en redressement judiciaire. Avec Sonia Rykiel et Jean-Paul Gaultier, Claude Montana était l'une des dernières sociétés indépendantes de Paris. Au même moment, Karl Lagerfeld cessait son activité, Thierry Mugler se faisait manger par Clarins, tandis que Kenzo, Givenchy, Dior se regroupaient sous la bannière de LVMH.

Avec Christian Lacroix, ça brille, ça claque

Campagne Christian Lacroix Printemps/Eté 1992 photo par Tyen

Volumes gonflés en réaction aux corps aérobics des années 80, la garde-robe Lacroix brille et amuse. Satins de duchesse, couleurs improbables, registres folkloriques, brocarts, boléros de velours noir brodés, extase de l'ornementation, passementeries et crinoline, avec le créateur arlésien la mode vit ses heures de gloire du maximalisme. Il n'y a pas de place pour la noirceur ou la sobriété chez Lacroix : ça brille, ça claque, ça clinque. En 1987, il fonde la maison de couture à son nom avec l'appui de Bernard Arnault et réalise son premier défilé de haute couture sur le thème de la Camargue, et d'Arles. Dès 1988, il lance une collection de prêt-à-porter de luxe inspirée par le métissage des cultures. En 2005, à la suite d'un désaccord entre Christian Lacroix et Bernard Arnault, ce dernier décide de vendre la maison de couture au groupe Falic Fashion Group. En 2008, Christian Lacroix quitte la maison.

Marc Audibet, l'inventeur du stretch

Marco de Rivera pour Marc Audibet 

Trussardi, Hermès, Ungaro, Cerruti, Ferragamo : Marc Audibet a travaillé pour les plus grandes maisons. Le créateur est à la naissance d'une des plus innovantes découvertes vestimentaires de la seconde moitié du 20e siècle. Il élargit la notion d'élasticité à des tissages classiques et convertit les gabardines, les crêpes, la mousseline ou le satin aux vertus du stretch. Le slim, les leggings, sans lui ça n'existerait pas. Entre 1992 et 1996, il est même le professeur de mode de Miuccia Prada. Les héros de Marc Audibet sont Madeleine Vionnet, Paul Poiret, Cristóbal Balenciaga, et Claire Mc Cardell - pionnière du sportswear américain - ou encore Mario Fortuny qui, selon lui, ont su questionner le vêtement dans ses structures mêmes. Le designer est passionné par la coupe, l'équilibre du vêtement. La structure même d'une pièce incite la personne qui la porte à une attitude différente.Marc Audibet continue sa carrière, dans l'ombre, de designer et créateur chez Connolly.

Thierry Mugler, le sens du spectacle

Campagne Thierry Mugler, 1991

Science-fiction, théâtre, fantasmes, audace, insectes, Hollywood, PVC, les créations Thierry Mugler, c'est un peu tout ça à la fois. Avec lui, les défilés sont des spectacles. Mugler crée une marque à son nom en 1974 et rien n'est trop pour faire rêver.Ses défilés sont des spectacles de 45 minutes qui réunissent jusqu'à 6 000 personnes. Jerry Hall, Diana Ross, Ivana Trump, Sharon Stone présentent ses collections. David Bowie revêt l'une de ses robes de sirène aux épaules anguleuses dans le clip de Boys Keep Swinging (1979). Le défilé intitulé « L'hiver des anges » organisé en mars 1984 au Zénith de Pantin pour fêter les dix ans de la maison, scotche la planète mode. Au printemps 1985, Jack Lang arbore à l'Assemblée Nationale la fameuse veste à col Mao qu'il lui a commandée, or le règlement stipule l'obligation de porter une cravate. Cela déclenche un véritable scandale. En 2000, au bord de la dépression, Mugler quitte sa maison de couture et se consacre à sa passion : le spectacle. L'ancien danseur devient le roi du bodybuilding et se met au vert. Fermée en 2003, la maison de couture Thierry Mugler est rouverte en 2008. Rosemary Rodriguez puis Nicola Formichetti se succèdent à la création. En décembre 2013, David Koma devient le nouveau directeur artistique de la marque. 

Credits


Texte : Sophie Abriat
Photo : Campagne Fiorucci

Tagged:
Jean Paul Gaultier
fiorucci
Azzedine Alaia
sonia rykiel
martine sitbon
claude montana