Images courtesy of Schiaparelli 

Daniel Roseberry a apporté sa touche Midas au défilé Schiaparelli Haute Couture printemps-été 2022

Lors d’un éblouissant défilé à Paris, le créateur texan a démontré que dans son monde, tout ce qui brille vaut vraiment de l’or.

par Osman Ahmed
|
25 Janvier 2022, 12:38pm

Images courtesy of Schiaparelli 

Chez Schiaparelli, Daniel Roseberry en a marre de la mode. Il en a fini avec les robes de gala démesurées, il est aveuglé par les couleurs trop vives et est épuisé par les interminables cérémonies d’awards en tout genre (cérémonies pendant lesquelles d’innombrables célébrités portent ses créations). Fatigué aussi des tapis rouges et des présentations de mode qui l’obligent à produire de plus en plus à mesure que sa renommée augmente. Si l’on considère que sous sa direction créative, Schiaparelli est aujourd’hui la maison de Haute couture la plus grandiloquente et la plus accrocheuse de Paris, cette déclaration n’est pas sans importance. La présentation de sa dernière collection, qui a officiellement ouvert la semaine de la Haute couture hier matin à Paris, était donc considérée par le designer comme une remise à zéro. « Quelque chose de différent, de sobre », comme il l’a expliqué. « Tout à coup, la couleur sonnait faux. Tout comme le volume. Toutes les astuces que les créateurs de Haute couture (moi y compris) utilisent pour communiquer la grandeur et le savoir-faire — silhouettes imposantes, amas de tissu bouffants, énorme volume — m’ont semblé creuses. »

Sans ce contexte, il ne serait pas spécialement évident pour le commun des mortels de remarquer que cette collection a effectivement été « diminuée », puisqu’on a pu y croiser assez d’ornements 24 carats pour remplir un coffre-fort chez Gringotts. Mais comme l’a souligné Daniel, la majeure partie des pièces était en noir et blanc, ce qui semblait parfois un brin lugubre. Les silhouettes arboraient cependant des courbes spectaculaires qui s’élançaient en tournoyant autour des modèles, leur insufflant une espèce de gloire tridimensionnelle. Et si après le défilé, Daniel a insisté sur la volonté initiale d’une collection « plus courte, plus nette et plus simple », sa perception de l’austérité n’aura été contrebalancée que par l’étalage de dorures aveuglantes sur chaque look, depuis les bijoux scintillants inspirés par Alexandre Calder jusqu’aux structures dorées enveloppant le corps. « L’année dernière, il s’agissait de nouveau glamour, avec une sorte de sensibilité de déesse disco », a-t-il encore expliqué. Avec cet étalage de constellations, d’étoiles et d’anneaux planétaires — sans oublier les broderies ecclésiastiques à la Bernini —, on pourra dire qu’il est cette année passé du surréalisme à la céleste Empyrée.

Schiaparelli_HCSS22_Look03.jpg

« La conception de cette collection m’a également fait prendre conscience d’autre chose », a ajouté Daniel. « Je crée pour que les gens ressentent des émotions. Lorsque les vêtements, l’artisanat, les coiffures, la musique et la personne qui les porte sont en harmonie, lorsqu’ils tentent tous de communiquer quelque chose, on se rappelle pourquoi on aime la mode — pourquoi j’aime la mode. Ce n’est pas pour les célébrités. Ce n’est pas pour les likes. Ce n’est pas pour les critiques. C’est parce que, quand elle est bien faite, quand elle a quelque chose à nous raconter, elle peut nous aider à ressentir l’inarticulable. C’est parce qu’elle a encore le pouvoir de nous émouvoir. »

Il n’a pas tort. Qu’importent votre style ou vos goûts, qu’importe que vous trouviez tout ceci absurdement excessif ou simplement kitsch comme il faut, Schiaparelli ne manque jamais de susciter une réaction.

Schiaparelli_HCSS22_Look06.jpg
Schiaparelli_HCSS22_Look08.jpg
Schiaparelli_HCSS22_Look09.jpg
Schiaparelli_HCSS22_Look15.jpg
Schiaparelli_HCSS22_Look17.jpg
Schiaparelli_HCSS22_Look19.jpg
Schiaparelli_HCSS22_Look21.jpg
Schiaparelli_HCSS22_Look24.jpg
Schiaparelli_HCSS22_Look27.jpg
Schiaparelli_HCSS22_Look30.jpg
Schiaparelli_HCSS22_Look32.jpg
Tagged:
Paris Fashion Week
haute couture
défilés
Schiaparelli
couture week
SS22