Photographies deHordur Ingason

La jeunesse de Tokyo se raconte sur le vif

A travers ses portraits, Hordur Ingason capture une nouvelle génération tokyoïte songeuse et contemplative, qui nous parle de sa volonté de changer le Japon.

par Tsukasa Tanimoto
|
07 Avril 2020, 9:25am

Photographies deHordur Ingason

Bien que ces derniers temps puissent paraître un peu apocalyptiques, un futur qui se profile bien à l'horizon. Qui dit bouleversements dit nouvelles opportunités, et c’est peut-être le bon moment de penser au futur que nous voulons ou idéalisons. Capturée par le photographe de mode Hordur Ingason, cette série de portraits documente une nouvelle génération de jeunes de Tokyo, ainsi que leur vision du Japon et la manière dont ils pensent changer le futur.

1585531516115-Nakano

Nakano

Peux-tu nous raconter ce que tu fais dans la vie ?
Depuis février, je suis dans ma première année au lycée. Dans mon temps libre je poste mes illustrations et mes photos sur les réseaux sociaux.

Quelles sont tes préoccupations pour le Japon aujourd’hui ?
Les Japonais jugent ouvertement les gens d'après leur apparence comme si c'était normal. Beaucoup sont comme enfermés dans des archétypes construits à leurs dépens, comme, par exemple, ce qui concerne les idées préconçues sur les paupières doubles ou sur la maigreur. À une époque où les gens de sensibilités et d'horizons plus divers cohabitent, je pense que les opinions et les attitudes des Japonais devraient vraiment changer.

Comment penses-tu que ta génération va changer le Japon ?
À une époque de « surcharge d'informations » où on peut consommer du contenu publié par des personnes du monde entier, je trouve cela très difficile de tirer le meilleur de toutes les inspirations sur les réseaux sociaux. Dans une telle période, je pense que notre génération passera d'une perception d'un style de vie et d’apparence idéal à quelque chose de plus réaliste et qui respecte davantage nos identités.

Penses-tu que la créativité et la culture jouent un rôle important dans la construction du futur du Japon ?
Oui, j’en suis convaincue. J'aime dessiner depuis longtemps et je veux exprimer mon identité et mes insécurités à travers mon travail. Mon rêve serait de devenir une personne emblématique du Japon en créant mon propre style innovant qui intègre la culture japonaise.

Qui sont les créatifs qui t’influencent le plus ?
J'ai été pas mal dans la culture goth et emo après avoir été influencée par un groupe américain appelé Motionless In White. J'ai aussi récemment été intéressée par des artistes tatoueurs comme Brando Chiesa et des rappeurs de trap qui sont proches de la culture kawaii / anime comme Deko et Hella Sketchy - je suis attirée par cette tendance de réinterprétation de la culture japonaise qui se passe à l'étranger. Je suis également influencée par des artistes symbolisant la culture des e-girls / e-boys de notre décennie tels que Boyfriendz et Jazmin Bean.

1585531588121-Yuto-Akiyama

Yuto Akiyama

Peux-tu nous raconter ce que tu fais dans la vie ?
Je suis vendeur dans un concept store.

Quelles sont tes préoccupations pour le Japon aujourd’hui ?
Le fait que les vraies informations ne soient pas assez couvertes et partagées me dérange. Avec l’utilisation massive des réseaux sociaux, nous pouvons entendre les voix de tous à travers le monde. Et il y a souvent des différences entre ce que disent les médias et ce que disent les populations locales. Dans un avenir proche, je veux vivre dans une société où tout le monde puisse accéder à des informations sûres et de qualité.

Comment penses-tu que ta génération va changer le Japon ?

Je pense que notre génération sait bien gérer les risques. Les Japonais sont assez timides, mais je pense que nous pouvons devenir plus proactifs pour nous entraider.

Penses-tu que la créativité et la culture vont jouer un rôle important dans la construction du futur Japon ?
Je suis un jeune diplômé d’une école de mode, et je veux contribuer à l’environnement en concevant des vêtements en tissus recyclés dont les gens ne se lasseront pas.

Qui sont les créatifs qui t’influencent le plus ?
Hood by Air de Shane Oliver. J’ai découvert de nouvelles perspectives sur le genre, la culture underground et la musique grâce à lui. Il va apparemment relancer sa marque, je suis très impatient.

1585531678583-Yusuke-Takahashi

Yusuke Takahashi

Peux-tu nous raconter ce que tu fais dans la vie ?
J’ai 21 ans et je vais à l’université à Tokyo. Je travaille à mi-temps dans un magasin de vêtements à Harajuku.

Quelles sont tes préoccupations pour le Japon aujourd’hui ?
Il n’y rien qui me mette particulièrement en colère. Cela dit, je pense que les gens ne tolèrent pas assez l’individualité. Les gens trouvent ça bizarre si un homme porte des vêtements de femme, si vous vous teignez les cheveux, si vous portez du maquillage extravagant ou même si vous avez un tatouage. La diversité n’est tolérée que dans des petites parties de grandes villes. Les gens me regardent même avec un léger dédain à l'université. D'un autre côté, je pense que les gens sont tolérants avec les étrangers, les personnes âgées et les personnes handicapées.

Comment penses-tu que ta génération va changer le Japon ?
Selon moi, plus notre population vieillit et diminue, plus de nouvelles manières de penser et d’être seront adoptées – et nous serons sûrement la génération qui mènera ce changement. Je pense que la façon dont les Japonais voient et pensent la mode et la culture sera fortement influencée par notre génération. Pour le meilleur ou pour le pire, je pense que notre génération est une génération clé qui laissera sa marque dans la culture japonaise.

Penses-tu que la créativité et la culture jouent un rôle important dans la construction du futur Japon ?
Comme je travaille dans une boutique de vêtements, j’ai la chance de côtoyer des employés et des clients qui influencent, et sont influencés par, la culture et la mode. Je prête constamment attention à leurs façons de penser et à leurs actions et j’essaie d’en tirer quelque chose. Quelque chose naîtra de tout ceci, même si cela pourrait prendre un certain temps.

Comment ta manière de t’habiller reflète-t-elle ta personnalité ?
La mode est le seul aspect où je peux m'exprimer sans tenir compte de ce que les autres pourraient penser. Pour d'autres choses, j'ai tendance à me soucier de ce que les autres pensent de moi, donc je crois que mon look reflète le stress que je ressens de ce jugement des autres.

1585531721836-Haru-Ogane

Haru Ogane

Peux-tu nous raconter ce que tu fais dans la vie ?
Je fais principalement de l'illustration mais je travaille aussi avec la photographie et l'écriture.

Quelles sont tes préoccupations pour le Japon aujourd’hui ?
J'ai l'impression que beaucoup de gens vivent dans la peur de la critique de gens qu'ils ne verront ou rencontreront jamais.

Comment penses-tu que ta génération va changer le Japon ?

Je ne pense pas que la majorité a toujours nécessairement raison. Je crois que notre société deviendra un endroit où nous pourrons respecter les valeurs des autres sans être influencés par le genre ou les différentes origines. Au lieu de se concentrer sur le bonheur de la société dans son ensemble, je pense que nous devrions aspirer au bonheur individuel, ce qui finira par rendre chacun plus heureux.

Penses-tu que la créativité et la culture jouent un rôle important dans la construction du futur du Japon ?

Je ne le pense pas vraiment, mais c'est peut-être parce que je ne suis pas vraiment doué pour travailler pour une cause. Personnellement, je continuerai de me concentrer sur des thèmes qui me sont proches et qui touchent en même temps beaucoup de personnes.

Quels sont les créatifs qui t’influencent le plus ?
Ma mère avait le manga Ping Pong à la maison, j'ai donc grandi avec Taiyō Matsumoto. Je suis extrêmement influencé par la façon dont il a créé de nouveaux mondes avec ses dessins, par sa photographie et son écriture. Je pense que même mon état d'esprit général est fortement influencé par ce que j'ai pu ressentir en lisant son manga.

1585531769788-Kazuki

Kazuki

Peux-tu nous raconter ce que tu fais dans la vie ?
Je suis guitariste dans un groupe basé à Tokyo qui s’appelle NERVOUSES et je crée des vêtements pour la marque Shredders Society. Je travaille également au SHELTER, une salle de concert à Shimokitazawa.

Quelles sont tes préoccupations pour le Japon aujourd’hui ?

Alors que la première chose qui vient à l'esprit est la question des retraites au Japon, ce qui me rend le plus en colère, c’est la manière dont notre société est prédéterminée. Vous commencez par l’école obligatoire, puis la plupart des gens vont ensuite au lycée. Après cela, vous trouvez un travail, soit après le lycée, soit après l’université. Vous gagnez de l'argent, vous vous mariez, vous avez des enfants, vous travaillez jusqu'à votre retraite et c’est les dernières années de votre vie. Je ne pense pas que ce soit nécessairement mauvais, mais je pense aussi que nous sommes libres de choisir ce que nous voulons faire de nos vies, tant que nos décisions sont responsables et ne dérangent ni nos partenaires, ni nos amis.

Il y a tellement de types de personnes différentes et j'aimerais que notre société soit plus gentille envers tout le monde.

Comment penses-tu que ta génération va changer le Japon ?
Il y a un peu plus de flexibilité aujourd’hui, notre génération semble donc davantage réfléchir à la façon dont elle veut mener sa vie. Parce qu’ils ne veulent pas d’un emploi typique, plus de gens vont sûrement créer leur entreprise ou trouver des moyens de gagner de l’argent depuis chez eux.

Penses-tu que la créativité et la culture jouent un rôle important dans la construction du futur du Japon ?
Bien sûr que oui. Je suis tellement excité lorsque mon groupe préféré sort un nouveau morceau ou lorsque ma marque de mode préférée sort sa nouvelle collection. Je veux aussi continuer à partager mon travail et j’espère devenir un jour aussi influent.

Qui sont les créatifs qui t’influencent le plus ?
Il y en a plein mais au Japon je pense à Kuboty qui faisait partie de Totalfat, Takeshi Hosomi de Ellegarden, K de Pay Money to My Pain.

1585531862293-Misaki-Yamane-0A
1585532261117-kota0303
1585532195680-unknown3-lead2
1585531947232-brainbrain
1585531950632-hiraoka
1585531947539-omiomi
1585531946896-unknown2
1585531940263-pikaru
1585531948069-unknown-lead1

Credits


Photographies : Hordur Ingason
Interviews : Tsukasa Tanimoto

Tagged:
Fashion
tokyo
Harajuku
Japón
Mode
Gen Z
hordur ingason
i-D Asia