Comment gérer le confinement quand on est introverti

La perspective de passer plusieurs semaines enfermé est encore moins réjouissante si vous êtes timide et devez partager un même lieu avec plusieurs autres personnes. Voici un guide sur mesure pour éviter la solitude, tout autant que l'hyper-socialisation.

par Douglas Greenwood
|
20 Mars 2020, 7:00am

La semaine dernière, au bureau, lorsque s’est répandue la rumeur selon laquelle tout le monde allait bientôt travailler chez soit dû la propagation du COVID-19, votre réaction a probablement été la même que la mienne: un mélange d’appréhension et de soulagement. L’idée selon laquelle le virus est en train de s'immiscer dans nos vies à la vitesse de la lumière est évidemment effrayante, mais au moins le confinement nous évite le stress des transports en communs, et de respirer le même air qu'une centaine d’autres collègues dans un bâtiment sans fenêtres.

Donc, si vous êtes comme moi introverti, la perspective du confinement et de l’isolement social peut apparaître comme une libération. Vous avez finalement votre propre endroit à vous, et vous n’avez pas à stresser à l’idée d’échanger des banalités avec vos collègues. Votre maison devient votre havre de paix, et la crise vous donne une parfaite excuse pour annuler tous vos plans sans avoir l’air d’un drama queen. Au contraire, vous passez plutôt pour quelqu’un de prudent et de responsable.

Loin de vos collègues de travail, vous êtes censés être dans votre élément, chez vous. Mais la situation actuelle change la donne. Si vous vivez chez vos parents, ou dans une grande ville touchée par la crise du logement, vous allez probablement passer votre confinement avec plusieurs autres personnes, qu'il s'agisse de membres de votre famille, des colocs, des amis ou votre partenaire. Jusqu’ici, vous aviez toujours la possibilité de sortir dehors pour une balade, ou pour aller au cinéma en solo. Ces options ont soudainement disparu. Les quelques heures quotidiennes de votre emploi du temps qui se chevauchaient avec celui de vos colocs se sont transformées en des journées entières. Et si - comme moi - vous avez vraiment besoin de votre espace personnel, cette situation peut vite devenir assez complexe à gérer. Voici quelques conseils pour vous aider à mieux vivre cette étrange période, pleine d’incertitudes.

À moins d’avoir été en contact avec une personne contaminée par le coronavirus, ou d’avoir voyagé dans des pays considérés à risque, inutile de rester tout le temps enfermé dans une seule pièce. Si vous avez accès au reste votre appartement, assurez vous de conserver votre chambre comme un lieu calme, plutôt que d’en faire votre lieu d’activité principal jusqu’à nouvel ordre. Vous caler dans la cuisine est toujours mieux que de passer toutes vos journées dans l’endroit où vous dormez. Rangez votre chambre, allumez-y une bougie, et allez-y pour faire tout ce qui vous rend heureux, mais n’y travaillez surtout pas. Comme ça, si vous éprouvez le besoin de prendre quelques minutes pour respirer, vous pourrez le faire dans un sanctuaire plutôt qu’une prison.

Fixez-vous des objectifs

Le confinement sera sans aucun doute pour résultante une baisse considérable du niveau de productivité. Nous réalisons tous que bosser toute la journée sur Slack en pyjama n’est pas un luxe, mais un symptôme déprimant du néo-capitalisme qui déteint sur tous les aspects de notre vie. Quelle surprise. Que vous passiez cette période à travailler, ou bien que vous vous adonniez à votre hobby préféré - le tricot, l’écriture, j’en passe et des meilleures - vous fixer des objectifs vous donnera aussi une excuse pour vous enfermer dans votre bulle, et vous écarter des conversations monotones de vos partenaires de confinement qui ne semblent jamais s'arrêter de parler pour se mettre au boulot. Ainsi, vous vous rendrez peut-être enfin compte que leur présence est égale à celle de vos collègues du boulot avec qui vous partagez des conversations en pleine après-midi en vue de procrastiner. Tout est une question de point de vue.

Ne vous coupez pas totalement du monde

L’irrésistible tentation de s’enfermer dans sa chambre pour y rester, épidémie ou non, est une évidence. Mais se laisser aller à l’enfermement total n’est pas l’option la plus sage à l’heure actuelle. Garder du lien social est important pour aider à se rappeler que vous n’êtes pas seuls, même en période d’isolation. Prenez du temps pour vous bien sûr, et n’hésitez pas à quitter une pièce pour faire vos propres trucs de temps à autre. Mais restez en contact avec vos proches et parlez-leur - en fonction de leur état de santé, bien sûr. Les introvertis ont une tendance naturelle à voir le mauvais côté des choses pour fuir toute situation désagréable; mais parler d’autres sujets que l’actualité sanitaire vous aidera à garder un peu d’espoir.

Exprimez vos angoisses

Les introvertis manquent souvent de confiance en soi, surtout en public, et c’est pourquoi nous décidons souvent de passer notre temps seuls entre quatre murs. Cette période nous force tous à partager de petits espaces, et beaucoup d’entre nous hésitent à période, pour éviter de passer pour dingue. Chers lecteurs, ne faites pas ça; et ce conseil vous est prodigué par quelqu’un qui une peur bleue des microbes et des bactéries, une peur si intense que j’ai été obligé de me laver les mains plus de 20 fois par jours depuis 10 ans. Le temps est donc venu de faire part de votre mécontentement aux autres. Vous vous êtes rendus compte que votre coloc ne se lave pas les mains avant de couper les légumes, ou refuse de nettoyer la cuisine une fois le repas terminé ? Alors pour l’amour du ciel, dites-lui ses quatre vérités; le coronavirus en est l’occasion rêvée, maintenant que nous sommes tous empilés les uns sur les autres. La gêne temporaire ne sera pas aussi grave que les éventuelles répercussions sur votre santé.

Rappelez-vous que tout est temporaire

Introverti ou non, ce dernier conseil est à garder en tête pendant cette période de confinement. Le futur est incertain et même angoissant, et l’idée de rester enfermé à l’intérieur pour une durée indéterminée peut sembler une éternité; mais ce n’est pas le cas. Tout est temporaire, et il en va de même pour l’épidémie du COVID-19. La meilleure chose à faire en attendant que les choses se tassent est de rester vigilant, ne pas sortir, se laver les mains, ne pas toucher son visage et de se souvenir qu’il y aura pleins de trucs chouettes à faire une fois que cette période bizarre sera terminée. Soyez patients, prenez votre mal en patience, annulez les plans qui vous font flipper, lisez, méditez, et appréciez les bon côtés de votre quarantaine - pour le moment. Bientôt, tout ira mieux.

This article originally appeared on i-D UK.

Tagged:
Timidité
confinement
COVID-19